11 Novembre 2018

La sale guerre. A quoi sert sa commémoration si la France continue à vendre des armes ? La paix recherchée ? Oui mais ne faut il pas faire la guerre à la sur activité humaine ?

Les médias relatent le grand évènement notable :

Le président de la république française a invité

De nombreux chefs d’état pour commémorer

Le centième anniversaire d’une guerre épouvantable.

 

Le président dira la grande guerre mondiale

Félicitera les maréchaux d’armée ayant bien oeuvré

Envoyant des millions de soldats se faire tuer

Afin de défendre chèrement le territoire national.

 

Il dira sans doute que l’armistice enfin signé

Enregistrait la victoire finale de la France unie

Et la défaite de nos plus grands ennemis.

Il dira le devoir de mémoire si bien célébré.

 

Mais il ne dira pas la monstruosité des hommes

Qui décidèrent la guerre et ne firent rien pour l’éviter ;

Ne dira pas le crime commis contre l’humanité

Mais lénifiera sur les courageux morts de la Somme.

 

Cette guerre n’est pas grande ; elle est sale

Sa fin n’est en aucun cas une victoire pour la France

C’est une défaite de l’humanité, une errance

Une perte énorme de temps, d’intelligence et de mâles.

 

Les dirigeants de la France ou d’ailleurs sont bêtes.

Ils ne comprennent pas la leçon de l’histoire

Puisqu’ils continuent à concevoir et promouvoir

Des armes qu’ils vendent aux grandes muettes.

 

Alors à quoi sert un centième devoir de mémoire ?

Alors est il sincère de parler de paix dans ce monde ?

Comment ces hommes, ces décideurs immondes

Peuvent ils construire une plus belle histoire ?

 

Et puis ce forum pour la paix n’est il pas dépassé

Quand on comprend que le projet de l’humanité

Doit être de restaurer l’environnement et la biodiversité

De faire la guerre, au gâchis, à la vitesse, à la sur activité !

 

Les médias relatent et relateront encore

Les hommes politiques jacasseront plus fort

Bien sécurisés dans leur artificiel décor

Tandis que le peuple assommé s’endort !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.