Prétention de Macron, Dimension de Mélenchon!

Pena Ruiz, Yann Moix, des polémiques à deux vitesses!

C’est aussi dans la polémique que la richesse d’un mouvement politique peut se révéler. Lorsque des militants identitaires, « sympathisants » de la France Insoumise détournent la parole du philosophe Henri Pena Ruiz pour s’enfermer dans un délire de persécution islamophobe, nous avons heureusement l’occasion de réaffirmer notre attachement à la laïcité.

Lorsque l’on écoute l’intervention du philosophe, le message est très clair. Il invite à ne pas se fourvoyer dans le racisme primaire envers les athées ou les religieux tout en revendiquant le droit d’avoir une réflexion critique sur une religion ou sur l’athéisme.

Cette tempête dans un verre d’eau qui a fait les choux gras des journalistes et réveillé quelques paranoïaques barbus n’est qu’une tentative infructueuse pour salir l’université d’été de la France Insoumise qui s’est une nouvelle fois distinguée par la qualité de ses conférences.

Pendant ce temps, la presse bien-pensante tente de nous faire avaler les remords de Yann Moix l’antisémite.

Ces mêmes médias l’ont encensé et ont permis à l’écrivain médiocre de devenir le mauvais chroniqueur incontournable (c’est un jugement personnel assumé !) des plateaux télés à succès de Ruquier et Ardisson.

En fait, si tu es antisémite mais que tu soutiens la politique coloniale d’Israël et que tu as l’absolution du messie BHL, il faut te pardonner. Mais si ton passé remonte à la surface, tu ne peux plus prétendre au prix Goncourt.

J’avoue que j’ai comme une remontée soudaine de bile quand j’observe la duplicité de l’appareil médiatique.

Je me rappelle les accusations d’antisémitisme envers les élus et militants de la FI pendant le mouvement des Gilets Jaunes : nous sommes coupables de dénoncer l’impérialisme et la violence de l’état sioniste, coupables de défendre le droit du peuple palestinien à défendre sa terre.

Le racisme est un enjeu et un instrument politique à multiples facettes qui sert les intérêts du lobby médiatique au service de l’État. Il peut être politiquement correct et sert de variable d’ajustement en fonction du moment. Antisémite ou islamophobe, aux mêmes maux, on applique un traitement différent et c’est précisément l’essence de la pratique raciste.

 Pendant que l’on abreuve l’opinion de polémiques stériles et hypocrites, Macron n’en finit pas de se faire humilier par ses pairs en médiocrité.

Contrairement à ce que racontent les Ruth Elkrief  et autres Duhamel, éditorialistes baveux de la macronie, l’homme n’a pas de stature internationale même s’il tente de se distinguer par des coups de com’ qui ne font plus illusion dans son propre pays.

Les journaux étrangers l’ont raillé et ont dénoncé son incapacité et sa violence depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes et jamais un président français et encore moins sa femme ne se sont fait insulter, moquer ou manquer de respect. Certes les auteurs de ces insultes ne sont pas dignes de leurs fonctions, mais ce n’est pas le fruit du hasard si Macron en est la victime. Son arrogance ne se limite pas à la politique nationale, en un mot : Il n’est pas à la hauteur de  la fonction.

Pendant ce temps, Jean-Luc Mélenchon est reçu par les plus grands présidents d’Amérique latine qui lui reconnaissent une stature de chef d’état.

Qu’il s’agisse de Lula, de Kirchner, de Pepe Mujica ou encore du président de la République mexicaine Andrés Manuel López Obrado, tous ont perçu la dimension politique et historique de Jean-Luc Mélenchon.

Il est manifeste que les médias français et le pouvoir financier aux commandes de la France arrivent à un point de rupture. Ils ne font plus illusion devant les citoyens français qui contestent comme ils le peuvent, la conscience désarmée par des années de capitalisme.

Macron (et ses sbires) ne tient plus que par la force et la violence, il sera le Néron pyromane de la République, le fasciste tartuffe de l’histoire du XXIe siècle.

Mitterrand a connu plusieurs échecs avant d’être élu, je ne doute pas de la pugnacité de Jean-Luc Mélenchon ! 

J’espère que nous saurons progresser pour que les citoyens reconnaissent la dimension historique de l’homme politique visionnaire qui incarne la France Insoumise et son programme !

Hasta siempre Commandante !

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.