Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, compositeur, interprète, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel, et Youtubeur à titre personnel.
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2021

Psychanalyse : Création Versus Tradition

Christophe Gervot
Blogueur engagé, psychanalyste praticien et chercheur, musicien auteur, compositeur, interprète, écrivain, artiste plasticien tous médiums et artiste digital engagé, également connu sous le nom de GoldenCangré, de Christopher Reed, et de Christopher Wordy Aliens, traducteur et formateur comme entrepreneur individuel, et Youtubeur à titre personnel.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Epars phrases thé mots dits buvant création © Christophe Gervot

Dans son premier enseignement, Jacques Lacan, à la suite de Sigmund Freud, avance que "l'inconscient est structuré comme un langage". En effet, pour qui a accès au symbolique (le S de RIS : Réel, Imaginaire et Symbolique), c'est-à-dire pour qui parle authentiquement, c'est-à-dire même personnellement, nos énoncés se déroulent sur deux axes que la linguistique saussurienne (celle qu'à décrite Ferdinand de Saussure (1857-1913) dans son "Cours de linguistique générale" (1916)) appelle l'axe syntagmatique (ou l'axe des enchaînements, ou des "concaténations") et l'axe paradigmatique (ou l'axe des choix, ou l'axe des substitutions). Et sur l'axe syntagmatique sont possibles les successions de signifiants selon les règles de la syntaxe (que l'on appelle souvent la grammaire) et, en rhétorique, selon les règles de la métonymie. Sur l'axe paradigmatique, l'axe des choix lexicaux, s'opèrent les choix de signifiants en fonction de leur signification en terme de vocabulaire, et est possible d'utiliser "un mot pour un autre", c'est-à-dire une métaphore, et pour chaque signifiant, des métaphores. Pour Jacques Lacan, la métonymie permet la métaphore et la métaphore produit un effet de création de sens qui peut être fructueux en psychanalyse, car il dit plus que ce que le sujet, le patient, voulait dire. C'est le principe du lapsus. Métaphore et métonymie sont les deux lois du langage et il faut leur ajouter les effets du signifiant. Pour Jacques Lacan, le sujets psychotique, à qui il manque un signifiant : le signifiant de la loi, le Nom du père, point de capiton entre un signifiant et un signifié particuliers, qui donne à la langue du sujet sa stabilité (car les sujets psychotiques pâtissent de vouloir donner un nom à chaque chose (un mot pour une chose, ce qui est l'inverse de la possibilité de la métaphore), ce qui les rend sujets du langage par l'illusion qu'il y a une garantie dans l'Autre, le trésor des signifiants)) et aussi leur tranquillité aux sujets névrosés, ne peuvent articuler leurs énoncés que sur l'axe métonymique. Il leur manque la métaphore. Les sujets névrosés, eux, connaissent la métonymie et la métaphore. Les sujets autistes, en revanche, ne sont pas entrés dans la parole pleine accueillie par un autre, ou par un Autre parental, ce deuxième sujet faisant défaut, et ne connaissent donc ni la métaphore, ni la métonymie, ni l'effet du signifiant jusqu'au bout, celui de son accueil par l'autre et de son acceptation par le sujet comme parlant de lui-même, ce qui est le principe de la frappe signifiante sur le corps, qui passe par l'appareil phonatoire (la lange articulée faisant interface entre le langage et le corps, représenté par la cavité buccale, l'appareil phonatoire relié au cerveau, où sans doute, comme nous le disent les neurosciences, les connexions neuronales, les synapses, s'organisent différemment dès lors que cette frappe signifiante a lieu, puis peuvent se développer, permettant sans doute aussi les apprentissages divers plus facilement, c'est-à-dire grâce à la compréhension, ce qui est différent de la mémorisation des connaissances, que les sujets autistes peuvent reproduire en phonétisant, en "ânonnant" mais sans les comprendre. Nous devons donc distinguer deux étapes quand à l'histoire possible pour tout sujet de son inconscient : la frappe signifiante, quand le sujet indifférencié S quitte l'autisme pour devenir le sujet barré $, à la suite de la castration langagière, ce qui lui donne accès à la métonymie, en tant que sujet psychotique, puis la réception et l'acceptation d'un signifiant de la loi, le "Nom du père" qui lui permet l'accès à la métaphore et à la névrose, structure stable et qui ne peut être dépassée. Ces deux étapes constituent l'histoire de tous les sujets, qu'ils deviennent psychotiques, névrosés ou non, grâce aux rencontres contingentes (la "tuché"), ou qu'ils restent autistes en l'absence de tuché, de rencontres contingentes. Ces rencontres, favorisées par l'entourage, l"environnement des sujets, peuvent avoir lieu en peu de temps, en peu d'années, ou non, ou ne pas se produire. la psychanalyse que je pratique à mon cabinet, peut permettre de palier à cette absence de rencontres contingentes, et aux sujets de sortir de l'autisme et de se guérir de leur psychose. les déjà névrosés peuvent demander une psychanalyse pour d'autres raisons, en raisons de leurs difficultés, de leurs questions, qui comme pour tout sujet, dépendent de leur histoire personnelle.

Ending spring joy : About trouble somewhere : happening, expressed, not happening. 2 © Christophe Gervot

Christophe Gervot, psychanalyste, écrivain, artiste auteur d’œuvres numériques vidéos, artiste plasticien tous médiums, musicien auteur, traducteur et formateur, le 22 mai 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien