Comment les traders professionnels investissent-ils ?

Pour commencer, il est important de noter que les traders ne « trade » pas. Dans le sens où les épargnants particuliers comparent le mot « trader » par : effectuer des ordres d’achats/ventes d’actif généralement de court terme sur les marchés financiers. Mais ces derniers, traders professionnels, investissent. C’est-à-dire développe une vision et une stratégie de placement d’argent à long terme dans le but de générer des profits.

Je tire les conclusions de cet article grâce à mon passage au salon de l’analyse technique de 2019 ou M. LHERMIE Philippe dressait un bilan, plutôt convainquant, de l’utilisation de cette forme d’analyse dans le milieu professionnel pour en dresser des divergences avec l’utilisation particulière.

Divergence n°1 :  Les banques d’investissement recrutent des analystes et gestionnaire de risque 

Dans les banques d’investissement, il y a peu d’analyse technique et donc de technicien. L’étude a été réalisée sur plusieurs organigramme de société basée en France. On peut observer que le personnel des directions des risques et directions des analyses / stratégistes sont les plus étoffés. Les enjeux sont tellement conséquents qu’on laisse peu de place à l’interprétation et aux suppositions. Là où, au contraire les particuliers ont tendance à le négliger au profit des prises de décision rapides et émotives.

Divergence n°2 :  L’analyse fondamentale vient en priorité 

L’établissement des prédictions boursières se fait par deux approches aujourd’hui démocratisées. L’analyse fondamentale qui évalue les données financières d’une société afin d’en déterminer une valeur. Cette valeur est comparée à la capitalisation boursière pour savoir si la société est sous-évaluée ou surévaluée par le marché. Puis nous avons l’analyse technique, concrètement l’étude des graphiques boursiers dans le but de repérer des niveaux clés, des tendances, des figures chartistes qui nous permettent de rentrer en position.

Moins complexe et plus ludique, l’analyse technique s’est popularisée dans le processus d’investissement des traders particuliers.

  • A juste titre ?

Nous en sommes moins sûr. 90% des traders particuliers perdent de l’argent en bourse, quand les banques d’investissement préfèrent investir dans des analystes pour regarder le fondamentale d’une action. Et si nous étions tous bernés par cette popularité ?

Divergence n°3 :  L’analyse technique pour la vision long-terme.

Levier important, absence de stratégie, absence de plan, actualités moroses, recherche d’émotion forte, psychologie, toutes ces bonnes raisons font qu’un trader particulier n’est pas à l’aise dans un investissement de long terme. 

D’après l’étude de l’AMF, la moyenne des gains clôturés par les investisseurs particuliers sont de seulement 11 pips.

Il reste donc un gros effort d’éducation à réaliser car à l’inverse les banques utilisent l’analyse technique sur des unités de temps très longues (mensuelles et hebdomadaires). Ils sont capables de suivre la validation de leur scénario en daily cependant.

On ne s’improvise pas traders.

Apprendre un métier, une spécialité demande du temps. Etes-vous capable de devenir footballeur professionnel en ayant seulement tapé 3 fois dans un ballon ? Vous avez beau avoir la connaissance des règles, il vous manquera l'expérience, les subtilités que l’on n’apprend pas, la pratique et une vision ! Les grands traders le sont devenus car ils suivent leur vision et pas celles des autres.

Je partage le fait qu’il faut vous former, il existe des formations convenables et accessibles comme les formations Alti trading ou de Julien FLOT. Si elles ne vous permettent pas de devenir milliardaire (ne rêvons pas), se former permet de comprendre l’environnement des marchés financiers et comment protéger son capital, un premier point primordial. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.