Berléand dans les embouteillages, Benalla dans le trafic

La police de Castaner aux doigts et à l’œil, du cousu main!

Berléand se plaint d’être coincé dans un embouteillage à cause des gilets jaunes ; accordons-lui le droit de se plaindre de ces gueux qui prennent les bobos en otages tous les samedis.

Il a fait le buzz, peut-être même au-delà de ses espérances. Son soutien à Macron et son zèle risquent de coûter cher à sa popularité, déjà discutable.

 Mais il ne sera pas mutilé, ni emprisonné et il est sûrement déjà protégé puisqu’il est proche de Manu.

 En attendant, encore une main arrachée, heu pardon quatre doigts, il en faut cinq pour dire une main, précision du socialiste Vauzelle, sûrement un détail de l’histoire des Gilets Jaunes vu du haut du mirador.

 Encore une semaine et un week-end chargés en connerie, manips et pipeau de tout acabit.

 D’abord l’incendie de la maison secondaire de Ferrand, précisons qu’il a la chance d’en avoir une, le pauvre Benjamin Griveaux ne peux même pas être propriétaire avec ses 8000 euros de salaire, la vie à Élysée, n’est plus ce qu’elle était !

 Mais revenons à l’épisode de l’incendie attribué aux Gilets Jaunes : il sent le pétard mouillé et le silex avarié.

 En fait, pas de traces d’effraction ou de piste criminelle, si ça se trouve ce coquin de Ferrand a fait des économies sur la réparation de sa chaudière et en plus de la prime d’assurance il a profité du buzz politique.

 Il a trouvé l’appui de tous les politiques et de toute la presse de la Macronie à l’affût du moindre feu de paille pour s’enflammer.

Bien sûr, on a aussi eu droit aux tags antisémites que l’on a d’abord attribués aux Gilets Jaunes, à tort, mais tout de même ce mouvement permettrait à tous les extrémistes de gauche et droite de s’exprimer, donc c’est quand même un peu de leur faute.

Voilà des mois qu’ils font artificiellement monter Marine Le Pen sur leurs plateaux télés et dans leurs éditos et ils s’étonnent d’avoir des actes antisémites ?

Ils en sont plus responsables que les gilets jaunes. Ils ont instrumentalisé l’extrême droite, c’était même le moyen le plus sûr de faire élire Macron.

 Les mouvements de fachos sont connus et les individus fichés, les députés LREM viennent de nous pondre une loi anticasseurs qui permet d’arrêter des gens préventivement si on estime qu’ils vont être dangereux.

Pourtant, les casseurs sont tous là, tous les samedis, avec la bénédiction du gouvernement qui attend d’eux qu’ils salissent le mouvement par leur violence.

Chaque casseur, chaque policier déguisé en casseur, chaque facho est à la solde du gouvernement Macron.

 La méthode est odieuse et le résultat n’est pourtant pas garanti.

Ils sont la cause et nous subissons les conséquences, ils dépensent et nous payons le coût, ils ont les armes, mais nous avons le pouvoir et ils en ont peur.

Ils sont en fait épuisés et complètement déstabilisés par notre détermination, d’autant que pendant ce temps ils doivent en plus gérer le Benalla-Gate.

Pendant que notre Boxeur héroïque est en prison, Alexandre se repose sous le soleil de Marrakech au chaud et au frais des copains de Poutine, qui ne paient pas en roubles, mais en euros trébuchants, un barbouze habilité au secret défense !

Je n’ai pas entendu Berléand sur le sujet, il est vrai que Benalla ne cause pas d’embouteillage, il est plutôt dans la fluidité du trafic.

Macron est devenu le président le plus pitoyable du pays des droits de l’homme, moqué par le New York Times, ridiculisé par les Italiens, flagellé par Angela, à genoux devant les saoudiens et pour la vodka au poivre c’est Benalla qui régale !

Ne sous-estimons pas leur capacité à nous étonner encore !

Peut-être que Marlène Schiappa sera la prochaine révélation politique des anges de la téléréalité, peut-être que la fille de Brigitte Macron est pressentie pour animer le grand débat, ou peut-être enfin qu’Ismaël Emélien, le fameux conseiller spécial de Manu va devoir rendre ses passeports diplomatiques.

En attendant la prochaine intox ou fake news, nous allons continuer inlassablement à arpenter le pavé jaune de la République tous les samedis libres, frères et citoyens. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.