Pluie de tuiles à Grenoble

(chant maldororien)Plût au Ciel astral que le Peuple de Grenoble, enhardi et revenu momentanément à sa Journée des Tuiles, trouve, sans se désorienter, son chemin vert & rouge, à travers les platitudes désolées des autoroutes et des nanotechnologies, si chères à la Company Safar-Fioraso. Au plat pays qui n'est pas le mien, une sortie par le haut est alors possible: le Peuple de Grenoble appelle ça Bastille.

(chant maldororien)

Plût au Ciel astral que le Peuple de Grenoble, enhardi et revenu momentanément à sa Journée des Tuiles, trouve, sans se désorienter, son chemin vert & rouge, à travers les platitudes désolées des autoroutes et des nanotechnologies, si chères à la Company Safar-Fioraso. Au plat pays qui n'est pas le mien, une sortie par le haut est alors possible: le Peuple de Grenoble appelle ça Bastille.

Au nom du Peuple, de ce peuple-là, coopératif et techno, Eric Piolle & Associés n'auront plus, avec les Lamoignon d'aujourd'hui, à parlementer. Leur ténacité verte & rouge a eu, dès le premier tour des Municipales, raison de la maltraitance socialisse, et de cette Direction parisienne qui se veut habile maintenant en refusant l'investiture à Safar. Pour neutraliser le triomphe annoncé de Piolle & Associés.

Au soir du 30 mars, les émotions vertes & rouges du Peuple de Grenoble marqueront l'esprit de notre temps comme les tuiles la tête soldatesque. On sait bien que la fameuse Journée des Tuiles n'eut guère de résultats immédiats; elle n'en marque pas moins le début sans commencement de notre Grande Révolution. Grenoble 2014 sera donc cette grosse tuile jetée dans la mare thermidorienne.

Peuple de Grenoble, tu es devenu insensiblement populiste, au sens bienveillant de Laclau. Car tes revendications vertes & rouges ne sont plus intégrables de manière différenciée, chacune isolément des autres, mais s'articulent délicatement par relation d'équivalence. L'air pur, le logement social, le transport public, l'activité digne, etc. forment désormais une chaîne d'équivalence. D'une revendication l'autre. Tu n'auras donc pas oublié le premier mot de notre littérature iliadique: mênis - non pas "colère", comme un vain peuple demi-savant le croit encore, mais "revendication forte". Soit une demande en justice qui met en péril l'ordre établi par son enchaînement d'équivalences. Déjà, ta mênis trace des lignes intérieures de démarcation, te distinguant fermement, Peuple de Grenoble, du système fioraso-safariste. Il ne te restait plus qu'à unifier ces revendications: enfin vint Piolle & Associés.

Peuple de Grenoble, avant de pénétrer plus loin dans de pareilles voies subversives et inexplorées, dirige bien tes talons en arrière. Alors tes pieds légers, achilléens formeront en vert & rouge comme un angle à perte de vue de grues frileuses méditant beaucoup, qui, pendant l'hiver, vole puissamment à travers le silence, toutes voiles tendues, vers un point déterminé de l'horizon, d'où tout à coup part un vent étrange et fort, précurseur de la tempête.

Bon vent à toi, Peuple de Grenoble.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.