Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 oct. 2018

La dictature néolibérale qui menace le Brésil

Le second tour de l’élection présidentielle au Brésil, le 28 octobre, risque de voir triompher le partisan d’une dictature néolibérale. Ce nouveau néolibéralisme, aux couleurs du nationalisme autoritaire et même du fascisme dans le cas brésilien, entend se débarrasser de toute opposition sociale et de tout frein institutionnel.

Christian Laval
chercheur en sociologie, écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le second tour de l’élection présidentielle au Brésil, le 28 octobre, risque de voir triompher le partisan d’une dictature néolibérale. A certains égards, elle n’est pas entièrement nouvelle. Le Chili de Pinochet en a été le laboratoire historique. Mais depuis les années 80, le néolibéralisme, devenu un système de pouvoir mondial, semblait s’accommoder des institutions de la démocratie libérale. Mieux encore, et c’était même un des grands arguments des partisans du néolibéralisme, il devait apporter avec lui la paix dans le monde et la démocratie dans tous les pays. On a vu et on continue de voir l’exact contraire. Ignorants de l’histoire, les promoteurs de la supposée « démocratie de marché » n’ont jamais voulu admettre qu’un système inégalitaire qui ne voit dans les individus que des consommateurs ou des entrepreneurs sape petit à petit les fondements de la citoyenneté. Aujourd’hui, le Brésil dévoile la vérité du néolibéralisme : il ouvre la voie à la dictature.

Par une succession d’actes de force aux allures légales, la présidente Dilma Rousseff a été démise de ses fonctions en 2016 puis l’ancien président Lula a été condamné sans preuves à la prison à la suite d’un procès déséquilibré, ce qui a permis de l’écarter de la course électorale qu’il était en position de gagner. La voie était libre pour prolonger et même radicaliser la politique néolibérale menée par le président Temer. C’est le candidat « outsider » Bolsonaro qui a réussi par sa démagogie, sa violence verbale, ses mensonges, à devancer les autres candidats de la droite « classique ».

Son programme, loin d’aller contre les vœux des classes dominantes, va les combler comme jamais de nouveaux privilèges et de nouvelles opportunités de profit. Cette coalition d’intérêts économiques et d’idéologies religieuses et nationalistes conservatrices, à écouter les propos du candidat et des membres de son équipe, devrait déboucher sur un vaste programme de privatisations des grandes entreprises et banques publiques, sur une aggravation des conditions et droits des travailleurs par une nouvelle réforme du travail et une mise au pas des syndicats et des mouvements sociaux, sur l’intensification de l’austérité en matière de dépenses sociales et publiques, sur un asservissement politique du système scolaire et universitaire au nom de la « rentabilité » des études, sur une stérilisation de la culture.

Sa campagne, soutenue par les oligarchies rurales, industrielles, médiatiques, religieuses et financières, laisse déjà entrevoir ce que serait une dictature néolibérale ouverte. Pour gagner les élections avec un tel programme néolibéral, refusé par une majorité de la population au Brésil d’après les sondages, il a fallu d’abord mobiliser l’électorat des couches supérieures et moyennes sur le thème de la sécurité et de la corruption, il a fallu aussi exploiter tous les ressorts de la haine contre les femmes, les noirs, les indiens, les homosexuels. A écouter le Bolsonaro et ses proches, il faudra réprimer et criminaliser toute activité sociale et politique qui pourrait s’y opposer pour réaliser l’unité nationale autour de son programme. L’arme de la dictature policière et militaire sera demain le moyen d’appliquer dans toute sa logique et avec toutes ses conséquences un néolibéralisme généralisé.

La leçon qu’il faut en tirer est simple. Nous sommes entrés, et pas seulement au Brésil, dans une situation historique nouvelle. Le nouveau néolibéralisme, aux couleurs du nationalisme autoritaire et même du fascisme dans le cas brésilien, entend se débarrasser de toute opposition sociale et de tout frein institutionnel. D'ores et déjà, les principes les plus élémentaires de la vie collective sont menacés par le règne de la calomnie, de la délation, de la vengeance, du mensonge systématique, des fake news, de l'agression physique et des meurtres.

Les classes dominantes tombent le masque en menant ouvertement une guerre civile contre une partie de la population et en détruisant elles-mêmes les institutions démocratiques libérales. En s’impliquant directement dans la mise en place de la dictature, elles entraînent leur pays dans le chaos social et elles prennent un risque considérable pour elles-mêmes. Le roi est nu quand le règne du capital ne peut plus se cacher derrière les apparences de la légalité démocratique.

Les résistances ne manqueront pas de s’organiser en cas de victoire de Bolsonaro mais dans des conditions difficiles et dangereuses. Soyons donc conscients des enjeux de l’élection brésilienne. Ce n’est pas un « populiste » de plus qui est en position de gagner les élections, c’est un dictateur féroce qui appliquera avec la violence la plus sauvage le programme néolibéral le plus complet. Il suffit d’écouter le discours de Bolsonaro devant ses partisans le 20 octobre dernier Avenida Paulista, à Sao Paulo, pour se rendre compte du danger qu’il représente pour la gauche, les mouvements sociaux et les intellectuels, et tout simplement pour la démocratie.  Il n’a pas caché que s’il gagne il enverra les opposants de gauche en prison ou les bannira du pays. Et il promet même à son concurrent F.Haddad de l'envoyer « pourrir en prison » avec Lula. Quant aux mouvements des sans terre et des travailleurs sans toit, il les considérera et les traitera comme des  organisations menant des « actions terroristes ». Ce qu’il annonce est clair : « J'effectuerai le plus grand nettoyage jamais vu dans l'histoire du Brésil. Vous verrez une armée fière qui travaillera en collaboration avec le futur du Brésil ». Tous les démocrates du monde sont prévenus : Bolsonaro est un fasciste fanatique qui risque d’accéder très bientôt au pouvoir au Brésil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey