chutzpah971
extraterrestre
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2021

Où sont les femmes ?

Caissière, prof, aide-soignante, infirmière, médecin, militante, féministe, syndicaliste, mère, étudiante, députée... Les femmes sont en première ligne pour se prendre de front la crise politique, la crise économique et la crise sanitaire, ainsi que leurs conséquences imbriquées en sac de noeuds qui se traduisent très concrètement dans leur vie. Pourquoi ne montent-elles pas au créneau ?

chutzpah971
extraterrestre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

femme antimasque © paul chiasson

Je n'en reviens toujours pas qu'après des mois à prendre sur nous, avec tout ce que nous avions déjà sur les épaules, nous soyons encore debout.

Je n'en reviens pas non plus qu'on ne soit pas dans les rues à hurler notre colère et défendre nos libertés et celles de nos enfants et de nos parents, petits et grands.

Pourquoi les femmes ? parce que c'est nous qui payons les pots cassés de cette gestion de crise calamiteuse. C'est nous qui occupons les emplois les moins bien payés, les plus précaires ou précarisés, les temps partiels subis, c'est nous qui sautons s'il faut virer quelqu'un. Et malgré la parité et tout l'enfumage médiatico-politique, ce sont des hommes, Macron, Philippe, Castex, Salomon, Véran, Delfraissy, Darmanin, qui occupent les postes clés et décident de nos vies dans leurs moindres détails, sans souci du détail, ni concertation, et ça se voit !

C'est aussi nous qui sommes les plus vulnérables en temps de crise ou de troubles sociaux ou politiques. Vulnérables physiquement, que ce soit dans une manifestation, face à la violence policière, que ce soit dans la rue, désertée par le confinement ou couvre-feu, que ce soit dans nos foyers, où nous avons été confinés des mois durant avec nos bourreaux et geôliers, que ce soit au travail où il fallait bien continuer de se rendre quand on n'avait pas la chance de se retrouver en télétravail, et où l'on n'était pas en position de force pour négocier sa protection. Et quand on nous applaudissait à 20 heures on nous laissait aussi des mots sur nos portes et nos véhicules pour nous demander de quitter nos logements afin de ne pas contaminer nos voisins.

C'est nous, les femmes, qui avons accouché avec des masques sur le visage. Souvent forcées par d'autres femmes, laissées sans protections, sans blouse ni sur-blouse, ni masque, ni tests, ni traitements, avec une préparation à l'accouchement au rabais, à distance, sans accompagnant dans plusieurs maternités. Le plus beau jour et la plus grande épreuve physique et psychologique dans la vie d'une femme transformé en cauchemar par cette hystérie techno-sanitaire qui s'est immiscée dans le moindre recoin de nos intimités. Comme si les violences obstétricales ordinaires n'étaient pas suffisamment traumatisantes. C'est aussi les femmes qui ont l'accès au IVG compliqué ou retardé, au risque de leur santé, du fait des mesures restrictives. Et alors que ce sont les hommes qui sont plus touchés et victimes de l'épidémie, c'est encore nous qui subissons le plus d'effets secondaires pour les vaccins, et qui y risquons potentiellement notre fertilité puisque le vaccin est contre indiqué aux femmes enceintes, allaitantes ou ayant un projet de grossesse.

C'est souvent nous aussi qui avons cousu, gratuitement, les masques désormais interdits, pour nous-mêmes, pour nos proches. Pour donner à tous ceux qui en avaient besoin. Nous-mêmes qui avons assemblé, lavé et posé ces muselières sur les visages de nos enfants pour qu'ils puissent reprendre le chemin de l'école après que nous les ayons portés à bout de bras en cumulant, dans une explosion de la charge mentale, travail en présentiel ou à distance, devoirs à la maison, loisirs, ménage, cuisine, courses et démarches, nuit et jour sans avoir droit à plus d'un km autour de son domicile pour souffler. Encore nous qui courons et devons tout réorganiser à chaque décision inepte, qui tous les 15 jours va chambouler le précaire équilibre que l'on est parvenu à instaurer entre différentes emplois du temps et activités et couvre-feu ou confinement ou interdiction de déplacement.

