ChristopherLFT
Rédacteur web spécialisé dans l'économie et la finance, également entrepreneur.
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 sept. 2021

ChristopherLFT
Rédacteur web spécialisé dans l'économie et la finance, également entrepreneur.
Abonné·e de Mediapart

Krach de la bourse, cette fois-ci, c'est Warren Buffett qui y croit

Depuis les débuts de la crise sanitaire, des impacts financiers sans précédent sont annoncés, mais l’économie semblent tenir le choc (pour l’instant ?). Qu'en est-il réellement ?

ChristopherLFT
Rédacteur web spécialisé dans l'économie et la finance, également entrepreneur.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour de nombreux observateurs, le krach boursier serait pourtant imminent et ce serait l’évolution des stratégies d’investissement de Warren Buffett qui le prouverait.

L’homme d'affaires de génie a construit son succès et son empire financier sur une méthode simple en apparence : investir dans des secteurs en difficultés temporaires et analyser le marché pour savoir quand ils se déconnectent de l’économie réelle.

Et les positions prises par Buffett en 2020 semblent indiquer qu’il pense le krach inéluctable.

Voyons ensemble les éléments disponibles.

Une situation inédite, difficile à évaluer

Les indicateurs économiques sont en effet assez contradictoires et les signaux sont variés : les économies mondiales subissent des impacts forts de la crise sanitaire, cependant les banques centrales injectent un volume important de liquidités et certains secteurs battent des records (c'est le cas par exemple de celui des technologies), quand d'autres s'effondrent et sont décotés.

Difficile dans ces conditions de savoir réellement ce qui attend les bourses et les économies mondiales dans les mois qui viennent. La crainte d'un nouveau krach boursier est présente en effet depuis plusieurs mois et l’observation des transactions réalisées par des financiers expérimentés, ayant déjà prouvé leurs capacités à anticiper les crises est une stratégie intéressante.

Les transactions des gros investisseurs américains sont publiées chaque trimestre. En 2020, ces publications ont montré d'importants changements dans la stratégie d'investissement du milliardaire Warren Buffett. De nombreux observateurs considèrent que ces éléments viennent renforcer la perspective de l’imminence d’une crise majeure.

L'indicateur de Warren Buffett

Dans le passé, il a utilisé avec succès un indicateur qu'il privilégie pour ses investissements et qui porte d'ailleurs son nom. Il aurait ainsi évité dans les années 2000 la bulle internet et investi massivement dans les banques lors de la crise de 2008.

Cet indicateur se calcule de façon simple : il s'agit de diviser la capitalisation boursière de toutes les entreprises (= le poids du marché boursier) par le PIB (c'est-à-dire la production). Il donne ainsi un moyen d'évaluer le rapport entre la bourse et l'économie réelle et permet donc de savoir si la valeur des actions est surévaluée.

Lorsque l'indicateur dépasse les 100 %, il suggère une surestimation du marché par rapport à l'économie réelle et indiquerait un risque important de krach.

Quand on observe actuellement cet indicateur sur l'économie américaine, on voit qu'il est historiquement haut, la bourse est donc remontée bien plus vite que l'économie. Les investisseurs continuent à soutenir un certain nombre de grandes entreprises, comme Tesla ou Apple, par exemple avec l’argent des banques centrales….

Les indices qui pourraient indiquer que Warren Buffett se prépare à un krach boursier imminent

Buffett semble au contraire penser que l'économie mondiale est entrée en récession et il paraît plutôt se préparer à une crise majeure. Dans le passé, il a souvent parié sur des industries qui rencontraient des difficultés circonstancielles et cela lui a réussi. Mais les transactions qu'il a réalisées courant 2020 montrent un changement dans sa stratégie.

Alors qu'il affirme depuis longtemps détester l'or, considérant qu'il s'agit d'un actif qui ne rapporte rien et peut même se révéler coûteux en nécessitant des assurances, Warren Buffett a pourtant investi dans une société canadienne minière et a acheté de l'or. Cela reste certes un investissement minime au regard de sa fortune globale, car la somme investie en 2020 représente moins de 0,3% de son portefeuille, mais cela reste suffisamment inhabituel dans les pratiques de Buffett pour avoir interpellé nombre d’investisseurs.

Autre signe d'alerte apparaissant dans ses transactions, alors qu'il est habituellement attaché aux investissements dans les banques, en 2020, il a vendu 12 milliards de valeurs bancaires. Il n'a augmenté ses investissements que dans une seule banque : la banque d'Amérique. Or, il ne s'agit visiblement pas d'une prise de profit, les banques étant faiblement valorisées au moment de ces transactions. Les observateurs en ont déduit que Warren Buffett anticipait une crise.

Autre choix inhabituel, la holding de Buffett augmente fortement sa détention de liquidités en amassant de façon beaucoup plus importante qu’à l’accoutumée du cash et de bons du trésor.

Là encore, ces choix semblent aller dans le sens d’une anticipation d’une crise majeure, un investisseur comme Buffett ne se tournant pas vers des valeurs refuge comme celles-ci sans raison.

Un seul indicateur peut-il suffire à prédire un krach ?

Fin mai 2021, l'indicateur Buffett a affiché un résultat supérieur à 200 % pour l'économie américaine, un sommet jamais atteint auparavant. Ce chiffre semble rendre inéluctable un réajustement brutal de la bourse à l'économie réelle et donc une catastrophe boursière, si l’on considère que cet indicateur est fiable pour prédire un krach.

Cependant, il est peut-être nécessaire de nuancer un peu. Les traders techniques ceux qui se concentrent sur les graphiques comme Tradosaure, conseillent plutôt de suivre le marché et ne pas l’anticiper. Comme souvent en matière d'investissement, un seul indicateur ne suffit pas pour analyser une situation aussi complexe quand bien même ce dernier provienne de Warren Buffett.

Pour certains investisseurs, l'indicateur Buffett est à croiser avec d’autres éléments dans cette situation très particulière, notamment du fait des taux d'intérêts historiquement bas. Ils permettent en effet d'emprunter de l'argent à très faible coût et donnent ainsi plus de valeur aux éventuels gains réels futurs.

Des intérêts aussi bas impliquent en outre des rendements plus faibles, particulièrement pour les investissements comportant de faibles risques, comme les obligations. Cela diminue donc la demande pour ce type de produit et a tendance à faire monter les cours des actions.

Cette analyse donne une autre explication aux niveaux très élevés de l’indicateur Buffett. Cela impliquerait donc que l’indicateur pourrait rester anormalement haut, aussi longtemps que les taux d’intérêt seront aussi bas.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement