4 pratiques qui rendent les avis sur internet obsolètes

Le commentaire sur internet est un devenu un incontournable dans la prise de décision d’un acte d’achat pour le consommateur. Selon une étude IPSOS sur l’e-réputation, 80% des internautes déclarent regarder les avis d’un produit sur internet avant d’acheter. Ce réflex naturel et légitime est pourtant manipulé par des pratiques commerciales rendant la réputation de l’article manipulée. Nous allons découvrir aujourd’hui 4 pratiques courantes qu’il vous faut connaitre afin de pouvoir contrôler la véracité de l’e-réputation sollicitée.

1. Le vendeur sollicite l’acheteur.

Il y a différente façon de solliciter un acheteur. De manière désintéressée, le vendeur propose aux acheteurs de remplir un questionnaire ou un formulaire de satisfaction.  Si le but de cette pratique est d’augmenter le service client par la prise en compte des remarques, la démarche est saine. Si le vendeur en tire des statistiques flatteuses sans réelle transparence, notre vigilance peut être attirée.

Mais il y a des sollicitations plus directes. Le vendeur peut vous demander de mettre un avis (sous-entendu positif) en échange d’un cadeau/service supplémentaire (par exemple un accès VIP, un accessoire qui complète une offre, etc.). Heureusement il reste possible de vérifier cette pratique, les vendeurs qui s’exercent à cet exercice se retrouvent avec un nombre très important de commentaire. Il convient donc de regarder les avis négatifs car il existe toujours une minorité de personne qui dénoncent ce fait. Si cette pratique est avérée, l’e-réputation devient obsolète.

2. Le délai de demande d’avis joue en faveur du vendeur.

A qui cela n’est jamais arrivé ? Vous achetez un produit cosmétique sur internet, vous le recevez sous 5/7 jours puis le site internet sur lequel vous avez acheté ce produit vous demande de lui mettre un avis. Or ce produit doit être pris sous une période long-terme (entre 1 et 3 mois) pour véritablement en juger de ces bienfaits. Nous avons donc deux solutions, ne pas mettre d’avis et ne plus pouvoir/vouloir en mettre à la fin de son utilisation. Ou de mettre un commentaire en fonction de la première expérience que nous avons majoritairement positif puisque nous constatons que :

  • Le paiement a été sécurité et rapide,
  • La livraison a été rapide,
  • Le conditionnement était agréable,
  • La réception de notre achat que nous attendions nous laisse un sentiment agréable.
  • Nous sommes pour le moment ravis.

Il est préférable de juger d’évaluer le produit que nous allons acheter et d’essayer de prendre en compte seulement les avis des personnes qui semblent avoir réellement testé.

3. L’affiliation

L’affiliation est un contrat qui relis un vendeur et un distributeur ou annonceur. Le vendeur peut directement vendre ses produits ou demander à des influenceurs ou d’autres services de les vendre à sa place. On peut trouver de l’affiliation un peu partout, sur les vidéos d’influenceurs ou sur les sites de commerce.

Là où l’affiliation modifie l’e-réputation, c’est que certains influenceurs ou annonceurs vont donner un avis positif d’un produit qu’ils ne connaissent pas seulement pour recevoir de l’argent.

Il faut privilégier la transparence, un site qui ne donne que des avis positifs est louche à mon sens. Je privilégie les sites qui sont capables de donner des avis positifs comme négatifs. Et il y en a comme le célèbre site Les numériques qui compare les appareils photos ou moins connu le site Les Formations de Trading qui comparent des formations de trading comme IVT ou encore Alti-trading.

Il convient alors de bien contrôler et vérifier ses sources.

4. La censure / la suppression / le faux

Une pratique difficilement évitable. Il n’est jamais certain que les avis d’un produit ne soient pas des faux avis, que les avis négatifs n’ont pas été effacés. Ce sont malheureusement des pratiques courantes.

Je considère qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Dès lors avoir des avis négatifs n’est pas toujours très mal perçus pour ma part. Lire des avis Google sur des profils nouveaux qui n’ont apparemment jamais mis de commentaire me semble plus louche par exemple.

 

J’espère que ces 4 pratiques vous permettront d’avoir un regard plus éclairer sur l’e-réputation d’un produit.  Comme elle est facilement manipulable, il ne faut pas hésiter à passer du temps et croiser vos sources. Et vous ? avez-vous des bonnes pratiques ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.