N'en déplaise à Charlie hebdo, c'est nous, mères, grand-mères, enseignantes, infirmières scolaires, assistantes sociales, assistantes d'éducation, psychologues, pédiatres, pédopsychiatres, qui voyons les mains brûlées par le gel, les boutons d'acné, les eczémas de contact, les lunettes embuées, les maux de tête, les bobos au coeur et au corps, la peur et les pleurs, l'anxiété et la dépression, le pipi au lit, les cauchemars, les malaises, les crises d'asthme et d'angoisse, les phobies scolaires, les scarifications, les troubles alimentaires, les addictions, les tentatives de suicide et qui essayons de toutes les manières possibles d'assurer notre rôle d'adulte protecteur face au rouleau compresseur de la propagande, des protocoles et des règlements plus fous et inutiles les uns que les autres. Pas de matériel de protection pour les soignants, des masques toxiques pour les enseignants, professions féminisées et prolétarisées, pourtant indispensables à l'économie de ce pays. On remercie une fois encore nos ministres et notre employeur, l'Etat, qui décide unilatéralement en laissant les détails à l'intendance, son armée d'administratifs bêtes et méchants qui appliquent bêtement et méchamment. Et à l'assemblée nationale, une seule femme députée, médecin de surcroît, co fondatrice du collectif "Laissons les médecins prescrire", ose le dénoncer, sur 577 élus.

Espérance de vie oblige, c'est nous aussi qui peuplons les ehpad, et qui sommes confinées dans nos résidences, dans nos chambres, brutalisées, culpabilisées, privées de visites, privées de contacts et de cadeaux, pressées de consentir pour avoir le droit de ne pas être isolées encore plus jusqu'à se laisser glisser. C'est aussi nous, les soignantes maltraitantes malgré elles, qui devons appliquer ces consignes et protocoles inhumains, pour nous protéger et protéger les résidents ou les patients, c'est nous qu'on a forcé à piquer au Rivotril, ou contraindre, par manque de temps, manque de personnel, manque de matériel.

Serait-ce possible que ce soit nous qui mettions aussi fin à ce cauchemar en mettant tout simplement à l'arrêt la roue du hamster ? A quand un #Metoo de la gestion covid19 ?

Rendez-vous le 30 et 31 janvier dans les manifestations pour les libertés et rendez-vous le 1er février dans les restaurants, les cafés, les librairies, les théâtres, les églises, les rues, les cinémas pour renouer les liens et réclamer une politique du care dont ce monde a plus que jamais besoin.

Et petite pensée à Niels Arestrup, un homme, qui a bien résumé notre ressenti et présenté notre vécu avec douceur, humilité, gentillesse :

"Je crois que les Français sont drôlement gentils, depuis un bon moment. Depuis pratiquement une année. Ils font tout ce qu'on leur demande, tous les efforts qu'ils peuvent"."Et quand j'entends une information qui venait, je crois, de l'Académie de médecine, proposant aux gens qui sont dans un métro à 7 heures du matin de ne pas parler... Je trouve que quand on dit ça aux gens, il faudrait quand même aussi leur parler avec respect, expliquer pourquoi on fait ça et ne pas leur donner des ordres aussi brutaux. Et on vit beaucoup dans cette relation à l'ordre brutal. On se demande : 'Ca y est, on est reconfiné ? On va retourner à l'étable, on va manger du foin et on va dormir. Et puis, peut-être dans quinze jours ou trois semaines, on sortira dans le pré pour manger un peu d'herbe'. Ce n'est pas une vie. Il faut être gentil avec les gens qui vivent ça et qui acceptent ça. Ce ne sont pas des procureurs. Ce sont surtout des victimes."

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/08/des-associations-feministes-denoncent-des-violences-policieres-en-marge-d-une-manifestation-samedi-a-paris_6032250_3224.html

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/poursuivie-pour-violences-sur-des-policiers-l-infirmiere-farida-c-sera-t-elle-jugee-ce-vendredi-20200925

https://www.huffingtonpost.fr/entry/une-femme-gilet-jaune-en-fauteuil-roulant-condamnee-pour-violences-envers-des-policiers_fr_5deaa235e4b0913e6f8fc2cf

https://madame.lefigaro.fr/societe/cest-pire-quavant-avec-le-confinement-le-sentiment-dinsecurite-des-femmes-grandit-dans-lespace-public-020520-180893

https://www.leparisien.fr/societe/confinement-dans-les-transports-deserts-des-femmes-racontent-leur-sentiment-d-insecurite-06-05-2020-8311698.php

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/covid-et-confinement-font-flamber-les-violences-envers-les-femmes-dans-le-monde-1268045

https://www.huffingtonpost.fr/entry/des-soignants-menaces-par-leurs-voisins-la-police-lance-un-appel-a-signalement_fr_5e89e0ddc5b6cbaf282ae7c9

https://archive.is/q5ENl

https://www.nouvelobs.com/la-vie-materielle/20200430.OBS28178/pourquoi-attend-on-des-femmes-qu-elles-cousent-des-masques-gratuitement.html

https://www.axellemag.be/coronavirus-femmes-confection-masques/

https://www.novethic.fr/actualite/social/droits-humains/isr-rse/coronavirus-la-charge-mentale-des-femmes-explose-avec-le-confinement-148426.html

https://www.consoglobe.com/charge-mentale-violence-femmes-confinement-cg

https://blogs.mediapart.fr/marie-helene-lahaye/blog/030820/conjoint-interdit-masque-declenchement-lexplosion-des-violences-obstetricales

https://theconversation.com/ivg-grossesse-accouchement-quand-la-crise-sanitaire-menace-les-droits-des-femmes-137625

https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2622115-victimes-covid-19-coronavirus-nombre-age-cas-deces-profil-comorbidite-jeune-personnalites-aujourd-hui/

https://www.i24news.tv/fr/actu/coronavirus/1610539857-israel-vaccin-plus-de-la-majorite-des-personnes-souffrant-d-effets-secondaires-sont-des-femmes

https://www.terrafemina.com/article/couvre-feu-comment-gerer-le-syndrome-cendrillon_a355507/1

https://www.lejournaltoulousain.fr/le-dossier/impacts-confinement-sante-mentale-109200/

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-les-infirmieres-scolaires-surchargees-tirent-la-sonnette-d-alarme-20201126

https://charliehebdo.fr/2021/01/societe/anti-masques-ces-parents-qui-nous-pompent-lair/

https://www.cnews.fr/videos/france/2021-01-09/coronavirus-la-fronde-des-parents-anti-masques-1034385

https://reinfocovid.fr/question-reponse/masque-pour-les-enfants/

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/qui-est-martine-wonner-la-deputee-qui-affirme-que-le-masque-est-inutile-06525679.html

https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_741139/lang--fr/index.htm

https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/geriatrie/quand-les-mesures-anti-covid-confinent-la-maltraitance-un-medecin-en-colere-contre-les-pratiques-dun

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/video-covid-19-cense-les-proteger-l-isolement-a-conduit-certains-residents-d-ehpad-a-se-laisser-mourir_4184977.html

https://www.lemonde.fr/societe/video/2019/01/25/ehpad-par-le-manque-de-disponibilite-on-met-les-residents-en-danger_5414691_3224.html

https://www.liberation.fr/france/2021/01/25/en-attendant-le-re-re-confinement-merci-niels-arestrup-merci-les-francais_1818415

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy