Il n'est pas opportun de créer de nouvelles places de prison

Il n'est pas opportun de créer de nouvelles places de prison

 

 

Depuis des décennies, les gouvernements successifs, le parlement, ont échoué à mettre en place une vraie politique efficiente en terme de réponse, face à la délinquance.

 

Si des évolutions intéressantes ont pu, à certains moments, être esquissées, leur mise en œuvre est toutefois demeurée trop timorée : jamais les décideurs n'ont eu le courage de surmonter les pressions et d'opérer les bons choix.

 

Il est temps, désormais, de prendre des options claires qui rompent avec la logique du tout- carcéral ; il est urgent d'emprenter une démarche qui aille dans le bons sens et soit centrée sur ce qui marche :

L' exécution des peines dans la Communauté, une mobilisation des collectivité territoriales, un travail sur la responsabilisation du délinquant vis-à-vis de l'acte commis, une préparation effective et dynamique à la sortie de prison quand il y a incarcération...

 

Le Président de la République, le Premier ministre ont annoncé, ces dernières semaines, leur volonté d'ouvrir de nouvelles prisons en créant 15000 places.

 

Cette orientation est mauvaise, contre-productive et excessivement coûteuse ; c'est pourquoi nous demandons aux représentants de l'exécutif de revenir sur cette annonce. Il importe de prendre une autre direction en proposant au parlement de légiférer autour d'une vraie politique qui mise sur la probation et l'insertion et s'appuie sur un panel de mesures alternatives à l'incarcération.

 

L'expérience des acteurs, les travaux des chercheurs démontrent le bienfondé de mesures de milieu ouvert et attestent  :

  • que la sortie de prison effectuée dans le cadre d'un aménagement de la peine génère beaucoup moins de récidive qu'une sortie « sèche »,

  • qu'un accompagnement soutenu des auteurs de délits est pleinement utile et nécessaire,

  • qu'un travail sur l'insertion des délinquants est indissociable d'une logique de prévention de la récidive et de prise en compte des victimes.

 

Nous demandons qu'un tournant soit réellement opéré et que, à la faveur d'un redéploiement des moyens, une orientation intelligente concourant efficacement à la sécurité publique soit mise en oeuvre.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.