Une candidature unique : second volet

Une candidature unique pour une Gauche exigeante

et écologique

second volet

 

 

 

 

 

Il y a de cela une semaine, nous lancions une pétition appelant à la détermination d'une candidature unique de la Gauche et de l'Ecologie à l'élection présidentielle de 2022. Cette initiative a suscité un réel intérêt, même si sa diffusion est restée limitée. Divers médias ont, encore tout récemment, abordé cette élection avec, me semble-t-il, une vision étriquée. En effet, les sondages qui sont réalisés actuellement sont fortement orientés et partent, dans leur conception, du fait qu'il y a un certain nombre de candidats à gauche au premier tour, ce qui, dès lors, amène au constat que, pour le second, nous nous retrouverons avec les mêmes deux prétendants qu'en 2017.

 

Notre texte en date du 30 janvier n'a peut-être pas été assez explicite, pourtant une analyse fine des sondages ne laisse aucune ambiguïté. Ainsi celui paru dans l'Obs de cette semaine, commenté notamment ce jour sur France inter par les chroniqueurs, évoque cette simulation : dans l'hypothèse où la Gauche socialiste et l'Ecologie se rassemblent sur une seule candidature, le score de cette candidature pourra arriver en troisième position, mais en aucune manière en situation d'accéder au second tour. Il y a des blocages, des réticences fortes à concevoir une possible union avec l'autre Gauche, à savoir la France insoumise, et le Parti communiste. Et pourtant, cela reste la seule voie possible. Il faut donc, pour être objectif, que les sondeurs complètent leur analyse par une troisième hypothèse avec un seul candidat pour toute la Gauche et l'Ecologie.

 

Certes, les réactions suscitées par notre texte de la semaine dernière évoquaient pour certaines que les « égos des candidats potentiels interdiraient la perspective d'une union. Je veux penser que l'intelligence de ces personnalités, le souci de l'intérêt public, l'avenir du pays, la protection de la planète... sont des axes suffisamment forts pour que cette union soit tentée et réalisée. Je veux croire qu'il est possible d'établir un socle de propositions sur lesquelles une dynamique de rassemblement sera contractualisée.

 

Si nous pensons tous, raisonnablement, que les obstacles peuvent être levés et qu'il faut travailler ensemble sur un programme exigeant et fortement ambitieux, alors il est vital d'avancer vite, car les échéances sont proches. Primaire élargie à l'ensemble des ces composantes, sondages réalisés sur ces nouvelles configurations possibles... Des solutions existent qu'il est urgent d'explorer.

 

Alors, vous l'avez compris, il ne peut être question de querelles stériles ou d'égos, seules priment la construction d'un cap, la préparation d'un avenir porteur d'enthousiasme face aux enjeux majeurs qui nous attendent.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.