Malbrough s'en va-t-en guerre

Alors bon, oui, comme Malbrough, on s'en va-t-en guerre. Ne sait quand reviendra...

On en est là parce que l'État Islamique est devenu important depuis 1999 car il arrive à générer des revenus impressionnants avec le pétrole.
De l'autre côté, depuis au moins 1980, des gens disent : on consomme trop de pétrole, ce n'est pas soutenable à long terme. Ceux-là n'auront même plus le droit de manifester à la COP21. Non, il faut brûler encore plus de pétrole. Faire voler des bombardiers lâchant des bombes sur des puits de pétrole et des camions citernes. Au passage, quelques dégâts collatéraux qui faciliteront le recrutement pour le djihad des survivants. Ceux qui disent que le lien entre dégâts collatéraux et recrutement n'est pas avéré n'ont qu'à voir la montée du FN suite aux récents attentats...

La Transition Énergétique comme arme pacifique n'a même pas été envisagé un instant par les services de défense et de renseignement ces 30 dernières années. Chapeau bas... Pourtant, l'argent nécessaire à la transition semblerait pouvoir être trouvé, même en période de crise quand on voit la facilité avec laquelle la nouvelle guerre est financée. Chapeau à nouveau aux faucons. À moins que ce n'en soient des vrais...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.