Christianepicurien
Radiologue
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 févr. 2011

UN CAS DE CONSCIENCE AIGU POUR L’ORDRE DES MEDECINS...!

Christianepicurien
Radiologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://www.votresante.org/

UN CAS DE CONSCIENCE AIGU POUR L’ORDRE DES MEDECINS

PERSONNE NE PEUT VOUS FORCER A LIRE CES INFORMATIONS

SEUL VOTRE AMOUR POUR LES ANIMAUX PEUT VOUS Y POUSSER

Une fraction de l’article proposé par une Ecossaise Catherine O’Driscoll [a]

Tiré de Nexus [b] Janvier – Février 2006 N°42

Des preuves accablantes contre les vaccins

Une équipe de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Purdue (Indiana) a réalisé plusieurs études (www.vet.purdue.edu/epi/gdhstudy.htm ) afin de déterminer si les vaccins pouvaient provoquer dans le système immunitaire canin des modifications susceptibles de causer des maladies, à médiation immunologique, virtuellement mortelles. Ils ont, de toute évidence, mené ces recherches parce qu’il existait déjà des inquiétudes. Elles ont été parrainées par la Haywood Foundation qui, elle même, cherchait des preuves montrant que les modifications observées dans le système immunitaire humain pouvaient être induites par les vaccins. Ces éléments probants ont été trouvés.

Les chiens vaccinés, contrairement aux chiens non vaccinés, selon les études de Purdue, ont développé des auto- anticorps contre bon nombre de leurs propres agents biochimiques, parmi lesquels la fibronectine, la laminine, l’ADN, l’albumine, le cytochrome C, la cardiolipine et le collagène.

Cela signifie que les chiens vaccinés – et seulement eux – attaquaient leur propre fibronectine, qui entre en jeu dans la réparation tissulaire, la multiplication et le développement des cellules et la différenciation entre les tissus et les organes dans un organisme vivant.

Les chiens vaccinés ont en outre développé des auto – anticorps dirigés contre la laminine qui participe à de nombreuses activités cellulaires dont l’adhérence, l’étalement, la différenciation, la prolifération et le mouvement des cellules. Les vaccins semblent donc capables de priver les cellules de leur intelligence naturelle.

On trouve fréquemment des auto – anticorps dirigés contre la cardiolipine chez les patients atteints de lupus érythémateux disséminé mais aussi chez les personnes souffrant d’autres maladies auto-immunes. La présence d’un taux élevé d’anticorps anti - cardiolipine va très souvent de pair avec des caillots dans le cœur ou les vaisseaux sanguins, une mauvaise coagulation sanguine, des hémorragies, des saignements cutanés, une perte fœtale et des affections neurologiques.

Les études de Purdue ont également découvert que les chiens vaccinés développaient des auto – anticorps contre leur propre collagène. Près d’un quart des tissus protidiques du corps sont constitués de collagène. Le collagène structure notre organisme, en protégeant et soutenant les tissus les plus mous et en les rattachant au squelette. Pas étonnant que l’étude réalisée en 1997 par Canine Health Concern sur 4.000 chiens ait montré un nombre élevé de chiens présentant des problèmes de mobilité peu de temps après avoir été vaccinés.

Plus inquiétant, ces études ont découvert que les chiens vaccinés avaient développé des auto – anticorps contre leur propre ADN.

La communauté scientifique a-t-elle interrompu le programme de vaccination ? Non.

Au lieu de cela, elle a contourné le problème en disant qu’il fallait effectuer des recherches complémentaires pour dire si les vaccins pouvaient provoquer des dommages génétiques !

A la même époque, le groupe d’étude de l’American Veterinary Medical Association ( AVMA ) chargé d’enquêter sur les sarcomes félins associés aux félins a entrepris plusieurs études pour découvrir pourquoi, chaque année, aux Etats – Unis 160.000 chats développaient un cancer terminal au point d’injection de leur vaccin. (voir http://www.avma.org/vafst/default.htrm ) . Le fait que les chats puissent développer un cancer provoqué par un vaccin a été admis par des organismes vétérinaires du monde entier et même le gouvernement britannique l’a reconnu par le biais de son groupe de travail chargé d’enquêter sur les vaccins canins et félins sous la pression de Canine Health Concern.

Qu’ont recommandé les organismes vétérinaires et les gouvernements ? « Continuez à vacciner jusqu’à ce que nous découvrions pourquoi les vaccins tuent les chats et quels chats ont le plus de risques de mourir ».


[a] Cette personne est journaliste et dirige Canine Healt Concern – Auteur et conférencière sur la santé canine.

[b] Nexus Edts Chantegrel – Tel : 05.53.03.45.09 – e-mail : magazine@nexus. Fr – http://www.nexus.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — France
Les partis politiques : détestés mais incontournables
Mal-aimés, les partis restent des rouages irremplaçables de la démocratie représentative. L’élection de 2022 illustre leur réduction à des plateformes logistiques et financières. C’est à gauche, où ils furent « l’arme des faibles », que l’impératif de réinvention apparaît le plus crucial.  
par Fabien Escalona
Journal — Culture-Idées
Piero Ignazi : « Les partis politiques ont constamment lutté pour leur légitimité »
Entretien avec le politiste italien, auteur de « Parti et Démocratie ». Il revient sur les origines de la défiance envers les partis, et décrit comment ils se sont imposés, avant de perdre du crédit aux yeux de la population. Selon lui, il n’y a cependant pas d’issue au malaise démocratique sans les partis.
par Fabien Escalona
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart