Insurrection ou Révolution ?

La Révolution, c’est la liberté qui fait la guerre à ses ennemis!

 

Les gilets jaunes, loin du rose socialiste, du vert écolo-bobo et du rouge coco  sont parvenus aujourd’hui à faire passer pour des jaunes tous les hommes politiques aux commandes.

Pendant que Mr.Martinez, tiraillé entre les pro gilets jaunes et les anti gilets jaunes qui voient des fachos partout, se concentre sur une neutralité opportuniste, avant son congrès confédéral, les autres syndicats se cachent et continuent à décliner en silence, dépassés qu’ils sont, c’est le comble, par la colère des Français.

Eux qui depuis toujours rêvaient du Grand Soir, sont incapables de réaliser qu’il a commencé sans eux!

Heureusement que les bases syndicales, les éboueurs, les cheminots et autres militants de terrain se reconnaissent dans ce mouvement citoyen et font converger les luttes avec les gilets jaunes pendant que les responsables confédéraux  passent à côté de l’histoire qui appartient encore et toujours aux sans-culottes et aux Gilets jaunes.

Les corps intermédiaires n’ont justement plus rien d’intermédiaire et les Gilets jaunes prônent un dégagisme que Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise ,visionnaires, n’en déplaise à beaucoup, avaient pressenti et revendiquaient bien avant tout le monde.

D’ailleurs plus de 80 % des revendications des Gilets jaunes sont dans le programme « l’avenir en commun », preuve du bon sens et de la contribution collective citoyenne de la FI.

Mais la force de ce mouvement est justement sa non appartenance à un parti, ce qui compte en fait, ce sont les revendications et c’est cela qui rend le peuple Français insaisissable et puissant devant les oligarques. 

La France se re-politise, la France renoue avec ses couleurs de Fraternité, d’Egalité et de Liberté, et quand je dis la France, je pense le Peuple français loin de la nouvelle aristocratie financière franco-européenne qui vit hors-sol dans une sphère privilégiée.

Cette force populaire, unique au monde et oui, je le crie avec fierté, est une spécificité française, contagieuse qui plus est ! Peu de médias relaient ce que nous partageons depuis des semaines déjà, à savoir l’apparition de Gilets jaunes Belges, Hollandais ou encore Allemand… 

1789, 1848, 1968, les symptômes de la Révolution planent et il est cocasse que tous parlent d’insurrection du bout des lèvres, comme s’ils avaient peur de ce mot Révolution. Pourtant nous sommes fiers de notre Révolution, elle est à l’origine de notre démocratie et la signature de notre esprit rebelle.

Comme le disait si bien Robespierre :« La Révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis »,

Le mépris du Président Macron et de son gouvernement fut le meilleur artisan du renouveau de la conscience collective dont les Français avaient besoin. Ils nous ont humiliés, moqués, volés et surtout sous-estimés. C’est une vieille histoire vouée à recommencer, l’histoire d’un peuple qui se révolte et défend sa liberté et sa patrie sur les barricades. C’est toujours de la misère que renaît l’aspiration à la liberté.

Comme le disait Marat : « C’est par la violence que l’on doit établir la liberté ». 

Ce n’est qu’une approche réaliste et sûrement pas un plébiscite en faveur de la violence.La violence que l’on déplore est porteuse de peur, de déstabilisation politique, elle est surtout l’expression du désespoir social et elle oblige à reconnaître l’échec de la politique injuste au service d’une minorité qui se gave sur le dos de tous.

Mais qui est le plus violent ? Combien de morts dûs à la précarité, à la misère, au chômage, morts au nom de leur sacro-sainte productivité ?

La chemise du DRH d’Air France était un signe avant-coureur de la colère de ceux qui ne sont rien, de ceux qui ne gagnent rien, qui ne peuvent plus rien vivre, qui n’ont plus d’avenir et que l’on veut faire crever au travail, sans retraite.

Même les services de Police s’indignent de ce gouvernement, on a vu sur les réseaux sociaux des CRS retirer leurs casques en signe de solidarité et chanter la Marseillaise en chœur avec les Gilets jaunes, on a vu aussi des pompiers tourner le dos au préfet et quitter une commémoration...

Ne comptez pas sur les médias pour relayer cette grogne officielle, pourtant c’est leur travail.

En 1789, la Police royale est tombée au profit de la Police nationale et notre Police doit être au service de la Nation et non pas au service du gouvernement qui abuse de son pouvoir de violence.

Mais que propose le gouvernement? Un gel des taxes? Des « mesurettes » sans effet qui ne répondent pas au cri de désespoir des citoyens et qui ne s’adressent qu’à ceux qui travaillent, ignorant au passage les privés d’emploi, les plus précaires...Le mépris est en marche et il garde le cap.

Quant aux médias mainstream, ils continuent de relayer la propagande, inconscients qu’ils sont eux aussi responsables de cette situation et considérés comme tels par les Français qui se détournent de la télévision d’État et des  médias milliardaires. 

Ils salissent le métier de journaliste, bafouent l’éthique et l’honnêteté de tous les reporters et pigistes que l’on censure et que l’on paye au lance-pierres.

Ces nouvelles stars du Paf qui gagnent plus que nos députés défendent aujourd’hui leur nouveau cercle de privilégiés, tournant le dos à leur vocation première de contre-pouvoir nécessaire à une vraie démocratie. 

Jean Luc avait raison : Qu’ils s’en aillent tous ! 

Ah ça ira, ça ira, les aristocrates à la lanterne...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.