Vote musulman, la terreur de Macron!

Sarkozy confondu par ses peines...!

La politique française sombre inlassablement dans sa médiocrité. Sarkozy est condamné, « enFilloné » pourrait-on dire, empêtré dans ses mots et ses maux. Lui qui pérorait en son temps, pour affirmer avec conviction que les condamnés devaient purger au moins les deux tiers de leur peine, ne manquera pas de faire aménager la sienne à la mode Balkany.

Au-delà de la désormais classique, impunité du col blanc malfaiteur, personne n’est dupe sur les enjeux stratégico-politiques de l’évènement. Robespierre fut le premier à préconiser la révocation des mandats;  pourtant à ce jour, nos hommes politiques n’ont jamais eu le courage de rendre des comptes à leurs “commettants”. Faute de révocation des mandats, chaque élection donne lieu à un étalage de dossiers pourris, mettant ainsi en doute une justice, essoufflée, sans moyens,  dont l’indépendance est remise en cause, parfois à juste titre. D’un côté on pourrait se rassurer avec cette première, la condamnation d’un ex président de la République, en s’imaginant que nul n’est au-dessus  des lois.

Pourtant, Sarkozy ne fut pas, n’est et ne sera pas traité comme tout un chacun. Ce coup d’éclat spectaculaire, presque macronien, s’inscrit dans un agenda électoral qui rappelle que faute de pouvoir révoquer nos élus, on exploitent les dossiers minés pour tuer les rivaux.

Et les dossiers sont nombreux, tellement nombreux que nous en sommes réduits à croire qu’ils font partie du nécessaire et inévitable CV de l’homme politique.

Nous sommes blasés, écœurés et fatigués par la duplicité de cette caste de bourgeois politiciens, véritables tiques de la veine citoyenne !

La politique est tellement associée aux affaires, aux trafics les plus sombres de l’histoire en général et de la Ve République en particulier, que les citoyens n’y croient plus, ne s’y intéressent plus et ne votent plus.

La politique s’autodétruit et se transforme en mission impossible pour tous, citoyens et hommes politiques. Leur médiocrité nous coûte cher, nous prive de nos libertés et nous tue, l’air de rien.

Mais à force de subir la précarité, les abus de pouvoir, la délinquance financière et  aujourd’hui un autoritarisme sanitaire  liberticide, les citoyens envisagent à nouveau les urnes puisqu’il ne leur reste que cet espace pour tenter de renverser la table. Et si tous crient au loup Lepen, ils se gardent bien d’envisager Mélenchon et la FI comme la solution. Ils leur faudrait rompre avec leurs petits intérêts au profit du bien commun, ils nous craignent plus que les musulmans qui leur servent d’épouvantails.

Rien ne fait plus peur à ce gouvernement qu’un regain de citoyenneté. La crise COVID-19 participe à cette prise de conscience  collective, qui progresse doucement mais surement, comme une lame de fond. Du traitement des Gilets jaunes, aux violences policières  en passant par les confinements et les couvre-feu débiles, rien ne nous aura été épargné.

Persuadé que le seul modèle électoral envisageable est le duo Lepen Macron, ce gouvernement s’est attaqué aux pauvres, aux vieux, aux malades et bien sûr aux musulmans sous couvert de sécurité et de terrorisme. Avec sa police armée, le pouvoir macroniste a balayé  les plates-bandes de la droite républicaine et soufflé sur les braises du racisme pour enflammer   une Marine à bout de souffle qui n’en demandait pas tant.

Voilà ainsi que tous les bien-pensants réunis, du PS à la LREM en passant par le RN, ressuscitent l’islamo-gauchisme, mort-né, qui vient cligner de l’oeil à son ancêtre le judéo-bolchévisme. Je prédis des troubles certains pour les futurs Boudhisto-zadistes et zoroastro-anarchistes.

Cet acharnement contre les musulmans relève certes de l’opportunisme politique mais aussi de la terreur que ces derniers puissent se rassembler pour voter.

Parmi les millions de musulmans français, nombreux sont ceux qui désertent les bureaux de votes et qui seraient bien inspirés de renouer avec leur citoyenneté.

On peut également lire dans les journaux que la gauche officielle, entendez l’aristocratie parisienne, ne votera plus Macron et refuse officiellement le piège politique du barrage républicain. Voilà de quoi faire trembler Macron qui envisage, quoiqu’il en coûte, un vote électronique histoire de gagner les élections au forceps si nécessaire.

Ils sont incompétents, déconnectés, malhonnêtes, cupides, violents, racistes et dangereux, et surtout ils comptent sur l’abstention !

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.