La culture en colère à Saint-Denis

Plusieurs acteurs culturels de la cité dionysienne lancent un appel citoyen contre la fermeture de leurs établissements. Nous partageons ce texte intitulé "ESSENTIELS" et qui s'inscrit dans la continuité des actions d'envergure nationale programmées ce mardi 15 décembre, date à laquelle la réouverture des lieux culturels était initialement prévue.

ESSENTIELS

Commerces, transports, lieux de culte, ... : oui. Lieux de culture : non.
La Culture e
ffarée et en colère à Saint-Denis !

Alors qu’un travail considérable a été accompli en vue de la réouverture des lieux culturels, alors que nous attendions toutes et tous avec une impatience folle de vous accueillir à nouveau dans nos établissements de théâtre, de cinéma, de musique, de beaux-arts... Nous sommes, une fois de plus, contraints à l’arrêt. Coupés dans notre élan, interdits de réfléchir, de rêver, de nous échapper de notre réel asphyxiant.

Pourquoi considérer nos salles comme plus dangereuses qu!une assemblée dans une église ? Le travail de programmation, d!exposition des œuvres d’art, de cinéma et de spectacles, prend des semaines, des mois,

c’est une préparation au long cours qui ne peut pas s!arrêter et repartir d’un claquement de doigts. Nos activités, nos économies, nos œuvres, nos livres, nos films sont vivants donc périssables et fragiles. Ils représentent des années de travail, d!engagements, dans des conditions souvent précaires.

Pourquoi priver artistes et spectateurs de culture ? La culture n’est pas une variable d’ajustement. C’est un outil incontournable de lutte contre les inégalités. Alors que l’épidémie pèse sur la santé mentale de toutes et tous, qu’une terrible crise sociale s’ajoute aux crises sanitaire et environnementale, toute sortie culturelle est plus que jamais indispensable.

Notre ville de Saint-Denis ne serait pas ce qu’elle est sans son théâtre, son cinéma, son musée, ses festivals de musique, son académie du cirque, tous ces événements culturels qui contribuent à en faire sa richesse et son dynamisme.
Nous sommes essentiels.

Nous prétendons à la justice.
Nous dénonçons le deux poids deux mesures ; les gens peuvent se croiser pour aller travailler ou consommer mais pas pour se cultiver.

Nos salles sont en mesure de faire respecter les consignes de sécurité sanitaires. Nous les avons aménagées pour accueillir nos publics en toute sécurité. Nos spectateurs y sont masqués, en jauge réduite, à distance de sécurité, ils ne parlent pas, ne se touchent pas, peuvent laisser leurs coordonnées le cas échéant à l!entrée.

Mais nos spectateurs, nos visiteurs vibrent. Ensemble. Ils partagent et ressortent de nos salles plus riches. Plus riches d’émotions,
De réflexions,

D’humanité.

Fermer nos lieux de culture, c’est isoler chacune et chacun à une période où nous avons plus que jamais besoin de rompre les solitudes.

Présents au coeur de notre ville, nous constituons un lien social et culturel essentiel pour notre bien-être commun.
Comptez sur nous pour être à vos côtés.

Premiers signataires
Claudie Gillot Dumoutier, présidente association cinéma l’Ecran Boris Spire, directeur du cinéma l’Ecran
Julie Deliquet, directrice du Théâtre Gérard Philipe
Stéphane Simonin, directeur de L’Académie Fratellini
Nathalie Rappaport, directrice du Festival de Saint-Denis
Anne Yanover, directrice du Musée d'Art et d'Histoire
Michel Roger, La compagnie jolie Mome
Toute l’équipe de la librairie Folies d’Encre
Compagnie Tamèrantong!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.