Rebel Rebel: les autres rencontres, 50 ans de mai 68... & Johnny!

Les événements se suivront mais ne se ressembleront pas durant les 18e Journées cinématographiques dionysiennes - REBEL REBEL. Voici une liste des derniers événements intégrés à la programmation du festival.

RENCONTRE avec PATRICIA MAZUY

mazuy

Christophe Kantcheff, directeur de la rédaction de Politis, accompagnera la réalisatrice Patricia Mazuy lors de la projection, lundi 12 février à 18h45, de TRAVOLTA ET MOI (France, 1993, 68’), téléfilm réalisé pour Arte dans le cadre de la série Tous les garçons et les filles de leur âge et Léopard de bronze au Festival de Locarno.

 

heiny-srour
RENCONTRE avec HEINY SROUR

En partenariat avec le PCMMO - Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient, la réalisatrice Heiny Srour présentera deux films le vendredi 9 février à 19h : le court métrage THE SINGING CHEIKH (Liban, 1991, 10’) et L’HEURE DE LA LIBÉRATION À SONNÉ (Liban, 1974, 62’), documentaire sans concession sur l'histoire d'une révolution en train de se faire, le récit unique d'une guerre oubliée. La séance sera animée par Olivier Hadouchi, historien du cinéma.

En partenariat avec Cinéma(s) d’Iran, Asal Bagheri, docteure en Sémiologie et linguistique, spécialiste du cinéma iranien et auteure, présentera, dimanche 11 février à 16h15, RESPIRATION PROFONDE de Parviz Shahbazi (Iran, 2003, 82’) un film qui montre le malaise de la jeunesse iranienne et la difficulté d’aimer dans un régime totalitaire.

 

 

med-hondo
RENCONTRE avec MED HONDO et DIDIER DAENINCKX

Didier Daeninckx, grand maître du roman noir français, accompagnera le cinéaste Med Hondo lors de la projection de LUMIÈRE NOIRE (Mauritanie, 1994, 104’), tiré de son roman homonyme, le dimanche 11 février à 16h00.

 

angela-davis

 

 

ANGELA DAVIS

Nicole Brenez, programmatrice et maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, présentera, samedi 10 février à 14h30, deux films autour ou sur Angela Davis, GENET PARLE D’ANGELA DAVIS de Carole Roussopoulos (France, 1970, 8’) et ANGELA DAVIS : PORTRAIT OF A REVOLUTIONARY de Yolande du Luart (États-Unis, 1972, 60’)

 

 

mai-68-1
MAI 68 - LE CINÉMA EST UNE ARME

Carte blanche à la Cinémathèque française Le mardi 13 février à 21h, Samantha Leroy, chargée de la valorisation des collections films et Hervé Pichard, chef du service enrichissement des collections films à la Cinémathèque française présenteront six films : ACTUA 1 de Philippe Garrel, Serge Bard et Patrick Deval (France/1968/6’); SOCHAUX, 11 JUIN 68 de Bruno Muel et le Groupe Medvedkine de Sochaux (France/1970/20’) ; JOURNAL MURAL de Bernard Eisenschitz et Jean Narboni (France/1968/9’) ; CINÉ-TRACTS Collectif (France/1968/12’) ; PARIS, MAI 1968 de Charles Matton et Hedy Khalifat (France/1968/8’) ;

GRÈVE À LA GARE DE LYON du Collectif ARC (France/1968/5’).

