Christianepicurien
Radiologue
Abonné·e de Mediapart

245 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2011

STÉPHANE HESSEL FACE À AUNG SAN SUU KYI...etc...

Christianepicurien
Radiologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 "Indignez-vous !" de Stéphane Hessel va être publié en Chine

LEMONDE.FR avec AFP | 24.05.11 | 14h39

Stéphane Hessel, le 6 janvier 2011.AP/Francois Mori

Le best-seller de Stéphane Hessel Indignez-vous ! va être publié en Chine au mois de juin, accompagné de plusieurs textes, a indiqué mardi 24 mai Indigène, l'éditeur français du livre de l'ancien diplomate, corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Beijing Fonghong Media Co. Ltd., dont le siège social est à Pékin", précise Jean-Pierre Barou, qui dirige avec Sylvie Crossman la petite maison d'édition, fondée en 1996 à Montpellier.

Le livre qui paraîtra en Chine comprendra, outre la traduction du texte de l'ancien résistant de 93 ans, dix nouvelles notes de la main du traducteur et l'appel paru dans Le Monde, signé notamment par Michel Rocard, recommandant Stéphane Hessel pour le prix Nobel de la paix.

S'y ajouteront une préface du traducteur chinois du livre de Jimmy Carter, Palestine, peace, not apartheid, une postface du traducteur chinois et un texte sur la non-violence rédigé par Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou, ajoute ce dernier.

30 000 EXEMPLAIRES PRÉVUS

"Le livre devrait paraître en Chine en juin au prix de 20 yuans (RMB), soit un peu moins de 3 euros. Le premier tirage prévu pour l'instant par l'éditeur chinois est de 30 000 exemplaires", souligne M. Barou. "En Europe, les tirages d'Indignez-vous ! dépassent aujourd'hui allègrement les 3 millions d'exemplaires et pratiquement tous les pays européens ont signé pour des traductions. Le livre paraît aussi aux Etats-Unis", se félicite-t-il.

Par ailleurs, les éditions Indigène publieront le 16 juin le livre de la jeune Lina Ben Mhenni, dont le blog, Tunisian Girl, a contribué au printemps arabe en Tunisie, souligne Jean-Pierre Barou. La jeune femme a reçu à Bonn le prix international du meilleur blog 2011.

Tunisian girl, Blogueuse pour un printemps arabe paraîtra simultanément en Allemagne chez Ullstein Buchverlage, l'éditeur allemand d'Indignez-vous ! puis début septembre en Espagne chez Destino. L'auteure tunisienne est aussi l'invitée du festival Etonnants voyageurs de Saint-Malo du 11 au 13 juin.

STÉPHANE HESSEL FACE À AUNG SAN SUU KYI

Article publié le 01 Mai 2011
Par Laurence Gallois

Source : SUPPLEMENT SPECIAL
Taille de l'article : 289 mots

  Extrait :

QUAND L'ANCIEN RÉSISTANT DIALOGUE PAR TÉLÉPHONE AVEC L'OPPOSANTE BIRMANE, SUR RFI. A la demande de Danielle Mitterrand, Stéphane Hessel avait tenté, en vain, de rencontrer Aung San Suu Kyi il y a douze ans pour lui transmettre un message. Le 17 février, l'ancien résistant de 93 ans, auteur de Indignez-vous (éditions Indigènes) s'est enfin entretenu avec la Prix Nobel de la paix, libérée en novembre 2010. L'échange a eu lieu par téléphone dans le studio de l'émission « La marche du monde », à RFI, où Valérie Nivelon donne chaque dimanche la parole à des témoins de l'Histoire.

Stéphane Hessel et Edgar Morin, un livre en commun en septembre

Source : LE MONDE
Taille de l'article : 270 mots

  Extrait :

Stéphane Hessel, 93 ans, et Edgar Morin, 89 ans, publieront chez Fayard, le 14 septembre, Le Chemin de l'espérance, aux actes citoyens !, un court texte d'une soixantaine de pages dans lequel ces deux anciens résistants rappellent leurs engagements et préconisent l'exigence citoyenne. - (AFP.) Un peintre cubain dénonce « l'étroitesse d'esprit » des autorités L'un des plus célèbres peintres cubains, Pedro Pablo Oliva, 62 ans, a fustigé sur son site (pedropablooliva.com), lundi 23 mai, « l'étroitesse d'esprit » des autorités.

Les Espagnols votent, la contestation continue
http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/21/en-espagne-le-mouvement-du-15-mai-est-une-contestation-de-fond-de-la-societe_1525623_3214.html

LEMONDE.FR | 21.05.11 | 17h46  •  Mis à jour le 23.05.11 | 07h23

A Madrid, vendredi 20 mai. AFP/PEDRO ARMESTRE

Les Espagnols ont commencé dimanche 22 mai à voter pour les élections régionales et municipales, au moment où une vague de rébellion sociale inédite contre le chômage et la crise secoue le pays. Des dizaines de milliers de manifestants ont à nouveau envahi samedi soir et dans la nuit les rues et les places à travers l'Espagne.

A Madrid, une foule immense s'était rassemblée sur la Puerta del Sol, où le campement de bâches et de tentes des jeunes "indignés" est devenu le coeur de la contestation. Craignant de violents affrontements, le gouvernement socialiste n'a pas fait appliquer par la force l'interdiction de manifester, qui est entrée en vigueur vendredi à minuit et rend illégales les rassemblements politiques une veille d'élections.

Dans ce contexte troublé, à dix mois des élections législatives de mars 2012, toutes les communes d'Espagne élisent leurs conseils municipaux et 13 des 17 régions autonomes leurs Parlements. La Catalogne, le Pays Basque, la Galice et l'Andalousie votent à d'autres dates...et les français dorment...

L'annonce le 2 avril par le chef du gouvernement José Luis Rodriguez Zapatero qu'il ne se présenterait pas pour un troisième mandat en 2012 semble être restée sans effet sur la chute de popularité des socialistes. A partir de lundi, ils pourraient ne plus contrôler qu'une seule des 17 régions espagnoles, l'Andalousie, et devraient perdre des fiefs historiques comme la région de Castille-la Manche et l'Estrémadure.

Des centaines de lecteurs du Monde.fr, pour la plupart des Espagnols ou des Français vivant en Espagne, ont témoigné de la situation dans le pays alors que le mouvement du 15-mai (le "15-M") prend de l'ampleur. Si les perspectives économiques maussades ont fédéré une partie de ces "indignés", leurs revendications sont plus larges. Ils fustigent le système électoral qui voit s'affronter le PP et le PSOE, sans que les partis de gouvernement ne les représentent. Ils déplorent également un système qui ne donne au citoyen qu'une "valeur de consommateur"...comme en france...!.

  • Caractère altruiste, par Victoire P.

Ce qui frappe dans les revendications des manifestants c'est leur caractère altruiste. Le peuple espagnol a compris que la crise était trop profonde pour pouvoir y remédier à coup d'actes individualistes. (...) Les espagnols veulent s'en sortir, ensemble. Il me semble qu'on va même plus loin qu'une simple revendication économique d'accès au travail et d'augmentation du pouvoir d'achat. Non, ce qui est remis en question c'est la place même de l'être humain dans sa société...!
Ce qui m'a aussi surpris fut l'incroyable pacifisme de la manifestation. Il n'y eu aucun incident avec la police. Extrêmement surprenant quand on sait qu'il était théoriquement interdit de manifester et que bien souvent, pour une simple victoire du FC Barcelone, la police sort l'artillerie lourde pour disciper les attroupements festifs sur les places de la ville.

  • Un fossé entre la classe politique et la population par Clémente N.

Il est important de remarquer que le surnom des manifestants "los indignados" s'est directement inspiré du livre de Stéphane Hessel Indignez-vous, publié très récemment ici...!...merci Stéphane HESSEL

Depuis que ce mouvement a pris de l'ampleur, tous les journaux espagnols publient des interviews de l'homme politique où il affirme notamment être « très agréablement surpris par les mouvements de contestations et d'indignations pacifistes et respectueux en Espagne ». Etudiant actuellement à Madrid, j'ai pu voir l'expansion impressionnante de ce mouvement.

Les manifestants cherchent principalement à dénoncer l'énorme fossé entre toute la classe politique et la population – comme en France...! – et une de leurs principales revendications est de pouvoir tout simplement avoir des outils afin de montrer l'ampleur de ce fossé (en comptant les votes blancs et nuls lors des élections par exemple).

