Enfin un président pour la paix

Jean Luc Mélenchon contre la guerre pour que les financiers nous foutent la paix!

L'heure est à la panique pour ceux qui n'ont pas la dimension pour présider la France . M.Macron se permet de parler d'angélisme sur la position syrienne de Jean Luc Mélenchon, qui prône une paix sensée et nécessaire, mais c'est la peur des maîtres de l'ombre qui lui intiment un tel commentaire.

 

La peur que suscite le candidat de la France Insoumise est multiple.

D'abord parce qu'il est aujourd'hui manifeste qu'il peut l'emporter, à tel point que tous les médias l'envisagent, même si c'est du bout des lèvres, et ensuite parce que son élection serait une catastrophe pour les supporters de l'OTAN et du néo-libéralisme.

 

L'électorat de M.Macron est artificiel et volatile , même s'il bénéficie, lui, des soutiens grossiers des médias détenus par ses partisans. 

M.Fillon n'en finit plus d'apparaître pour ce qu'il est au fond, un homme d'argent loin de la carrure présidentielle irréprochable qu'il vantait hier.

 

Les financiers sont donc aux aguets, en alerte rouge et les vendeurs d'armes s'alarment du coût éventuel de la paix et du retour de la diplomatie.

 

Le marché et M.Gattaz transpirent en chœur, affolés de devoir contribuer à un nouvel ordre social solidaire, qui viendrait redistribuer des richesses qu'ils ont sauvagement accumulées sur le dos des contribuables. 

 

Au-delà de leur inquiétude pour le monde de leur finance, pour le marché de la concurrence et pour les traités européens qui nous régissent , ils ont tous peur de la paix, eux qui nourrissent dans leurs guerres, depuis des décennies, leur soif insatiable de profit.

 

Les intérêts suprêmes, hydrocarbures, uranium, armements, la liste est loin d'être exhaustive,  dessinent la géo-politique ; l'alliance contre nature de la finance et de la politique tente ainsi de réécrire une histoire grâce aux médias classiques. Le révisionnisme s'écrit cette fois en avance.

 

M.Macron ne fait que répéter ce qu'on lui dit, lui qui hier encore pensait que la Guyanne était une île, n'a aucune compétence en matière de politique internationale, mais il a toujours un commentaire creux à proposer. C'est le paroxysme de la communication et du marketing publicitaires en politique. 

 

Que cela puisse fonctionner est incroyablement inquiétant !

Il est vraiment temps d'élire Jean Luc Mélenchon pour que nous puissions à nouveau écrire les pages d'une histoire de France qui fera notre fierté et celle de nos enfants. 

C'est d'ailleurs pour leur avenir que nous allons voter et j'ai envie de croire qu'il puisse être, grâce à la transition écologique et énergétique, un monde de partage et d'humanisme et de paix

 

Ce n'est pas une utopie, c'est à portée de main, à portée d'urnes.

Ils nous imposent leur cauchemar, nous avons les moyens de nos rêves, c'est une réalité.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.