Libérez nos marcheurs!

La Coalition Internationale de Sans-papiers et Migrant.e.s exige la libération immédiate des 5 personnes sans-papiers arrêtées à Calais lors de la Marche solidaire pour les Migrant.e.s. Les autorités françaises et britanniques avaient été averties de la présence de sans-papiers dans les rangs des manifestants. Il s’agit là d’une «véritable entrave au droit de manifester et au droit d’expression.»

COMMUNIQUE DE PRESSE – LUNDI 9 JUILLET

La Coalition Internationale de Sans-papiers, Migrant.es, Réfugié.es et Demandeur.euses d'asile (CISPM, regroupant des collectifs et organisations européennes et africaines) exige la libération immédiate des 5 personnes sans-papiers arrêtées lors de la Marche solidaire pour les Migrant.e.s, partie de Vintimille le 30 avril dernier et devant rejoindre Londres ce 7 juillet.

 

Rassemblement devant le CRA de Cocquelles pour la libération des marcheurs, 8 juillet 2018. Rassemblement devant le CRA de Cocquelles pour la libération des marcheurs, 8 juillet 2018.
La Marche solidaire, arrivée à Calais samedi, s'est présentée dimanche matin au port de Calais pour passer la frontière franco-britannique et prendre le ferry en direction de Londres, étape finale de la marche. Les marcheurs ont été contrôlés par la police : les personnes avec papiers ont été relâchées, les personnes sans papiers ont été retenues. Il s'agit des marcheurs de plusieurs collectifs de sans-papiers de la région parisienne (membres de la CISPM) qui ont rejoint la marche depuis le passage de la marche à Paris, ainsi que des exilés ayant fait le chemin avec la Marche solidaire. 13 personnes ont été libérées mais 5 sont toujours retenues en centre de rétention (2 à Calais, 2 à Lille et 1 à Rouen).

Tant les autorités françaises que britanniques avaient été averties de la marche et de la présence de sans-papiers dans les rangs des manifestants. Aucune opposition de leur part n’avait été communiquée aux organisateurs ! 

La Marche solidaire pour les migrants devant le port de Calais, 7 juillet 2018. La Marche solidaire pour les migrants devant le port de Calais, 7 juillet 2018.

Pour Anzoumane Sissoko, porte-parole de la CSP75 et de la CISPM, il s’agit là d’une « véritable entrave au droit de manifester et au droit d’expression. En effet, tous les membres des collectifs de sans-papiers avaient assuré aux autorités leur volonté de retourner en France où elles ont leur travail et leur vie. »

 

Car la CISPM et ses collectifs membres n’en sont pas à leur première action transfrontalière : « En 2012, la Marche Européenne des Sans-papiers avait traversé plus de 8 frontières européennes pour revendiquer la libre-circulation, la régularisation et la justice sociale pour toutes et tous. A cette époque les autorités des pays concernés n’avaient pas entravé l’action et tout s’était passé pour le mieux » conclut Anzoumane Sissoko.

En 2014 également, plus de 400 sans-papiers de différents collectifs allemands, français, italiens mais aussi tunisiens et marocains, s’étaient rendus à Bruxelles pour une semaine d’actions en marge d’un sommet européen consacré à la migration.

 

  • La CISPM appelle les autorités compétentes à libérer immédiatement les 5 personnes encore retenues et à exempter de toute poursuite toutes les personnes arrêtées et libérées.

  • La CISPM appelle à un rassemblement au Tribunal de Grande Instance de Lille (13 Avenue du Peuple Belge), ce mardi 10 juillet à 10h.

  • La CISPM appelle à l’envoi massif de protestations au Préfet du Pas-de-Calais
    fabien.sudry@pas-de-calais.gouv.fr

 

Mise à jour le 10 juillet en fin de journée:

Deux audiences au tribunal se sont tenues ce mardi. Deux marcheuses ont été libérées à Lille mais deux autres marcheurs ont vu leur placement rétention prolongé! UNE ENORME MOBILISATION EST INDISPENSABLE DE TOUTE URGENCE!

Demain mercredi 11 juillet à 10h se tiendra l'audience au TGI de Rouen pour la 5e personne arrêtée. Nous appelons à la présence du plus grand nombre. 

 

La Marche solidaire pour les migrants à Calais, 7 juillet 2018. La Marche solidaire pour les migrants à Calais, 7 juillet 2018.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.