Christophe Thollet Vigere
aérosculpteur, motion designer, vidéaste et couteau suisse pour des artistes
Abonné·e de Mediapart

85 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mars 2022

A demain mon amour

11 mars 2022 - Super découverte hier soir avec "à demain mon amour", ce film sur le couple de sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot (qui vient de sortir au cinéma).

Christophe Thollet Vigere
aérosculpteur, motion designer, vidéaste et couteau suisse pour des artistes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La séance était en présence du réalisateur Basile Carré-Agostini qui a passé 4 ans à suivre de façon très intime le quotidien de ces chercheurs à la retraites pour faire ce film. Comme il l'expliquait après la séance, c'est une façon de traverser un quinquennat...

Je vous recommande vivement ce film plein de doutes et du genre de rencontres que les hasards de la vie peuvent provoquer (particulièrement dans celle de ces militants pleins de curiosités et de bienveillances).

Lors des échanges après le film, une des spectatrices questionne le réalisateur sur l'apparition de Monique Pinçon-Charlot dans le film Hold Up. C'est vrai que même si le film n'en parle pas du tout, on ne peut pas s'empêcher de penser à ça, lorsqu'on voit peu à peu de plus en plus de masque sanitaires à l'écran.

Le réalisateur a traversé cette période avec eux et à vu ces deux belles personnes prendre un coup de vieux pendant le confinement (déjà qu'ils sont pas tout jeune). Il faut dire que le contact social est très important pour ces deux sociologues de terrains (qu'il s'agisse des châteaux de la grande bourgeoisie, des bureaux de syndicalistes ou des rond point bloqués par des gilets jaunes). Comme Basile l'explique pour répondre à cette question, cette période semble avoir beaucoup fragilisé la santé et la vigilance de Monique qui s'est retrouvé complètement manipulée dans le film "Hold Up" : isolant un extrait d'interview pour faire croire qu'elle parle du coronavirus alors qu'elle parlait du réchauffement climatique...

Il conclue cette histoire de "hold up" en faisant remarquer que c'est terrible pour eux de se retrouver embarqués dans des théories complotistes alors que si on regarde bien tout leur travail de sociologue, il s'agit depuis toujours de démontrer qu'il n'y a aucun complot, pas plus au sein de l'état Français, que dans l'oligarchie qu'ils ont tant étudié. Que tout peut s'expliquer de façon sociologique, en dépassant les idées reçues des uns envers les autres.

Bon mais je m'éloigne du film avec cette rencontre après la projection...

Courrez voir ce film qui parle beaucoup d'amour et d'avenir (d'où le titre "A demain mon amour") avec des scènes douces, intimes et très éclairantes sur notre société et le travail de sociologue. Notamment une scène dans laquelle on comprend que ces deux chercheurs du cnrs sont sortis de leur "droit de réserve" à l'occasion de leur retraite...

A demain mon amour - Bande annonce FR © Cinecity

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo