La Fake news des Fake News 30mai 2020 : Réponse à M. Orsini

La Fake news des Fake News "Des manifestants contrôlés à Paris en raison de leur couleur de peau ?" 30mai 2020

Monsieur Orsini,

Je suis très très en colère par votre article traitant de Fake News "Des manifestants contrôlés à Paris en raison de leur couleur de peau ?"

Qu'avez vous contrôlé pour affirmer que c'était une fake news ! Rien, absolument rien !

Vous trouverez des centaines de personnes pouvant témoigner et confirmer que la police en haut de cet escalier parquait uniquement les noirs à gauche et séparait même les noirs de leurs amis blancs lorsque ceux-ci étaient ensemble !

Je suis blanche, française, d'un certain âge et je venais à la manifestation ce samedi 30 mai avec un ami noir. Nous sommes sortis du métro Madeleine aux alentours de 14h05-14h15, je n'ai pas fait attention à l'heure.

En bas de l'escalier au métro Madeleine, 2 agents de police disaient "pour la manif, aller à gauche". Arrivés en haut des escaliers, d'autres policiers ont contrôlé mon ami et l'ont d'office mis avec les autres personnes toutes noires également qui étaient nassées à gauche de la bouche du métro.

J'ai dit que j'étais avec lui et que j'allais également à la manif et que je ne voulais pas être séparé de lui. Que s'il l'isolait, il m'isolait aussi. Ils ont refusé et m'ont empêché de le rejoindre, ce que j'ai finalement pu faire en me faufilant à un moment d'inattention de leur part entre 2 agents. Je leur ai dit que c'était du pur racisme et de la discrimination flagrante.

Ils n'en ont rien eu à foutre, ils ont continué à effectuer leurs contrôles sur cette même base : les noirs parqués sans même savoir s'ils allaient vraiment à la manif ou non, et les autres laissés sans aucun contrôle. Cela a duré tout le temps où nous sommes restés là (je dirai environ 1/4 d'heure) mais cela avait commencé avant comme le montre la vidéo que vous dénoncez. J'affirme que ce sont ces mêmes policiers qui ont nassé mon ami, je les reconnait très bien !

Celui qui était en haut et qui décidait qui devait être mis de côté a même dit à ses collègues en me regardant : " Il faut toujours qu'il y en ai un qui se mette avec eux" l'air de dire qu'on les empêchait que tout roule comme ils le voulaient. On le voit bien sur la vidéo, c'est le flic le plus à droite en haut des escaliers qui a dit ça.

Puis ils ont décidé de déplacer le groupe, ils m'ont alors éjectée de nouveau du groupe mais je les ai suivi et n'ai pas arrêté de leur dire qu'il n'avait pas le droit de faire ce qu'il faisait, que de plus, ils obligeaient ces personnes à ne pas respecter les distanciations puisqu'ils les bousculaient les unes contre les autres pour les faire avancer. Lorsque nous sommes arrivés au passage piéton, je me suis remise au sein du groupe qu'ils ont emmené dans la petite rue en face derrière des barrières de chantier. Il y avait déjà d'autres personnes, toutes noires. Là ils ont demandé aux gens de montrer leur papier pour les verbaliser.

Directement ils sont venus vers moi pour me demander mes papiers, sûrs que j'allais leur donner et qu'il me ferai ainsi sortir du groupe. J'ai dit que je n'en avais pas. Puis au bout de 10-15mn, ils ont emmenés tout notre groupe vers où étaient déjà regroupées les manifestants et nous ont "relachés là".

J'étais outrée et scandalisée et n'en revenais pas ! je n'en reviens toujours pas ! J'en ai parlé à tous les gens que j'ai rencontré dans la manifestation.

Alors surtout, ne dites pas qu'il n'y a pas de contrôles au faciès, pas de discrimination ni de racisme dans la police ! Que ce jour là, la police n'arrêtait pas en fonction de la couleur de peau !

Je prends le métro tous les jours et tous les jours, ce sont les personnes racisées qui sont contrôlées. Même sans effraction aucune ! Sortez de votre tour d'ivoire et regardez la réalité en face !

Le premier jour du confinement à 12h, les journalistes étaient tous focalisés sur "Château Rouge" et criaient au scandale du non-respect du confinement, mais au même moment, sur l'esplanade des Invalides, les pelouses étaient noires de monde ! Là-bas, pas de police pour verbaliser et réprimander, pas de mise au pilori et au lynchage médiatique auxquels ont eu droit systématiquement les habitants des quartiers populaires !

Ne me parlez pas de justice, d'égalité dans ce pays car il n'y en a pas !

La fake news, c'est vous qui la faites et la diffusez !

Françoise - CISPM

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.