Recovery strategy (in times of containment), 5 & 6 : Travelling by thought

Recovery strategy (in times of containment), 5 : Travelling by thought © Christophe Gervot

Notre réalité de ces temps de confinement est limitée : quand ce ne sont les petits commerces, se sont les galeries marchandes qui ferment, quand nous ne sommes pas « strictement » confinés, nous sommes sous le coup de couvre-feux, et parfois nous ne pouvons pas nous déplacer plus loin que jusqu’à 20 ou 30 km de chez nous.

 

Les médias mettent l’accent sur le moral des ressortissants français. Il serait assez bas et même très bas chez certaines personnes, comme des personnes déjà assez isolées ou des jeunes qui ne trouvent plus au quotidien les réalités qui vont avec leur âge, comme l’université, le centre de formation.

 

L’effet de la distanciation sociale, c’est ça : beaucoup ne rencontrent plus leurs proches de l’aire sociale, celle qui donne parfois aussi de l’air.

 

Il nous reste parfois à nous tourner vers l’imaginaire. Je le fais avec cette vidéo et avec ce texte.

 

Cette vidéo aurait pu être intitulée, ou sous-intitulée : Tipiak Couscous series from 1 to 6.

 

Le couscous Tipiak, c’est principalement celui que je trouve dans les supermachés où j’achète. Si ça se trouve, c’est parce que Tipiak est installé dans le coin.

 

C’est du couscous, de la graine de couscous, celle que j’aime manger, comme j’aime les couscous des restaurants.

 

Voyager en choisissant son restaurant quartier Bouffay à Nantes, par exemple, ce n’est plus possible en temps de confinement : les restaurants sont fermés.

 

Voyager en choisissant ses produits au supermarché, c’est ce que nous faisons tous et toutes plus ou moins sans le savoir, selon nos goûts.

 

Nous pouvons y ajouter notre imaginaire : en plus des aspects picturaux des packagings des produits, nous avons notre relation personnelle à ces pays dont les mets et les recettes sont issus.

 

Je ne connais pas personnellement l’Afrique, ni le Maghreb plus particulièrement, mais j’ai l’imaginaire d’un jeune des années 1980s, j’ai un père qui est allé en Algérie, je me suis identifié aux luttes pour les indépendances, contre le racisme et je suis curieux des arts, notamment musical, en provenance de là-bas, et des productions artistiques de ceux d’entre nos frères et sœurs maghrébins, et africains qui vivent ici en France parmi nous ou ailleurs dans le monde.

 

Tout ça me fait voyager, et peu importe, après tout, si le couscous que j’achète est le couscous Tipiak : ça c’est le phénomène local. Ma vidéo fait un clin d’œil, comme souvent avec mes travaux artistiques, au Pop art.

 

Alors que ma série ‘Uncle Ben’s’ se terminait sur le 8ème paquet de riz sur 8, était finie, dans la vidéo ‘Recovery Strategy (in times of containment), Ce n’est pas ma lettre / Uncle Ben’s series from 1 to 8’, cette vidéo d’aujourd’hui, ‘Travelling by thought’, ne se termine pas sur un 6ème paquet marqué 6/6. Elle laisse la place à d’autres vidéos, au gré de mes achats, au gré de l’actualité.

Recovery strategy, 6 : Travelling by thought. (Hear my voice) © Christophe Gervot

Christophe Gervot, écrivain, traducteur, artiste plasticien tous médiums, artiste auteur d’œuvres numériques vidéos, le 09/02/2021.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.