Les Espagnols en ont assez des mensonges comme les Français, du manque d'initiatives concrètes face à la crise et de l'immobilisme face à la montée du chômage. Et les réactions des politiques, qui cherchent par tous les moyens à stopper ce mouvement, sont tout simplement suicidaires et ne font qu'attiser le mouvement. Je pense sincèrement que la police ne délogera pas les manifestants car le risque de débordement violent serait trop important. Est-ce-que ce mouvement continuera après les élections régionales et municipales de dimanche? C'est une question que tous les Espagnols se posent...et et que les peuples Espagnol, français, eurpéens vont enfin décider...!, constructivement et virer les "mécréants...les banques, les "lobbys" qui affament la terre...!

  • On a trop tiré de la corde, elle a fini par casser, par Jenni

Je suis Espagnole et j'habite a València. (...) Ce n'est pas seulement une révolution de jeunes qui n'ont pas de travail... Dans les manifestations, on peut voir des gens de tous âges trahis par nos politiciens, qui n'hésitent pas à présenter dans leurs listes des politiques accusés de voler l'argent du peuple. Des gens qui voient ses salaires descendre sans explication, des gens qui s'indignent quand de voir les aides sociales diminuer alors que les banques perçoivent de grosses sommes. On a trop tiré de la corde, elle a fini par casser. Vive le 15-M !

  • Le réveil de la jeunesse espagnole, par Hugo A.

Etant étudiant à Madrid, j'ai pu voir à l'université les affiches invitant la jeunesse "sin futuro" à se mobiliser le 15 mai. C'est cette courte manifestation d'un kilomètre seulement, qui s'est finalement transformée en un sit-in dont la durée reste la grande inconnue. Bien que le message officiel est de tenir jusqu'aux élections, certains envisagent de prolonger le mouvement en espérant qu'il se propage en Europe, et que l'Espagne serve de pont entre le l'Afrique du nord et le vieux continent. Des drapeaux grecs et islandais flottent d'ailleurs aux cotés de la banderole égyptienne..."Peuples vivez DEBOUT"...!
Etonnamment pacifiste pour un Français habitué à voir des fins de manifestations dégénérer par provocation de "barbouze flicarde", la mobilisation peut paraître numériquement faible, mais elle s'organise, dure, et prend de l'ampleur. Tandis que sur la toile l'évènement a engendré le plus grand nombre de tweets à l'échelle mondiale, la Plaza del Sol commence à être trop petite pour accueillir les "indignés" qui débordaient vendredi sur les rues adjacentes.
Contrairement à la France, où l'on entend certains médire sur l'excès de contestations, ici, l'immobilisme règne et par temps de crise, exaspère. Pour preuve, cette pancarte sur laquelle on pouvait lire : "les Français et les Grecs luttent pendant que les espagnols gagnent au foot". Si les conséquences de ce mouvement ne s'avèrent pas à la hauteur des espoirs suscités, il aura au moins le mérite de réveiller une jeunesse espagnole qui subit un chômage de près de 50%.

  • Manque de respect de la classe politique, par Eugenia Q.

Je suis Espagnole. J'habite à Gérone. J'ai 52 ans et je suis professeur. Je suis tout à fait pour ce mouvement de protestation en Espagne. Le motif de mon indignation est le manque de respect de la classe politique espagnole, Française, Anglaise etc...envers les citoyens. Ces hommes politiques ne voient que leur petit monde, sans écouter, même pendant ces jours-ci, le cri des milliers de personnes qui protestent contre la perte de notre pouvoir d'achat, des droits sociaux, contre le chômage de près de 5 millions de personnes, contre la corruption des hommes politiques. (...), et plus de 50 millions de personnes en Europe en dessous du "seuil" de pauvreté...alors que les BANQUES...responsable et créatrice de la crise mondiales se "goinfrent"...!

Les Espagnols réclament un vrai système démocratique qui donne voix réelle aux citoyens. Ni les partis politiques, ni les syndicats ne nous représentent...comme en france.On est déçus d'un système pour lequel nous ne sommes qu'une marchandise. Nous avons une valeur qu'en tant que consommateurs...!

J'espère que ce mouvement ne s'arrêtera pas après les élections. On a besoin d'un changement de modèle social et politique, et cela ne sera pas possible dans le cadre du système actuel qui donne de plus en plus de privilèges aux privilégiés et fait augmenter les inégalités sociales...Mélanchon à raison...faut tous les "vier" et faire une constituante...!

  • Une leçon pour la France, par François R.

Même si beaucoup de jeunes participent aux manifestations, c'est plus un mouvement intergénérationnel, mélange des catégories sociales. (...) On est très loin d'une révolte étudiante à proprement parler, mais bien dans une contestation de fond de la société espagnole dans son ensemble et dans sa diversité...!

Je confirme l'aspect particulièrement sérieux de ce mouvement. En effet la "village" de la Puerta del sol est un espace organisé et on n'assiste pas à des scènes d'alcoolisation comme on pourrait en voir en France dans un contexte similaire. Je pense donc que la France, si fière de sa culture de la manifestation, a des leçons à prendre pour ne pas que ses contestations soient classées par catégories socio-culturelles et pour que les manifestants gagnent en sérieux, tout cela pourra redonner un peu d'impact à ces manifestations.

  • Un souffle d'air frais dans un quotidien étouffant, par Jean-François A.

Les campements qui se multiplient aujourd'hui à la vitesse du Web sont un souffle d'air frais dans l'ambiance sociale et économique étouffante qui règne en Espagne. Ils sont la réponse logique à une crise structurelle dont ni le PP, ni le PSOE n'ont su apporter ne serait-ce qu'une idée pour améliorer la situation, bien trop occupés à se jouer la guéguerre ou a gérer leur petites magouilles et corruptions (comme en France), qui enfoncent encore plus ce pays. Ce mouvement va vite...  et je crois qu'il a déjà plusieurs longueurs d'avance.

  • Democracia real, par Baptiste R.

A Bilbao, le mouvement du 15-M évolue à une vitesse surprenante. Ils n'étaient que 20 le 15 mai à protester devant l'ayuntamiento (la mairie) par solidarité avec les Madrilènes de la puerta. Ils sont aujourd'hui plus de 1 000 à avoir passé cette nuit du vendredi 20 mai devant le théâtre de l'Arriaga. Une cantine est installée, un écran de cinéma aussi. Sur la façade du majestueux théâtre surplombant le Nervion (le fleuve local) sont diffusés les tweets venus de toute l'Espagne pour appeler au cri muet de demain soir.

Partout les mêmes revendications et la même indignation, celle de jeunes sans emplois mais aussi de retraités, de chômeurs, de ces "indignés" qui refusent le bipartisme et en appellent à un système plus transparent, à davantage de démocratie participative à travers les associations de voisinage, l'extension du référendum ou encore au vote des immigrés : "Ils partagent nos douleurs, ils partagent nos devoirs, mais ils n'ont pas nos droits", scandait ainsi un manifestant par le biais du micro et des enceintes, prêtées pour l'occasion.

  • Valeurs humaines, par Anaïs A.

Il ne s'agit pas uniquement d'une réaction contre la crise économique. C'est surtout une réaction à la crise éthique, au manque d'honnêteté, à la manipulation des valeurs humaines, à leur négation face aux valeurs économiques. (...)

  • Je suis ému, par Joan A.

Une affichette collée hier Place de la Catalogne a Barcelone peut résumer l'ambiance : "J'etais à Paris en mai 68 et je suis ému. J'ai 72 ans".

LeMonde.fr

A Paris, 250 manifestants place de la Bastille

Deux cent cinquante personnes se sont rassemblées samedi après-midi sur la place de la Bastille à Paris pour soutenir les manifestations espagnoles. Assis sur les marches de l'Opéra Bastille, les manifestants, des étudiants pour la grande majorité, ont déployé une banderole avec les mots : "Spanish revolution, people of Europe rise up" (Révolution espagnole, peuples d'Europe levez-vous).

Mouvement des "indignés"

Les faits Les "indignés" poursuivent leur occupation de la Puerta del Sol à Madrid

Reportage Après Madrid, les "indignés" français s'installent place de la Bastille

Entretien "La jeunesse espagnole est capable de s'organiser seule, sans parti ni syndicat"

Reportage A la Puerta del Sol, le mouvement se renforce après les violences policières à Barcelone

Portrait "Si je ne trouve pas de travail cette année, je quitte l'Espagne"

Le monde édition abonnés

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran