Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2008

Pour la troisième culture

En 1959, l’écrivain et essayiste britannique Charles Percy Snow publiait Les Deux Cultures, petit ouvrage destiné à un grand retentissement. Il constatait, en le déplorant, le divorce croissant entre deux formes de culture, la culture scientifique et la culture littéraire. Depuis lors, les choses ont changé et la confrontation semble bien déplacée.

Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1959, l’écrivain et essayiste britannique Charles Percy Snow publiait Les Deux Cultures, petit ouvrage destiné à un grand retentissement. Il constatait, en le déplorant, le divorce croissant entre deux formes de culture, la culture scientifique et la culture littéraire. Depuis lors, les choses ont changé et la confrontation semble bien déplacée. Les humanités sont aujourd’hui bien peu valorisées face à ce que certains appellent « la culture médiatique » et la science est de plus en plus assimilée à une technoscience, seule digne d’intérêt et de crédits. C.P Snow, dans une nouvelle édition de son essai, en 1963, avait suggéré l’existence d’un mariage possible entre hommes de lettres et scientifiques, dont le fruit serait une « troisième culture » constituée par le dialogue fécond entre « gens de lettres » et savants. Cette troisième culture devait à ses yeux permettre de croiser l’intelligence scientifique du monde et la réflexion en matière d’organisation sociale et de choix éthiques. C’était vouloir renouer avec l’ambition philosophique des Lumières. C.P Snow oubliait cependant qu’entre la science de la nature et la culture des lettres, était déjà apparue au XIXème siècle une « troisième culture » riche de promesses : les sciences humaines et sociales. Le sociologue allemand Wolf Lepenies devait en 1990 analyser l’émergence conflictuelle en Angleterre, en Allemagne et en France de la sociologie (Les trois cultures entre science et littérature l'avènement de la sociologie). Symbole de sa difficile acceptation par l’Université ? Dans la cour de la Sorbonne trônent deux statues, celle de Victor Hugo et celle de Louis Pasteur. La statue, très sulpicienne, d’Auguste Comte, l’un des fondateurs de la sociologie, est reléguée sur la place de la Sorbonne. La légitimité de cette « troisième culture » est encore loin d’être assurée. Il suffit de considérer les menaces récurrentes , mais de plus en plus pressantes, qui pèsent sur l’enseignement des sciences économiques et sociales dans l’enseignement secondaire. Leur dimension critique et plurielle fait peut-être encore peur aux esprits dogmatiques. Or, qui pourrait nier aujourd’hui l’importance de ces savoirs de l’homme et de la société pour la formation des jeunes et la réflexion des citoyens ? C’est le défi que viennent de relever les concepteurs et les auteurs d’une nouvelle collection aux éditions Thierry Magnier, précisément intitulée Troisième culture. Elle vise à amener un large public mais peut-être plus spécialement les jeunes collégiens, lycéens et nouveaux étudiants, à lire des ouvrages à la fois courts et rigoureux de sciences sociales. Deux titres viennent de paraître qui touchent de près à l’actualité : Les années 68 de Philippe Artières et Les secrets de l’isoloir d’Alain Garrigou. On ne peut que se féliciter de l’effort réalisé par ces indispensables médiateurs pour faire connaître à la jeunesse les apports de l’histoire, de la sociologie, de l’économie. Espérons que l’École et l’Université aideront à remettre au goût du jour un tel genre de livres à la fois savants et accessibles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
NFT et métavers, symboles de la fuite en avant éperdue du système économique
Les jetons non-fongibles, qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan