« Faire du drôle avec du triste »

Hommage à Guy Bedos, décédé ce 29 mai 2020

51ksujhxuzl-ac-sy445
Derrière son humour décapant, son regard malicieux et sa voix de crooner pied noir, Guy Bedos a toujours caché une extrême gravité. Il a toujours planté sa plume dans une profonde conscience de la gravité de la situation économique, sociale et politique dans laquelle est plongé la France depuis un moment.

Je voulais partagé une de ces incroyables revues de presse, et le hasard a voulu que je tombe sur une de ses dernières qu'il a fait au théâtre du Rond Point en 2013 et dans laquelle il parle déjà beaucoup de la dette...

Guy Bedos -- Extrait n°1 du spectacle RIDEAU © Universal Music France

C'est comme si ça me poursuivait...

Ce clown qui a "fait du théâtre sur ordonnance médicale" devrait lui même être remboursé par la sécu tellement il a soigné notre vision du monde politique pendant tant d'années. Il a toujours revendiqué le "rire de résistance". Comme il l'a écrit dans son "Je me souviendrai de tout" (Fayard, 2015), "ma Torah, mon Coran, ma Bible à moi, c’est la Déclaration universelle des droits de l’homme, (...) ma carrière d’humoriste est un succès, ma vie de citoyen utopiste, un échec."

J'avais du Guy Bedos dans mon biberon, alors en apprenant sa disparition, c'est comme si je perdais un membre de ma famille. C'est comme si j'apprenais le décès d'un tonton farceur qui m'avait donné envie de m’intéresser aux discussions des adultes pendant les fêtes de famille. Le genre de grande personne qui rend accessible la réalité du monde dans lequel on vit.

Heureusement il a pleins d'enfants aussi irrévérencieux que drôles et éveillés sur l'actualité politique et sociétale : Nicolas Bedos bien sur, mais aussi Christophe Alévêque, Charline vanhoenacker, Pierre-Emmanuel Barré, Nicole Ferroni, Guy Carlier, Blanche Gardin, Didier Porte, Anne-Sophie Bajon, Daniel Morin, Laura Laune, Guillaume Meurice, Giedré, Tanguy Pastureau, Anne Roumanoff ou Stéphane Guillon...

 

Le titre de son dernier spectacle ("Rideau !") raisonne étrangement en cette période d'incertitude lié à la crise du COVID qui laisse tous les rideaux fermés jusqu'à nouvel ordre...</div></body></html>

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.