Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2014

Ultralibéralisme, libéralisme et néolibéralisme

Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La confusion largement répandue entre néolibéralisme et libéralisme désarme la gauche, alimente l’extrême droite,  permet tous les déguisements à droite. La gauche dite gouvernementale en paie aujourd’hui le prix.

La gauche au gouvernement prétend s’opposer à « l’ultralibéralisme » ou aux « excès de la finance », mais elle invoque elle-même un « principe de compétitivité » présenté comme parfaitement neutre sur le plan idéologique, parce que parfaitement commandé par la situation. Or l’épouvantail de l’ « ultralibéralisme » ne marche plus à gauche. La raison en est simple : l’exercice du pouvoir depuis 2012 a amplement montré que le gouvernement dit de gauche mène, dans la parfaite continuité avec le quinquennat précédent, une politique que l’on ne peut qualifier autrement que de « néolibérale ». Les étiquettes de « social-libéral » ou de « libéral » utilisées pour la critiquer, tout comme d’ailleurs la profession de foi « social-démocrate » de Hollande, ne font qu’entretenir la confusion. Mais alors que faut-il entendre exactement par « néolibéralisme » et en quoi est-il distinct du libéralisme, « ultra » ou non?

Par « ultralibéralisme » on entend un libéralisme économique radical favorable à la « jungle du marché ». Selon cette vision, Adam Smith serait le grand ancêtre qui aurait inspiré cette politique radicale dont le modèle nous serait venu d’Angleterre (Thatcher) ou des Etats-Unis  (Reagan). En un mot, c’est le capitalisme sauvage qui fait de  la « marchandisation » une loi de l’histoire, du marché une réalité naturelle et de l’État un parasite dangereux du jeu des intérêts privés. Le libéralisme serait le refus de toute règle et de toute intervention de l’Etat. On comprend alors que la gauche, hostile par tradition à la privatisation des services publics et favorable à une certaine action de l’État, puisse se présenter comme l’adversaire de ce libéralisme « ultra ». La gauche ne serait pas libérale parce qu’elle ne serait pas partisane du « laisser faire ». Le problème est que le néolibéralisme n’est pas le laisser faire.

Avec lui nous n’avons pas affaire à une doctrine qui reconduirait les vieilles lunes du marché autorégulateur et de la passivité de l’État. Nous sommes en présence d’une redoutable logique qui transforme toutes les institutions et tous les champs sociaux pour les plier à la norme de la concurrence et de la performance. Ce n’est donc pas que tout devient directement « marchandise ». C’est plutôt que toute la société doit obéir à la rationalité du marché, jusqu’aux secteurs d’activité  qui ne sont pas directement marchands, jusqu’aux sujets eux-mêmes, tenus de répondre dans leurs actes et leurs désirs à l’impératif d’illimitation du « toujours plus ».

Cette transformation devient de plus en plus perceptible, notamment avec l’emprise croissante des techniques de management dans les entreprises, les administrations, les hôpitaux, les écoles  ou  les universités. L’État ne cède pas du terrain dans son bras-de-fer avec le marché, pas plus qu’il ne se dissout. Il n’est certes plus l’État producteur et banquier de l’après-guerre, mais il ne s’est pas pour autant retiré pour abandonner le capitalisme à sa course folle.  C’est son activité qui a changé. Il est désormais un acteur irremplaçable de la co-production des normes avec les grandes multinationales et les institutions internationales. Tel est le vrai sens du chantage à la « compétitivité ». Le néolibéralisme est d’abord et avant tout un système de normes introduit à l’initiative de l’État dans les rapports sociaux et dans ses propres rouages.

La confusion entre laisser faire et néolibéralisme a deux conséquences : elle consolide à la « gauche de la gauche » un virage de plus en plus étatiste, nationaliste  et protectionniste, puisque le « retour de l’État » serait la seule manière de combattre les dérives du capitalisme, elle masque le caractère néolibéral de la politique menée par le gouvernement, puisque l’activité de l’État témoignerait par elle-même d’une pureté d’intention.

                                                                        Pierre DARDOT et Christian LAVAL

Texte paru dans La Croix du 11 avril 2014 sous le titre « au comble de la confusion entre « libéralisme » et « ultralibéralisme »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB