Vers le Chef du Front de Gauche...

Le Chef, s'il vous plaît...?  Pour se projeter en avant des luttes intestines et des solidarités précaires, je crois que le Front de Gauche a l'obligation de découvrir son Chef ! Or, le mot et la chose (son concept) font peur aux Grands du Front, comme au sens commun de notre Gauche.

Puisque cette peur paraît cultivée mais ingouvernée, vous permettrez à un homérisant de rappeler le noeud de l'Iliade: si les Achéens piétinent depuis neuf ans sous les murs de Troie, c'est tout simplement parce qu'il leur manque un Chef ! L'Iliade peut être lue (c'est ma thèse) comme une "surprise du Chef". La surprise est continuée: chant après chant se découvre celui qui fait fonction de Chef, mais à l'insu de son plein gré... Quand on se règle sur la typologie de Kojève (La notion de l'autorité), Agamemnon n'a vraiment rien d'un Chef, i.e. du stratège projetant concrètement la prise de Troie. C'est un Père en charge de la Cause formelle du règlement de comptes, et de la tradition héroïque. Ce brave "cosméticien" agence en gros et en beauté les contingents achéens pour accumuler au plus vite et redistribuer à qui de droit les richesses prestigieuses et matérielles. En un mot dumézilien, c'est un Prospère-en-guerre.

Rétrospectivement, il me semble que "Mélenchon-Président" avait cette autorité kojèvienne de Père, en charge de la Tradition française, révolutionnaire et républicaine. Autorité redoublée par une fonction dumézilienne de Prospère, à même d'agréger un électorat combatif et surtout charnière. Reste à expliquer pourquoi Mélenchon n'a pas eu cette autorité de Chef-Stratège en sus de celle de Père-Prospère. Faut-il s'en tenir à une problématique capacitaire et/ou programmatique pour entrevoir au Front de Gauche un Chef émancipateur?

Mobilisant un électeur sur neuf vers sa Personne (Constitution oblige!), on peut penser que "son" projet L'Humain d'abord n'était pas assez stratégique pour que Mélenchon-Président fût un Chef libérateur et anticipateur. Certes, un chef peut perdre en n'étant pas assez stratège dans l'avance même de son projet, mais je crois plutôt qu'il ne pouvait pas gagner sans Projet à hauteur de cette autorité kojèvienne de Chef. Le programme L'Humain-d'abord était bon, beau, bien, mais très en deçà du Projet qui libère... par le Chef, et fait rêver le Peuple de Gauche. La problématique Chef/Projet serait donc un chiasme à résoudre.

Ainsi, quand on convient que la vérité politique ne doit pas se construire à coups de justifications cyniques et ironiques (Rorty), mais se découvrir par des jeux de langage "réalistes" (premier Wittgenstein), on dira de même que le Chef du Front de Gauche ne peut pas se construire à coups de semonce d'appareil, mais se découvrir par des jeux de Projets. Le Parti de Gauche construit son projet sur Les Assises de l'écosocialisme, le PC travaille au sien, les autres composantes composent. Oui, ce serait la meilleure des anticipations possibles, si enfin le Chef se découvrait au meilleur Projet.

A l'instar de la matière et de l'intelligence chez Bergson, le Chef & le Projet du Front de Gauche ne peuvent plus tourner l'un autour de l'autre. Pour se rencontrer, une nécessité les oblige: être taillés dans la même étoffe, celle de la Surprise, du Devenir, et du Rêve. La formule de dissolution des problèmes peut s'énoncer ainsi: à Projet surprenant, Chef surprenant. En matière d'émancipation politique, il faut la rencontre de deux surprises pour gagner! D'où cette épreuve: si "l'écosocialisme" est plus qu'un mot-valise, s'il est bien le Projet stratégique qui manquait à Mélenchon-Chef, à son incontestable "charisme" (Weber), alors tout devient possible au Peuple de Gauche, ses alliances comme ses combats. Mais si une autre surprise est à venir au Front de Gauche, alors oui je la veux vite découvrir.

Je reviens à cette Iliade en panne de Chef ou de Stratège. Exit le Père-Prospère Agamemnon. Qui alors?... Quand il veut, Achille fait le Fort et le Maître: il excelle au conseil, mais pas du tout en matière de stratégie... Nestor alors? Lui, en droit devrait être le Stratège des Achéens, en fait il s'affirme seulement comme un Sage ou un Juge. Quant aux autres héros... inutile d'insister. Enfin vient le Chef... Déjà son nom parle: le Brillant Régulateur, Diomède. En se déprenant par à-coups du héros Tydéide qu'il est, Diomède se surprend Chef. C'est lui le Stratège que les Achéens avaient sous la main et n'attendaient plus: par son avance nocturne, Diomède tranche le noeud des forces troyennes (Rhésos) et demeure ferme jusqu'à la prise Troie. Dans le subversion, il fait bien plus encore, mais c'est une autre histoire.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.