Retour au Goum pour les fêtes

Pour les fêtes, quand on est moscovite, de Mosob (la région de Moscou), citoyen de la Fédération de Russie, étranger ou touriste de passage, il est indispensable de passer au GOUM c’est-à-dire au Magasin Principal Universel. En réalité la vitrine de la vitrine (la place Rouge), de la vitrine (Moscou), de la Russie.

Cette fonction de représentation de la ville et du régime, le GOUM, l’a eu dès le début, car s’il est né d’une volonté des marchands de la place Rouge d’avoir d’un bâtiment en dur, il est inauguré en présence de membres de la famille du tsar Alexandre III, le père de Nicolas II, le 2 décembre 1893.Dès le XVIIIe siècle, Catherine II, avait promu un projet de magasin sur la Place Rouge, le bâtiment d’un style néo-classique a brulé lors du grand incendie de 1812, et c’est sur cet emplacement qu’a été construit le GOUM. Son histoire est aussi un condensé de l’histoire russe et soviétique.

Place Rouge, face à face le Kremlin et le Goum illuminé. © CB Place Rouge, face à face le Kremlin et le Goum illuminé. © CB

A la veille de la Révolution, on y trouvait jusqu’à 1200 boutiques, il est nationalisé après la Révolution, rebaptisé en Magasin Universel d’État, et se veut pendant la période de la NEP (1921-1928) comme le modèle de l’entreprise de distribution à travers la Russie et accessible à tous.

À l'intérieur du GOUM © CB À l'intérieur du GOUM © CB

Chez le chausseur ou le cordonnier... © CB Chez le chausseur ou le cordonnier... © CB

Un temps, une athmosphère, une marque. Là c'est la porcelaine de Imperialskii Farfor de Saint-Petersbourg. © CB Un temps, une athmosphère, une marque. Là c'est la porcelaine de Imperialskii Farfor de Saint-Petersbourg. © CB

Voir ce reportage de 1923 ici

et plus récent 2016 mais retraçant en russe l'histoire

En 1928, Staline choisit le bâtiment pour en faire le siège du comité du Plan et il conserve cette fonction jusqu’à la mort du vojd en 1953.  Il aurait même accueilli brièvement, en 1932 le corps de sa femme Nadiejda après son suicide. En 1953, il retrouve sa fonction commerciale, mais il fait partie des quelques rares magasins en Union soviétique, où l’on pouvait y trouver de tout, par contre les queues y étaient légendaires.

Un film reportage est consacré pour sa réouverture et y montre l’opulence et la modernité... voir ici (en russe)

On y fait toujours un peu la queue mais au dernier étage pour aller à la Stalovaia pour avoir une place, elle est plutôt bonne et à son charme désuet bien que revisité.

Le charme discret de la Stalovaia... et de sa machine automatique d'eau gazeuse © CB Le charme discret de la Stalovaia... et de sa machine automatique d'eau gazeuse © CB

 À la fin de l’Union soviétique, le magasin est privatisé. L’acronyme du magasin reste identique GOUM, il reprend son nom prérévolutionnaire de Magasin principal universel.  Il passe de main en main avant que Bosco di Ciliegi, (La Cerisaie en italien), la marque de luxe russe aux accents italiens, acquiert en 2005, 50,25% des parts et en fasse son vaisseau amiral et depuis décembre 2016 son propriétaire quasi exclusif avec 97,34%, il s’agit d’une location jusqu’en 2059, de gré à gré, donc sans appel d’offre et la valeur du contrat est inconnue. Bosco di Ciliegi, est la propriété du millionnaire Mikhaïl Kusnirovitch, un quinqua moscovite de 1966, ingénieur de formation, ancien responsable komsomol, qui comme ses camarades se lance dans les affaires après 1991.

Carpture d'écran du magazine Forbes, consulté le 28 décembre 2018. © CB Carpture d'écran du magazine Forbes, consulté le 28 décembre 2018. © CB

Associé au groupe d’habillement Italien SIMA, Bosco di Ciliegi est partenaire depuis 2001 de l’équipe olympique russe, mais en 2017, il a refusé de renouveler de contrat. Il très impliqué dans les relations économiques Russie-Italie où il croise l’ancien premier ministre italien et homme d’affaires Silvio Berlusconi.  Il a aussi fait partie des conseillers de V. V. Poutine lors de l’élection présidentielle de 2018.… Sa fortune est estimée par Forbes en 2018, à 500 millions de dollars ce qui le place à la 196e place du classement des hommes d’affaires, les plus riches de Russie.Voir

Au abord du Goum illuminé © CB Au abord du Goum illuminé © CB
Sur le plan architectural, c’est un mélange de style néo-médiéval russe combiné avec une structure fer et verre typique du XIXe siècle en particulier pour les gares de chemin de fer, alors que son grand rival TSUM (Magasin Central Universel, ex-MosTorg, ex-Muir&Mirrielees), en face du théâtre Bolchoï, fondée par deux marchands écossais au début du XXe siècle est typique du style néogothique.

La prépariation du sapin © CB La prépariation du sapin © CB
Le marché de Noël de cette année est un marché de Noël du Goum, avec des animateurs et vendeurs habillé en Bosco et sous le signe du Soyuz multi klub, c’est-à-dire le Club des dessins animés soviétiques avec tous les héros de l’enfance des quinquas, des quadras, des trentenaires, … des enfants et de leurs parents et grands-parents, les Tcheburachka, Krokodil Gena, Nu Pagadi et tutti quanti… Une nostalgie soviétique intergénérationnelle… Pas mieux !

L'entrée du marché de Noël © CB L'entrée du marché de Noël © CB
Avec sa patinoire

Patinoire du Goum © CB Patinoire du Goum © CB

 Le logo de l'uniforme de la fête et du marché

Goum, Bosco même proprio, le logo de l'uniforme © CB Goum, Bosco même proprio, le logo de l'uniforme © CB

 

 

 

 

 

Par contre pour le 31 décembre, le bon peuple n'est pas convié, pour la deuxième année consécutive la place Rouge ne sera accessible qu'au VIP et à ceux qui ont payé et réservé à l'avance...

Temple du luxe... Et Jaguar à gagner ? © CB Temple du luxe... Et Jaguar à gagner ? © CB

On pourra toujours se contenter dè la semaine d'après des produits des marques soviétiques

En vitrine, des produits soviétiques à l'honneur. © CB En vitrine, des produits soviétiques à l'honneur. © CB

 

Salami revisité par Bosco. © CB Salami revisité par Bosco. © CB

Ou de se promener encore un peu...

Lèche vitrine © CB Lèche vitrine © CB

 

Léche vitrine de luxe.... © CB Léche vitrine de luxe.... © CB

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.