MAI et JUIN 68 : UNE RÉBELLION OUVRIÈRE

Ciné-conférence présentée par Tangui Perron Historien, chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie, le jeudi 8 février à 18h45 : LES PROLTAIRES DE LA MER de F.M Ribadeau, R. Louis, R. Higgins (France, 1968, 17') ; LA REPRISE DU TRAVAIL AUX USINES WONDER de P. Bonneau, L. Estiez-Willemont et J. Willemont (France, 1968, 10') ; SOCHAUX, 11 JUIN 1968 de Bruno Muel et le Groupe Medvedkine de Sochaux (France, 1968, 20')

magny
HOMMAGE À COLETTE MAGNY

Tangui Perron rendra également hommage à la chanteuse Colette Magny le jeudi 8 février à 20h45, en présentant le documentaire d’Yves-Marie Mahé, LA CHANSON POLITIQUE DE COLETTE MAGNY (France, 2017, 32’)

TABLE RONDE

« Filmer les mobilisations sociales sous l'état d'urgence (permanent) »
Table ronde animée par Tangui Perron, historien, chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie. Assistante : Louisa Fourage. Intervenants : Mariana Otero, réalisatrice, Vanessa Codaccioni, historienne et politologue, Frédéric Raguénès, vidéaste militant.

Filmer les mouvements sociaux depuis l’intérieur d’eux-mêmes est aujourd’hui un acte banal. Face aux violences, le téléphone portable devient un témoin irréfutable et un bouclier. Le soir, sur Internet on milite par procuration, on s’insurge devant le déferlement de violences policières en visionnant à la chaîne la multitude de vidéos du jour. La possibilité de revisionner chaque évènement fait oublier que la prise d’image n’est jamais neutre. Professionnelle ou amateure, l’image est un enjeu de la lutte. En septembre dernier se déroulait un procès emblématique. En mai 2016, en marge des mobilisations contre la Loi Travail (lourdement réprimées) une voiture de police est incendiée quai de Valmy: neuf interpellés, quatre condamnés, accablés par des preuves vidéo pixélisées agrémentées du témoignage « anonyme » d’un policier des renseignements généraux.

Alors que la loi antiterrorisme prend le relais de l’état d’urgence, alors que les procès s’emplissent d’images et que les vidéastes sont soumis à des contrôles policiers et des procès de plus en plus nombreux, comment continuer à filmer les mobilisations sociales et comment diffuser ces images ? Où il sera question de la violence et des images de la violence (et de leurs pièges), de nos responsabilités et libertés de citoyens et militants et où, enfin, l’on tentera de croiser art, information et politique. - Louisa Fourage

johnny
JOHNNY / REBEL ROCK

Les JCD Rebel Rebel se devaient de rendre hommage à Johnny Hallyday, l’une des grandes figures rebelles du rock hexagonal! Vendredi 9 février seront montrés, à 15h, le court métrage À LA MÉMOIRE DU ROCK de François Reichenbach (France, 1963, 11’) qui film la jeunesse des années 60, déchaînée par le rock, au cours des premiers grands concerts donnés en France en 1961 où l’on reconnaît entre autres Johnny Hallyday et À TOUT CASSER de John Berry (France, Italie, 1968, 88’), film inclassable, avec l’invraisemblable confrontation Constantine – Hallyday qui fait sans arrêt osciller l'ensemble d'un âge à l'autre, d'un mythe à l'autre, d'un ton à l'autre, et à 16h15, VENGEANCE de Johnnie To (France-Hong-Kong, 2009, 109’), polar virtuose qui offre un rôle taillé sur mesure à Johnny Hallyday !


INFORMATIONS PRATIQUES

CINÉMA L’ÉCRAN

Place du Caquet, 93200 Saint-Denis T. : 01 49 33 66 88 dionysiennes@lecranstdenis.org

TARIFS

21€ : [Pass festival]

7€ plein tarif - 6€ tarif réduit - 4,50€ abonnés - 4€ – 14 ans 3,50€ jeune public / Ciné-goûter
Tarif Nuit : 13,50€ (4,50€ le film)

ACCÈS

En métro (20 minutes de Place de Clichy) Basilique de Saint Denis/ligne 13
Le cinéma est situé à la sortie du métro

En tramway (30 minutes de Bobigny) Saint-Denis Basilique/T1

En voiture (10 minutes depuis la Porte de la Chapelle) A1, sortie n° 3 (Saint-Denis centre)
Parking Vinci Basilique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.