Bling-bling, big-bang et crustacés, la canicule de l’été républicain !

De Rugy : caviar, homards et grands crus, le marché couvert de l’Assemblée !

Pendant que les professeurs aux abois se font insulter et maltraiter par un gouvernement décidé à se mettre la France entière à dos et à ses pieds au passage, François de Rugy, allonge ses jambes sous une table bien garnie de homards et de grands crus classés.

La république de Macron n’en finit pas de dévoiler son indécence. Après Benalla et ses millions, Brigitte et sa vaisselle à 500 000 euros, les Français découvrent que François de Rugy a aussi re-décoré aux frais du contribuable sa résidence (provisoire) de ministre pour la modique somme de 63 000 euros !
À 33000 euros de peinture, on se dit qu’il a embauché un impressionniste pour refaire le plafond !
Pas moins de 17 000 euros pour se construire un dressing géant ! C’est qu’il en a du costard à ranger en plus de la collection de Louboutin de Madame qui travaille à Gala, forcément. Ça ne s’invente pas !

Nous serions mesquins ?
C’est bien la petitesse du peuple de chipoter sur quelques dizaines de milliers d’euros, quelques doses de caviar et de homards arrosés de Châteaux Yquem destinés à sustenter nos grands républicains.
François de Rugy s’est gavé pour une noble cause, il s’est forcé à boire du vin aux sulfites et à manger du crustacé, alors qu’il est officiellement plutôt porté sur le vert et les légumes sans glyphosate. Il a même sacrifié son dessert à l’occasion quand il y avait urgence à l’Assemblée.
Enfin, diantre, on ne traite pas les dossiers de la République autour d’une tartiflette en sirotant de la KRO !
Il s’en tire avec un j’assume et une pirouette à la Cahuzac et obtient le soutien officiel de l’Élysée, par la voie d’un tweet mémorable de Sibeth : « le homard, il est dead ! »

On en arrive à se demander si toute cette indécence n’est pas finalement bienvenue pour ce gouvernement en demande récurrente de diversion.
A l’aube des élections municipales qui promettent des larmes et du sang, tous s’agitent à Paris, à Bordeaux et dans toute la France avec l’espoir de s’accaparer les grands fiefs.
La droite se gargarise de démocratie participative et se découvre des appétences écologiques et la gauche bobo bling-bling organise des big-bangs sous le chapiteau du cirque, tous les clowns sont à leurs places !

Les élections européennes étaient à peines finies que déjà on nous annonçait le départ de Mélenchon, son passage en correctionnelle, l’explosion de la FI, j’en passe et des meilleures !

Faut-il qu’ils nous craignent et que surtout ils reconnaissent Jean-Luc Mélenchon comme le seul homme politique susceptible de renverser la table du capitalisme financier pour mettre en place une 6e république sociale, écologique et démocratique !

Je demeure un optimiste forcené qui croit que la conscience collective avance, que la politisation des crève-la-dalle fait son chemin, même si cela ne se traduit pas encore dans les urnes, même si la contestation s’exprime tristement par la voix de l’abstention et du RN.
Ils s’acharnent sur JLM, sur les Gilets-jaunes qu’ils enferment allègrement, sur les pauvres qui font de la prison ferme pour avoir volé un paquet de pates et ils relaxent Benalla, Bernard Tapie, ménagent Balkany et Sarkozy. La justice est ajustée pour l’injustice. Les robes rouges au service des queues de pie s’opposent aux robes noires qui défendent la misère et les barricades.

La violence policière devient banale, elle se démocratise c’est le cas de le dire !
Des gendarmes empêchent les journalistes de circuler, sans raison, sans explications, avec violence et personne ne s’offusque plus ?

Le groupe Bolloré rachète la totalité de l’institut de sondage CSA et personne n’ose contester les sondages qui donnent la côte de popularité de Macron à 30% !
Manu est élu avec 10% des inscrits et ils veulent nous faire avaler qu’il est soutenu par 30% de la population, alors qu’ils se fait huer à chaque sortie.

De Rugy nous rappelle, bien malgré lui, en plein mois de juillet que la prise de la Bastille avait du sens !

A nous de persévérer, de continuer à défendre pas à pas la démocratie, la liberté, la fraternité et l’égalité qu’ils piétinent de leurs souliers vernis.
La patience et la colère sont nos alliées, la solidarité pour un avenir en commun est notre seule option et c’est la plus juste pour tous. Résistance !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.