[9 avril] Les trois sœurs du Yunnan: rencontre exceptionnelle avec WANG BING

Le cinéma L'Ecran de Saint-Denis organise une soirée exceptionnelle autour du dernier film du réalisateur chinois WANG BING ("A l'ouest des rails", "Fengming, chronique d'une femme chinoise"). Celui-ci sera présent pour partager avec le public. Une rencontre qui sera animée par Frédéric Sabouraud, critique de cinéma, enseignant-chercheur et réalisateur. Traducteur : Cheng Xiaoxing.

Le cinéma L'Ecran de Saint-Denis organise une soirée exceptionnelle autour du dernier film du réalisateur chinois WANG BING ("A l'ouest des rails", "Fengming, chronique d'une femme chinoise"). Celui-ci sera présent pour partager avec le public. Une rencontre qui sera animée par Frédéric Sabouraud, critique de cinéma, enseignant-chercheur et réalisateur. Traducteur : Cheng Xiaoxing.

MERCREDI 9 AVRIL - 19:45

 

avant-première
LES TROIS SOEURS DU YUNNAN de Wang Bing
France-Hong Kong/2012/couleur/2h33/VO sous-titrée/documentaire

PRIX DU PUBLIC - MOSTRA DE VENISE 2012

Trois jeunes soeurs vivent dans les montagnes du Yunnan, au sud-ouest de la Chine, loin de tout. Alors que leur père est parti en ville chercher du travail, Ying, dix ans, s’occupe seule de ses soeurs, Zhen, six ans, et Fen, quatre ans. La caméra de Wang Bing observe et accompagne leur vie quotidienne. «

C’est en rendant visite aux parents d’un ami écrivain qui venait de mourir, à 3200 mètres d’altitude, à Xiyangtang, un village montagneux du Yunnan, que Wang Bing eut l’idée du film. Au bord de la route, il les croise, souriantes et malicieuses, les bouilles noires de terre, qui reniflent et qui toussent (…) Un quotidien parmi les porcs et les poules, dans la grisaille et l’humidité des hauts plateaux, dans une couche partagée. Livrées à elles-mêmes, elles sont à la fois mères, nourrices, paysannes, chargées de fardeaux, souriantes, innocentes. Deux ailleurs, les baskets neuves ramenées de la ville par le père et la télévision nous rappellent que nous sommes bien au XXIe siècle. Aucun misérabilisme: Wang Bing, dans un réalisme gris, fabrique un conte numérique. » Charlotte Serrand

http://www.lecranstdenis.org/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.