Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, parolier, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel de droit français.
Abonné·e de Mediapart

134 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2020

'Côte d'amour', extrait de 'Sur la route, j'ai perdu quelque chose'

Je publie ici un chapitre extrait d'un court roman qui est désormais publié par Librinova. Il met en scène la rencontre entre deux jeunes hommes, alors que le roman raconte des histoires telles qu'elles peuvent se passer dans quelques villes de France, à l'âge où l'on entre dans la vie active. Mise à jour du 5/8/2020.

Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, parolier, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel de droit français.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Gustarle a uno la vida, querer, amar... (Versión de Benicàssim y en adelante) © Christophe Gervot

Il me donna rendez-vous sur le port du Croisic. J’y allai en faisant le détour par la côte sauvage, cette côte si basse, peuplée de touristes, que longe la route sur de nombreux kilomètres. On sait peu qu’elle se loge au creux d’une côte qui porte nom d’amour. Puis on parvient au port à la fin du parcours, laissant à gauche, pour nous terriens, les îles et les jetées. Il faut encore marcher le long des quais, dépasser la criée et les boutiques de cartes postales pour arriver à ce café dont il m’avait téléphoné le nom.

Il m’attendait, assis à l’intérieur. Le soleil éclairait le décor lambrissé et les clients du bar d’une lumière apaisante. L’ayant connu en hiver, je le revoyais tout à coup, manches courtes et bermuda, découvrais la forme de ses bras, de ses jambes, brunis pas la saison. Il s’accordait aux images passées, me saisissais par sa beauté, son regard qui répondait au mien.

Nous avons parlé longtemps, repris le chemin des quais. Il souriait. Je posais ma main sur son épaule.

Il disait qu’il négocierait mieux son diplôme en informatique en étant sur Paris, qu’il allait chercher à s’installer là-bas.

Nous avons marché et nous nous sommes assis au bord de l’eau, face aux bateaux de pèche aux couleurs vives. Je ne pouvais me projeter dans un avenir incertain, avenir professionnel ou simplement personnel. Je savais juste que dans l’instant, j’aimais être là, à côté de lui.

Extrait de Sur la route, j'ai perdu quelque chose, roman de Christophe Gervot, écrivain, musicien auteur, artiste plasticien tous médiums, artiste auteur d’œuvres numériques vidéos, traducteur, psychanalyste et formateur, le 14 juillet 2020.

Achetez ce roman, en livre numérique, en suivant ce lien :

https://www.librinova.com/librairie/christophe-gervot/sur-la-route-j-ai-perdu-quelque-chose-1

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre