Bougeons nous !

 

 

Je suis quelque peu surpris de constater dans les médias, d'entendre dans le discours des responsables politiques de Gauche comme un vide, une forme de fatalisme :

 

- Une législative partielle se déroule dans l'Aube, le second tour se déroulera entre FN et UMP, les autres candidats ayant été éliminés dès le premier tout.

- Des pans entiers de notre patrimoine sont vendus à des multinationales, nous avons appris cette semaine la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac ; les réactions ont été assez timorées, voire inexistantes.

- On évoque déjà la présidentielle avec les pires scénarios, alors que les échéances de 2015 sont occultées, les divers commentateurs ayant déjà prédit cette hécatombe de la Gauche.

- La chancelière Allemande critique ouvertement la politique de la France et fait pression pour accentuer les mesures d'austérité, le Ministre de l'économie du Gouvernement Français s'en prend au seul responsable politique qui a eu le courage de s'insurger contre cette ingérence...

 

Cette vision pessimiste pour les prochains mois est fortement induite par le silence de plomb qui semble être tombé sur le pays. Jusqu'où la France peut il aller, laisser faire, dériver, … Un cap est ô combien nécessaire et c'est maintenant qu'il faut le donner.

 

Au risque de me répéter, un sursaut est vital : Une alternative est incontournable, celle-ci repose sur la volonté de construire ensemble un projet qui rompe avec ce fatalisme et insuffle cette confiance nécessaire en l'Avenir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.