une enquête sur la mission confiée à BlackRock au sein de l'UE

fn-af886-fn-bla-p-20190110040915-europe
Quelques mois après que Blackrock se voie confier une mission sur la surveillance bancaire des « facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance » par la commission européenne (un des trucs fous qui a grandement accentué mon besoin de faire des recherches et d’écrire sur l’économie pendant mon confinement - bit.ly/renaissanceco), une médiatrice européenne ouvre une enquête sur la façon dont la plus grosse société de gestions d'actifs du monde a cassé les prix pour obtenir ce contrat et assurer la pérennité de ses activités.

Comme il ne s'agit pas d'un établissement bancaire, Blackrock échappe déjà à nombre de règles en vigueurs et j'imagine qu'en se plaçant à la commission européenne, la société s'assure la possibilité de glisser quelques conseils de gestions, comme il l'a fait récemment en France (en juillet 2019) en donnant quelques conseils à notre présidents sur la meilleur façon de gérer l’épargne retraite (pour mettre enfin la main sur une épargne « parmi les plus élevées d’Europe » qui lui échappe jusqu’à présent).

L’ONG Finance Watch craint (dans un communiqué de Benoît Lallemand du 9 avril 2020) "l’approche du gestionnaire d’actifs relative au changement climatique, qui ne s’intéresse qu’aux conséquences financières et néglige l’impact qu’auront les entreprises sur le changement climatique et l’environnement."

J'ai hâte de voir les résultats de cette enquête...

Mais j'ai bien peur que BlackRock ait le bras assez long pour ne pas se sentir menacer par quoi que ce soit...

voir article dans le monde du 7 juillet 2020 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.