Les chercheurs du centre de recherche en neurosciences de Lyon ont réussi, pour la première fois, à «voir» la manifestation de la «petite voix» de notre cerveau.
L'équipe de Jean-Philippe Lachaux (1), directeur de recherche à l'Inserm, a repéré dans le cortex auditif la zone précise qui réagissait au son de voix extérieures, réellement exprimées.
Les chercheurs ont demandé ensuite à des volontaires de lire en silence un texte défilant sur un écran, sans leur donner d'instructions particulières.
La zone du cerveau qui analysait les voix externes s'activait également pendant la lecture silencieuse, signalant une «pensée verbalisée». L'inconscient traduit la lecture en langage.
Jean-Philippe Lachaux explique "Les débouchés de cette étude, qui confirme des travaux scientifiques précédents, pourraient concerner la rééducation de personnes schizophrènes voire dépressives qui ne régulent pas cette «petite voix» lorsqu'elle submerge leur cerveau de pensées négatives".

Ces découvertes sont dans la continuité des travaux;
• de Ned Sahin (2)qui montrent que produire du langage nécessite un temps de préparation de l'ordre de 100 à 200 millisecondes avant de franchir le seuil de la conscience.
• de Benjamin Libet (3) la conscience n'est pas à l'origine de nos actes volontaires.
• de Michael Gazzaniga (4) notre interprète inconscient nous raconte des histoires.

La question essentielle pour Jean Philippe Lachaux est de réguler le langage intérieur naturel produit par l'inconscient.
L'inconscient naturellement produit du langage, on apprend l'alphabet, chaque lettre va être inconsciemment traduite en phonème.

Carl Gustav Jung est le premier psychiatre a considérer que d'entendre des voix est naturel. Il est temps de revisiter la psychopathologie.Notamment de redéfinir l'hallucination auditive verbale symptôme déterminant du diagnostic de psychose.
Ce qui pose réellement problème dans la psychose n'est plus d'entendre des voix, mais de découvrir pourquoi ces voix submergent complètement la conscience, en la privant de son libre arbitre.

"Le meilleur service que l'on puisse rendre aux autres, c'est de leur faire remarquer que c'est l'inconscient qui les incite à agir et de les aider à comprendre cet inconscient " Swani Prajnanpad.

(1)  Source 
(2)  Source
(3)  Source
(4) Source

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.