Sara Aviva Gerbaud
Psychanalyste, musicienne, auteure.
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2017

La bonne santé mentale : la littérature

- Ne surtout pas se croire normal - Assumer ses singularités, ses déviances - Ne pas tuer l'artiste créateur et penseur en soi - Aimer "sa voix enfant" - Accepter de rester adolescent - Voyager physiquement ou mentalement - Lire-

Sara Aviva Gerbaud
Psychanalyste, musicienne, auteure.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A quoi tient la décadence ?

« Il n’est pas contraire à la raison de préférer la destruction du monde entier à l’égratignure de mon doigt » David Hume

Louches mais "Rome antique" - Liste de 5 livres - Babelio Babelio300 × 333Recherche par image La bande dessinée sur la Rome antique a parfois (souvent) tendance à vanter les moeurs débridées de nos ancêtres les Romains. Entre visites aux thermes, ...

A la perte de liens avec le monde réel, la décadence tient. Rien n'est plus là pour nourrir l'arbre de vie de la façon la plus ordinaire  - sexualité, affection familiale, travail reconnu, relation sociales au-dehors etc. -. La mystique athée et matérialiste joyeuse a pris le dessus. Le citoyen ordinaire va au travail, lui.

Les décadents, pour leur part, depuis fort longtemps, voire depuis toujours....? n'y vont plus.

L'existence est devenue spectrale.

Epurée et faite de bruissements tremblants, d'aucuns en disent à propos d'un de mes chapitres : "C'est bien écrit mais c'est assez méprisant pour tes parent et grand parents. Bref on sent un sentiment de supériorité qui peut être senti comme un peu pédant et hautain... Qui peut définir le vrai langage pur et beau ? Les intellos décadents parisiens ? Je doute...!".

Comme chez Howard Phillips Lovecraft, les étranges palabres confinent à l'nommable retour des fantômes, filiformes, androgènes Le bon sens n'a jamais aimé l'altérité.

Vivre, c'est mourir ; donc progresser, mais n'est-ce pas en même temps embrasser notre altérité, en permanence ?  Cette saloperie de discours sur la décadence est vielle comme le monde, elle cache une propension intestine au ressentiment, ce talent certain pour la pensée réactive, bien souvent réactionnaire ! Dans toutes les hypothèses, il est symptomatique et désigne un individu qui soit n'a rien à dire - vidé comme une coquille - soit n'a plus rien à dire, dans les deux cas, il est épuisé. Souvent, il a arrêté de combattre la souffrance. Ce qui n'est pas le cas de ce discours. Ayant encore la santé, "bon pied-bot-œil" même si boiteux ; fuyons les "normaphtes", car un handicapé c'est là pour, faire défendre ses droits : greuler... !     

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES