Message à B. RETAILLEAU avec celui à JP RAFFARIN

Cet article comporte les messages : - envoyé à JP RAFFARIN le 19/2 afin de lui dire que j'avais fait le signalement des délits à l'UP : il est impliqué dans 2 (la plus grande part des détournements) - à Bruno RETAILLEAU qui vocifère contre l'impunité des voleurs des banlieue, immigrés ..; mais lorsque ce sont des "gens bien" alors ??? MUET! - et le message envoyé aux élus de l'UP.

jeanmagagnosc@

À : b.retailleau@senat.fr (message envoyé le ven. 4 juin à 19:46)

Monsieur RETAILLEAU,

Il y a des moments où il faut savoir raison garder et cesser un peu de s'en prendre toujours aux mêmes : les hors-la-loi, souvent issus des banlieues, de l'immigration ...

J'ai 73 ans, et j'entends depuis longtemps, trop longtemps, cette rengaine, alors que dans les sphères de l'Etat et du pouvoir, ... on se gave "en toute impunité".

Pour vous en faire prendre conscience, je vous adresse un message que j'ai envoyé il y a peu (19/2) à votre ex-collègue sénateur, RAFFARIN, et qui pour les autres messages précédents ne m'a pas répondu, ni surtout attaqué, malgré mes dires édifiants : impliqué dans 2 des 4 délits qui ont coûté près d'un demi million d'euros (actualisés) à l'Université de Poitiers. Et surtout en dehors "du contrat-bidon offert à une prof" la couverture d'un emploi fictif pendant plusieurs années de sa colistière MODEM, DONNEFORT, mais aussi un emploi illégal, en tant qu'élue régionale, dans un organisme régional.

Alors quand j'ai vu vos paroles dans le Figaro il y a peu, cela m'a plus qu'irrité.

Même si les causes sont multiples, il y a un dénominateur commun: les hors-la-loi n’ont plus peur de la loi. Ils savent que pour l’immense majorité d’entre eux ils n’iront pas ou très peu en prison: seulement 2 % des peines sont intégralement effectuées. Non, contrairement à ce que dit Éric Dupond-Moretti, il n’y a pas un sentiment d’insécurité ; il y a au contraire un sentiment d’impunité,..."

Justice : est-ce le «sentiment d'impunité» qui «gâche la vie» des França...

Vous devriez dire cela à RAFFARIN mais aussi à tant d'autres, et heureusement pas tous les parlementaires.

Car, M. RETAILLEAU, je ne suis pas pour le "TOUS POURRIS", mais au contraire je pense que quand des personnes qui ont des responsabilités, les ERE (Elites - Responsables - Elus) mais pas ... pauvres hères, ont failli, ils doivent, comme tous les citoyens, rendre des comptes à la Justice.

Lors de mes 38 ans d'enseignant mais aussi depuis 10 ans en retraite, j'ai travaillé en Algérie, en Italie et bien entendu en France et j'y ai connu des responsables, élus ou pas, qui aiment leurs pays et le servent, sans "se servir" ... C'est pour eux, mais aussi pour ma dignité de citoyen que je me bats.

La semaine dernière, j'ai eu pour la première fois, la responsable des Affaires Juridiques de l'Université de Poitiers (tous ses prédécesseurs avaient refusé de communiquer avec moi et avaient couvert des irrégularités ...!!) et après 10' de dialogue courtois selle m'a dit "mais monsieur MAGAGNOSC, vous êtes à la retraite, qu'est-ce que tout cela peut vous faire?".

Je lui ai répondu "chère madame, je suis à la retraite mais je ne suis pas un citoyen retraité. Les sommes volées à l'UP, c'est la somme de tout ce que nous avons payé en IR avec mon épouse pendant notre vie professionnelle et nos retraites. Et notre IR était destinés au budget national et pas à aller dans les poches de voleurs" ...

Et elle m'a raccroché au nez.

Je dois préciser, et je l'ai toujours dit, RAFFARIN est impliqué dans 2 des 4 délits (et donc du plus gros montant détourné de l'UP) mais c'est le seul des 6 personnes qui n'ait point profité matériellement des délits, mais sans lui, le montant aurait été bien moins important!

Bien entendu vous pouvez voir mes posts sur mes comptes Jean MAGAGNOSC sur :

- Facebook où j'ai bien ralenti,

- sur Linked In mes posts sont très suivis, surtout depuis qu'une ou qu'un Ministre, a plutôt que de gérer des affaires plus importantes a regardé mon profil le 19 mai ... mais l'a vite retiré quand cela a commencé à faire le buzz.... 

C'est à la fois triste (la visite, alors qu'on peut me contacter sans problème!) et surtout puéril, le retrait, car cela aggrave le cas de cet ERE... 

Bonne lecture et bon week-end, et vous pouvez me contacter via mail ou alors via téléphone (bien entendu je cache mon numéro ...)

Salutations.

MAGAGNOSC Jean

----- Message transmis -----

De : Magagnosc Jean <jeanmagagnosc@yahoo.fr>

À : jp.raffarin@XXXXXX <jp.raffarin@ XXXX>

Envoyé : vendredi 19 février 2021 à 11:42:11 UTC+1

Objet : AFFAIRES UP : IL EST TEMPS QUE L'UNIVERSITE DE POITIERS ASSUME

Monsieur RAFFARIN,

Je n'ai pas donné signe de vie car mon épouse est décédée en juin 2019 et depuis pas mal de soucis sans compter bien entendu l'état psychologique dans lequel ce deuil m'a plongé.

Tout cela n'a pas été arrangé par la crise du COVID et je ne parlerai point ici de sa gestion .... Ce que je souhaite vous signaler c'est qu'avec l'arrivée de la nouvelle présidente, j'ai fait comme le veut la Loi, le signalement des faits à Mme LAVAL. Elle a reçu la lettre recommandée le 23 décembre mais depuis, elle fait l'autruche comme ses prédécesseurs mais aussi des Présidents, des ministres, et surtout les Conseils de l'UP.

Or Mme LAVAL en faisait partie et vice présidente elle m'avait fait dire avec ses collègues HUBERSON et BERTRAND "on ne veut avoir aucun contact avec vous et on vous met à la poubelle". Belle façon d'assumer des responsabilités.

J'ai par ailleurs envoyé copie des signalements au Pdt de la République, au PM, à Mme VIDAL et au Recteur de l'Académie de Poitiers.

Je vous adresse en copie ces documents, expédiés aussi, du fait de la non réponse de Mme LAVAL aux membres de l'équipe présidentielle de l'UP et au Conseil d'Administration (non seulement les personnels et étudiants mais aussi les personnalités extérieures).

Plusieurs fois j'ai demandé des contacts et à tout le moins un examen permettant d'en sortir par le haut. La seule sortie envisagée par l'UP est le mutisme mais aussi parallèlement des procédures (d'abord en interne, mais pas légale! puis les procédures de JEAN.

Cela a mis en évidence le comportement des juges poitevins, masculins, qui ont donné raison à JEAN, mais qui ont été rétorqués par la Cassation "les juges de Poitiers ont violé la Loi" ...

JEAN, recalé pour diffamation et injures m'a ensuite attaqué pour "harcèlement" ... avec 265 messages soi-disant envoyé par moi à lui.

Un constat d'huissier réalisé sur mon ordinateur a permis de montrer qu'il y avait en fait ... une douzaine de messages qui répondaient au critère "envoyé par M. MAGAGNOSC à M. JEAN".

Les autres messages étaient en fait ceux pris sur le serveur de l'UP mais sur les comptes des élus des personnels et des étudiants, ce qui est prohibé.

Mais M. Emmanuel LAIZE ne m'a-t-il pas dit "je sais M. MAGAGNOSC, mais quand le président demande on doit faire".

Y compris ce qui est contraire à la Loi? Il existe un droit de retrait y compris pour les militaires et là on obéit servilement, comme au Moyen-Age, sous la féodalité.

Mais n'avez-vous pas compris, vous et les autres responsables en ont assez de ces passe droits, avantages, privilèges ... et que de plus en plus la parole se libère.

Sans doute est-ce excessif dans certains cas mais comme vous et les autres n'avez pas agi en responsabilité et en tant que responsable, la parole de tous est mise en doute.

Je dois dire que je comptais vous contacter dès novembre après votre passage à l'émission d'Eric BONNET dont des extraits ont été diffusés dans un C'est dans l'air.

Comment peut-on demander aux citoyens d'être "responsable, de respecter les règles ... " quand ceux qui nous gouvernent ou nous ont gouvernés les foulent aux pieds.

DARMANIN a demandé à ses troupes de multiplier les contrôles, surtout les fêtes illégales et les restaurants clandestins. Bien joué, car dans le mailles du filet :

- une sous préfète avec une fête de 60 personnes sans respect des gestes barrière!

- un commissariat entier chopé à fêter une promotion,

- et surtout un procureur qui mangeait avec 2 amis dans un restaurant clandestin. Bien entendu pour lui pas de suites car il a déclaré "être venu pour retirer une commande de vins" ... alors qu'il était assis et mangeait. Mais lui on le croit sur parole "car c'est une personnalité".

A noter que c'est ce qu'avait utilisé le Président lors du référé de la plainte au Civil de JEAN "pas de constat d'huissier pour les textes produits par JEAN mais comme c'est une personnalité on peut le croire sur parole".

Cela nous dit bien ce qu'il en est de l'état de déliquescence de notre Société et de notre Justice.

J'ai fait faire certains constats liés à diverses affaires et sous peu des prolongements si LAVAL ne fait rien, ne serait-ce qu'en interne.

Ensuite, j'ai été pas mal retardé dans la rédaction de mon ouvrage.

J'ai contacté la BNF et le dépôt légal et pour des chapitres déposés comme "nouvelles" sur internet. En fonction de ce qui va se produire dans les semaines à venir, je vais en feuilleton, mettre les différents chapitres que je vais rédiger.

Et en ce qui me concerne, une partie des droits sera versée à des oeuvres.

Lors de mon passage au Tribunal (l'ancien) le 3 avril 2019, comme aucun avocat poitevin ne voulait me défendre j'ai dû assurer seul ma défense. Et dans le prétoire, devant des dizaines de personnes, j'ai pu durant 35' donner les grandes lignes de mon mémoire de défense. Avec les "dysfonctionnements" reconnus par JEAN mais surtout confirmés par Christian GENRE en juin 2011, dans sa lettre à GESSON.

Mais ni JEAN ni personne ne l'a inquiété car c'est bien lui qui vous a personnellement mis en cause pour "le contrat bidon attribué par un ex PM à Mme MONTAGNE-VILLETTE". Car l'attaquer cela serait mettre en branle une machine médiatique bien plus difficile à gérer que contre moi.

Qui sait, je vous enverrai peut-être gratuitement certains de ces chapitres ....

Bonne fin de journée et salutations.

MAGAGNOSC Jean

ZOLA des Universités et sous - LODGE (les titres que m'a donné ce "cher" AUBIN.).

-------------------- COPIE de la LETTRE AUX RESPONSABLES DE L'UP -------------------

Bonjour à toutes et tous,

Avec le renouvellement des Conseils et de l’équipe présidentielle, j’ai pu me rendre compte des changements au moins dans les personnes.

Qu’en sera-t-il avec les comportements?

Pour ce qui est de la présidente, quand je l’avais contactée pour lui demander en 2019 de faire respecter par JEAN elle m’avait répondu avec les 2 autres présidents des Conseils «on ne veut avoir aucun contact avec vous».

Faire l’autruche ou jouer aux sages africains « je ne vois rien, je n’entends rien, je ne dis rien » a été l’apanage de tous les Présidents de l’UP depuis 1996 mais aussi de tous les membres des Conseils, élus pour représenter la collectivité universitaire mais qui se sont trop souvent rangés derrière les « chefs » et ont de ce fait protégé les voleurs mais pour beaucoup trahi leurs engagements, aussi bien pour les personnels que pour les étudiants.

Mais derrière cela qu’y avait-il sinon protéger des voleurs : 4 profs (VIGNEAU, MONTAGNE-VILLETTE, SIMON et GUILLON) et aussi 2 élus (DONNEFORT et RAFFARIN, impliqué dans 2 des 4 délits). Ce dernier n’a pas profité matériellement des faits mais en a fait jouir, MONTAGNE-VILLETTE à qui « il a offert un contrat bidon » et à DONNEFORT, son alliée MODEM au Conseil Régional de la Région PC.

A noter que la majorité des acteurs de ces « affaires » ont été des géographes pour les délits mais la « protection» a été assurée par des …. psychologues.

ESPERET, PASSERAULT et aussi LAVAL qui en sa qualité de patronne du CEVU aurait dû plutôt s’intéresser aux étudiants et aux conditions de ceux-ci.

Il est vrai qu’il est plus tangible pour des profs, surtout aux manettes, de s’allier aux « puissants » ou reconnus comme tels, même si ce sont des personnes qui ont failli.

C’est entre 350.000 et 500.000 euros qui ont été spoliés à l’UP. 

Combien de « chèques psycho », combien de repas universitaires, combien de journées de terrain … aurait - on pu faire avec cela.

Mais il est vrai que le train de vie de profs dont la fin de mois « ne commence pas le 10 … » est plus important que le sort des étudiants, que ce fut il y a 20 ans ou aujourd’hui.

Le train des vie de personnes installées, de « notables », est plus important dans notre pays que le sort des jeunes qui est l’avenir de notre pays mais aussi de notre futur, à tous.

Je n’ai rien à gagner, et j’ai plutôt perdu. Près de 15.000 euro dans les procédures fallacieuses initiées et perdues par JEAN qui surtout protégeait son avenir. Sa réélection en 2016 et surtout son « image » en 2019, alors qu’il souhaitait avoir un avenir politique local. 

Mais avoir eu une titularisation de MCF obtenue à 6 POUR et 6 CONTRE, et validée par « la double voix du président SIGNOLES, PCF comme autrefois JEAN, c’est peu glorieux.

Au fait, nous n’avons jamais eu le PV officiel de cette « mémorable séance » et lorsque je l’ai évoquée dans mes posts, JEAN m’a attaqué pour harcèlement mais … pas pour diffamation ou autre.

Il m’avait envoyé devant des juges, amis et félons, en 2016 mais avec une plainte formellement nulle validée par les juges de Poitiers « qui ont violé la Loi ».

Non seulement ces gens-là protègent les pourris qui ont violé les règles, mais ils pourrissent le système social dont notre Justice. 

Et AUBIN, l’ancien vice Pdt, prof de Droit Civil qui l’a aidé pour cette procédure, n’a cessé de me dire malgré mes victoires « que cela avait été une chance comme toute décision de justice ». Drôle de conception du Droit pour un prof spécialiste, qui participe à un Observatoire Ethique et qui est référent Ethique de la Fonction Publique Territoriale.

A noter qu'il a participé à la création de cet Observatoire Ethique, le 18 mai 2019 .... le lendemain du jugement au pénal à Poitiers qui me relaxait, mettant fin à ses manoeuvres, celles de JEAN et de GAND. La Cassation avait dit "les juges de Poitiers ont violé la Loi". Et ce même jugement disait que la plainte était formellement nulle, comme l'avait dit bien avant la Juge d'Instruction qui demandait ma relaxe dans ses conclusions. Mais JEAN et le proc ont fait appel de ses décisions, et ... leurs amis juges de la Cour d'Appel ont une fois de plus donné raison à Jean, avec un faux à la clé. 

Et ma relaxe immédiate au Pénal avec interdiction à JEAN de renouveler une plainte contre moi pour diffamation, montrait que dans cette affaire les femmes avaient suivi le Droit : la Présidente de la Cassation, la Juge d'Instruction de Poitiers et la Présidente de Poitiers au Pénal.

Alors que tous les juges de Poitiers qui avaient donné raison à JEAN étaient des hommes.!

Reprenant les mots d'ARAGON je pourrais dire dans ce cas "les femmes juges de Poitiers sont l'avenir d'une Justice plus juste"

AUBIN m’a dit que je ne pouvais être « lanceur d’alerte » car j’étais partial et partisan et que surtout j’en voulais à JEAN.

Mais dans quel monde est ce monsieur? J’avais signalé les délits bien avant JEAN et si les présidents m’ont cherché des noises, aidés par les Doyens mais aussi des « collègues », ils ne m’ont jamais attaqué en Justice ni même attaqué de front. Délicatesse ou alors refus de voir la réalité. 

Et si quelqu’un a été partial et haineux, c’est JEAN.

Et pour assouvir sa « vengeance » de la CS de Tours, il a utilisé sa position de force, et les autres, partiels, partisans, ont suivi voire subi son diktat.

Que Monsieur AUBIN soit rassuré, "le ZOLA des Universités, le sous LODGE" (référence à l’auteur anglais qui a décrit - et ridiculisé - les meurs et comportements des grandes universités anglaises), ne changera pas. Il continuera jusqu’à son dernier souffle, non pour moi, mais pour mes enfants, mes petits-enfants, mais aussi pour l’Université française et pour qu’on en finisse de déifier des personnes, seulement parce qu’elles ont acquis un rang par leur valeur mais aussi par le suffrage des citoyens.

Tous ne sont pas comme eux et, chacun à notre place, nous devons agir pour que ceux qui sont propres soient protégés du "tous pourris".

Si les français ont si peu de respect pour leurs élites - responsables élus, n'est-ce pas parce que trop d'affaires de ce type ont lieu et sont connues de la population même quand elles ne sont pas jugées in fine ou alors sont tues comme à l'UP.

On ne peut être parfait, tous, y compris moi, mais on peut se rapprocher du meilleur et surtout respecter notre Droit commun. Comment les élus peuvent-ils demander le respect des Lois quand eux-même sont hors des clous. N'en a -t-on pas vus tant d'exemples lors des la crise COVID et pas plus tard que la semaine dernière des commissariats entiers, un procureur, une sous-préfète et tout son personnel ont été ... pris en flagrant délit de repas dans un restaurant clandestin ou alors en fête pour des départs à la retraite ou des mutations. Tous, sous la houlette de DARMANIN qui avait demandé des contrôles renforcés pour repérer les fraudeurs du couvre-feu .... L'arroseur arrosé!!

Au fait, il serait bon que vous demandiez à la présidente, mais aussi au DGS, au DAJ, à l’agent comptable, ce qu’on coûté les procédures engagées par JEAN avec sa protection fonctionnelle. De voir combien ont été gagnées et combien perdues car … nulles comme la mienne.

Enfin, GAND, au nom de JEAN, a dit dans le prétoire en avril 2019 « JEAN ne court pas après l’argent et s’il obtient des DI il les reversera à l’Epicerie Solidaire (ES) de l’UP ». Cette phrase a même été reprise dans l’article fait par le journaliste de la NR en avril 2019. J’ai eu l’occasion de rencontrer des personnels et ai plusieurs fois contacté des responsables de l’ES et cet argent n’a jamais été versé. Non seulement menteur mais aussi petit d'utiliser la situation difficile des étudiants pour se faire valoir.

L'important n'est pas le reflet des médias et autres, mais l'important de ce que nous sommes est ce nous faisons plus que disons. JEAN devrait largement penser à cela.

J’ai toujours agi ainsi, jamais à couvert, de façon sournoise, sous des pseudo ou alors en faisant « intervenir des amis ». JEAN, lui, ne m’a t-il pas fait interpeller un soir par un proche, mari d’une de ses collègues élue au CM de Poitiers en me disant « mais vous êtes malade ».

Il est vrai que cela est une rengaine des « protecteurs des voleurs » et ESPERET et PASSERAULT, experts en psychologie, n’ont-ils pas publié une lettre suite au « tribunal stalinien d’avril 2002 dirigé par GONIN » en indiquant que mes propos et attitudes relevaient d’un caractère passionnel dont on se doute des réalités sous-jacentes. 

J’ai réitéré, comme pour les anciens présidents, mes signalements à la présidente. 

Je souhaite qu’elle prendra en compte les éléments et aura au moins le courage de prendre les faits, qui sont têtus, à bras le corps et à les analyser.

Bien entendu, tous les faits sont prouvés et la preuve, c’est qu’évoqués dans mes posts ou commentaires, ils n’ont jamais faits de poursuite par les 6 personnes impliquées.

Et vous pourrez noter que les présidents antérieurs à JEAN, TRANNOY, ESPERET et GESSON, ne m’ont pas traduits en Justice ni en Conseil de Discipline.

D’abord parce qu’ils savaient que les faits sont réels mais aussi qu’ils ont trahi leurs fonctions en ne faisant pas le signalement légal (art 40 CPP) réclamé par la Loi mais aussi le Code des Fonctionnaires.

J’en appelle au respect de vos engagements d’enseignants, de personnels au sein de l’Université, mais aussi de représentants étudiants à qui on demande de respecter les règles mais … que les élites - responsables - élus ne respectent pas eux-mêmes. RAFFARIN n'a t-il pas osé dire en novembre lors d'une émission télé "les français sont des irresponsables car ils ne respectent pas les règles".

Mais ce monsieur a oublié que lui aussi a oublié de respecter les règles. 

Et je puis vous dire que je lui ai envoyé 2 mails à une adresse "qui m'a été gracieusement fournie" et dans lesquelles je lui disais tout ce que je pensais de lui et des exactions commises à l'UP et comme Président de Région. 

Il ne m'a pas répondu ... mais ne m'a pas attaqué.

Ne dit-on pas "qui ne dit mot consent".? Je pourrais fournir ces 2 mails à qui le voudra.

Comme je l'ai fait par le passé, je vous donne mes coordonnées téléphoniques et vous avez mon mail. Vous pourrez me contacter et je répondrais.

Dernière information : j'ai envoyé la copie de ma lettre de signalement à LAVAL à la Présidence de la République, au Premier Ministre, à Mme VIDAL et au Recteur de l'Académie de Poitiers.

Il n'y a pas de procédure judiciaire en cours et ils ne pourront me répondre comme cela a été fait par de nombreux interlocuteurs, "au nom de la séparation des pouvoirs nous ne pouvons intervenir" ou alors des Recteurs me dire " les universités sont autonomes et donc pas question d'intervenir". Les Chanceliers des Universités ... protègent les amis des voleurs!

Recevez mes salutations.

MAGAGNOSC Jean, ex Maitre de Conférences Agrégé Hors Classe.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.