Urgent appel de SÔS Émeutes et répression en cours au CRA Mesnil-Amelot

Urgent appel de SÔS : Émeutes et répression au centre de rétention du Mesnil-Amelot en ce moment même ! Il faut en parler et que des journalistes alertent sur cette situation. Loin des regards, le pire peut arriver !

 

Urgent appel de SÔS


Émeutes et répression au centre de rétention du Mesnil-Amelot en ce moment

Nous sommes en panique car l'un d'entre nous a été relâché il y a quelques jours suite à une suspicion de covid-19.

On a ni masques ni gel hydro-alcoolique, et les deux personnes qui font le ménage n'ont ni produits ni javel.

On a ni visites de nos familles ni cigarettes ni vêtement propre.

Nous voulons des tests nous voulons être soignés, le service médical est là une heure par jour et la laverie ne marche pas non plus.

Depuis hier soir 19h nous subissons la violence de la police au centre de rétention du Mesnil-Amelot suite au tabassage et au gazage de l'un d'entre nous qui, poussé par la faim, a gardé discrètement du pain sur lui en sortant du réfectoire.

En solidarité nous avons franchi les grilles pour nous rassemblé dans la cour. Le directeur du centre a dit : « très bien » puis a cadenassé l'entrée des bâtiments. « Eh bien vous dormirez dehors par terre » a-t-il dit, puis il nous ont pris nos matelas pour nous punir.

Au secours aidez nous !

ATTENTION notre association confirme de source policière qui ajoute que la direction du centre interdit également aux policiers de porter des masques « pour ne pas effrayer les sans papiers.

Les policiers se disent apeurés et demandent aussi la fermeture du centre !

Mr Gabriel Alexandrescu producteur Roumain invité au festival de Cannes marié en France et père de deux enfants, enfermé dans le centre dénonce les mêmes faits.

Des initiatives suivront

Des papiers pour tous
Fermeture des centres de rétentions
Libre circulation, libre installation

Contact dans le CRA : 0784773004 – 0160541651
SÔS : 0637608027

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.