Macron entre bouse et fake news!

Marine et Manu sont dans un bateau, Manu coule, Marine se noie!

Alors que Macron et son équipe d’arracheurs de dents, au sens propre et figuré, prétendent s’attaquer aux Fake news, il serait judicieux de définir l’expression afin que la justice et les sanctions puissent être exemplaires, pour tous ceux qui diffusent de fausses informations.

Les premiers concernés seront, bien sûr, Macron avec ses promesses électorales et ses improvisations récurrentes, mais aussi la Préfecture et ses chiffres bidons, contestés aussi aujourd’hui par les syndicats de police.

S’ajoutent à cela, l’Élysée et ses annonces multiples, par exemple sur l’affaire Benalla et bien entendu la majorité des Médias qui véhiculent toutes ces manipulations et mensonges en plus de leur propre propagande !

 En effet, les derniers sondages de la remontée spectaculaire de Manu mériteraient alors d’être considérés comme tels. Les médias à l’unisson nous expliquent qu’il aurait quitté le fond des abysses politiques, dont les parois lisses, étroites et cuivrées de jaune ne risquent pourtant pas de lui permettre de se retourner pour grimper.

 Mais si, il serait soudainement, lui et son parti, au top des sondages, le cul sur la proue du navire des élections européennes et ce, grâce à sa tribune et son clip   qui ont fait rire toute l’Europe et pleurer tous les Français de honte.

Et pendant que certains se gargarisent de fake news, d’autres comme LCI se spécialisent dans la vraie bouse !

La chaine nous annonce le deuxième épisode de la saga des Le Pen :

« La politique en héritage ». Ça sonne comme le 522 ème épisode d’une mauvaise série brésilienne, avec un doublage pourri et le flou en arrière-plan pour faire larmoyer la ménagère, exciter un peu les esprits et surtout rappeler à tous que Manu, c’est mieux que Marine qui elle est mieux que Jean-Luc !

Thomas Sotto, pour l’Émission politique de France 2, interroge Marine sur la photo de ses chats.

Loin de l’enquête politique, on est dans le « journalisme intimiste » à la Paris-Match. L’objectif est de montrer une Marine plus humaine, si elle aime ses chats, c’est pas grave qu’elle aime moins les étrangers.

Elle est même prête à renoncer à sa réunion si sa chatte met bas, comment pourrait-elle être foncièrement mauvaise ?

Elle n’est pas aussi dangereuse finalement, le deuxième tour de la Présidentielle est loin et Marine est redevenue politiquement correcte !

Manu fustige l’extrême droite dans son clip, mais ses copains trouvent Marine à chaque élection pour lui servir la soupe ; ces deux-là sont complices, n’en doutez pas !

Ils se retrouvent à chaque échéance électorale, se reniflent et se reconnaissent justement comme un chien et un chat qui partagent la même panière depuis toujours et qui ont le même os à ronger.

S’il est fidèle, elle garde un peu de son indépendance, il aboie régulièrement son mépris du peuple quand elle griffe sournoisement la main qui la caresse, il a la canine saillante, elle a le poil qui se hérisse devant les étrangers, mais les deux raclent la même gamelle !

Ils sont inséparables, existent ensemble, et sont soumis au même maître qui les tient en laisse pour monter la garde et protéger le capital !

Au de-là de ces métaphores bestiales et de cette réflexion facile sur l’usage étatique de la fake news et du sempiternel mais opportun spectre de l’extrême droite, nous devons être pragmatiques pour aller voter.

Voter Le Pen, c’est voter Macron et vice versa !  Il suffit de les observer et de compter le nombre de mutilations, de blessures et d’arrestations et de se demander si ce que l’on craignait avec Marine n’est pas en train de se réaliser sous Macron ?

Encore que Marine n’aurait jamais eu la majorité de LREM pour faire passer toutes ces lois liberticides et aurait été vertement condamnée par tous pour les mêmes violences !  

Ce qui est indigne chez Le Pen devient justifié sous Macron, en marche sur la tête !

L’éparpillement et l’abstention seront des votes donnés à Manu !  Ni le PC, l’UPR, le PS ou les écolos divisés n’ont le potentiel pour faire la différence, c’est pour cette raison que tous les médias au service du gouvernement attaquent Jean Luc Mélenchon, François Ruffin et tente de diviser et de salir la FI.

Donc le vote contre Macron aux Européennes doit être réfléchi comme un calcul logique et mathématique. Macron aura perdu, si son score est faible et si les idées de la France Insoumise triomphent !

 Le sursaut Républicain n’a jamais eu autant de sens que pour le 26 mai 2019 et je serai au rendez-vous de l’urne, mais en attendant,

 A samedi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.