citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2019

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Apathie et Bachelot, les commères de l'info!

1er mai une convergence de rouge et de jaune pour répondre à Macron!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Castaner avait annoncé 3000 black blocs pour le 1er mai, ses chiffres semblent très précis, comment a-t-il eu connaissance de cette information et pourquoi ne les arrête-t-il pas ?

C’est assez troublant.  Je ne me risquerai évidemment pas à des supputations complotistes qui assimileraient les policiers et les casseurs,  ce serait déplacé !

Jean-Michel Apathie commente la manifestation en précisant que s’il s’y trouvait en personne, avec tous ces gaz lacrymogènes et cette violence, il rentrerait vite chez lui !

Vu qu’il est impensable qu’il défile, qu’en outre il n’y serait pas le bienvenu, le commentaire est forcément débile et surréaliste !

Sa dernière manifestation date du XXe siècle, son analyse du XIXe siècle et son allégeance de mai 2017! (sa dernière Fake news est par contre beaucoup plus récente !)

Derrière lui, Roselyne Bachelot s’essaie à la sociologie du comptoir de PMU pour nous expliquer que le Black Bloc est mouvant et habillé tout en noir pour ceux qui croyaient qu’il s’habille en rose et qu’il vient en trottinette !.

Quant à l’expert local de LCI, un sociologue spécialisé en mouvements sociaux, il explique que si on voit des gilets jaunes,  c’est qu’il y a peut-être un peu convergence des luttes !

En revanche, il ne sait pas trop si ce ne serait pas des syndicalistes de la CGT qui auraient revêtu un gilet jaune !

S’il faut suivre un cursus de hautes études pour parvenir à cette réflexion de haut vol, tous les espoirs sont permis pour les cancres !

Au passage, ils reconnaissent tous, du bout des lèvres qu’il y a du monde, vu qu’ils commentent en direct et que les images sont sans appel.

Quand la haute bourgeoisie t’explique ce qu’est un manifestant, ce qu’est un gilet jaune et dans quelles circonstances tout ce peuple descend dans la rue, c’est un peu comme Macron qui t’explique que le résultat du grand débat correspond exactement à sa politique.

Ils sont tous devenus experts en peuple entre deux cuillères en argent, un grand cru et un séjour à la Megève !

Bachelot précise, surprise, que Besancenot n’a pas été très violent dans sa prise de parole et Apathie réplique aussi sec qu’il n’a pas eu le temps de l’être !

C’est un duo de truffiers qui aboient autour du chêne, persuadés que leur maître va les récompenser !

En attendant, que de monde pour un 1er mai ! Les gilets jaunes et les syndicats réunis viennent en chœur répondre aux annonces de Manu le banquier. Il est en effet, beaucoup plus usurier que président. En bon banquier, il te maintient à découvert et te culpabilise alors que c’est toi qui enrichis la banque !

Le mépris et la suffisance de cette oligarchie n’ont plus de limites dans le mensonge et dans la violence.

Ils ne veulent pas céder, ils nient les citoyens et comptent sur l’usure, la répression, la manipulation médiatique pour passer en force. C’est leur dernière cartouche même si ce ne sont pas les derniers tirs de LBD.

Plus l’échéance européenne approche,  plus leurs médias sont en transe. Le Mélenchon bashing reprend de plus belle, les fake news sur la FI fusent et les sondages continuent d’annoncer LREM à 23% ! Il s’agit surement des chiffres de la police et personne n’ose les contester !

Nous leur parlons d’écologie, de pouvoir d’achat, de frigos vide et d’évasion fiscale et ils répondent : nous sommes le rempart à l’extrême droite, alors qu’ils existent grâce à elle justement. Pour reprendre une expression de Jean-Luc, c’est le paradis fiscal contre l’enfer social !

Cohn Bendit et Berger appellent à soutenir Macron comme s’ils étaient encore populaires !

Danny le bourge, expert en sucre d’orge, et Laurent gardien des troupeaux du Medef viennent, la bave aux lèvres s’accrocher et se frotter frénétiquement au mollet de Macron !

Quant à Manu, après s’être fait copieusement huer par tout un stade, il s’organise pour défiler devant des fenêtres fermées à Amboise ! C'est une ville transformée en cimetière pour accueillir un président mort!

Loin des bains de foule, il a plutôt le cul gelé dans la banquise et semble vivre des grands moments de solitude !

Jamais Président ne fut autant haï et honni sous la Ve République !

Quand le jaune, le vert et le rouge convergent un jour de premier mai, les couleurs de la révolte présagent un arc en ciel républicain pour disperser les nuages de la dictature des marcheurs!

 A samedi !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza