Guillaume Meurice, la chronique de Riom !

Guillaume Meurice, le moment au service de l’État.

Ce matin au réveil, j’écoute Guillaume Meurice, c’est le seul moment où je supporte France Inter. Alors que Ferrand semble bien enferré, l’humoriste choisit de dédier sa chronique au « camarade Jean-Luc » qui est aussi au cœur de l’actualité. Pourquoi pas, si c’est drôle ?

Malheureusement, je m’accroche jusqu’au bout et je l’entends dérouler toute l’ironie de BFM et des macronistes de base : on a droit ainsi au guide suprême avec le « Hasta siempre » de circonstance, le petit timonier, le code nucléaire dans les mains d’un homme colérique qui bouscule les forces de l’ordre, le basilic c’est moi, les privilèges d’élus c’est sacré etc. Je l’avoue, je n’ai pas ri, mais est-ce vraiment drôle ?

J’appréciais les chroniques de Meurice quand il faisait office de Fou du Roi, avec impertinence et talent, mais il semble qu’il ait été convié à rejoindre la meute. D’ailleurs a-t-il été vraiment invité à faire cette chronique ou s’est-il senti obligé de le faire pour justifier son salaire ? Bourdieu et Bégaudeau l’expliquent très bien, le pouvoir n’a plus besoin de les inciter, les journalistes et chroniqueurs s’autocensurent et font preuve du zèle nécessaire à la survie de la caste.

J’aurais aimé une mot (drôle) sur les méthodes des perquisitions, sur le reportage de Quotidien qui dévoile soudainement tout le reportage des perquisitions et qui montre une toute autre image de JLM, n’y avait-il pas là une source d’ironie pour une boutade, Guillaume ?

Et sur la question du Lawfare ou du pillage d’État du listing des adhérents de la LFI, il n’y a rien de drôle à dire ? Pas d’inspiration ? (Il est vrai que ça n’est pas si drôle !).

Après tout, Guillaume Meurice ne se gêne pas pour critiquer les méthodes de LREM, pourquoi ne pas continuer quand l’État se déchaine sur la France Insoumise et en particulier sur Jean- Luc Mélenchon ?

Et bien Guillaume, tu ne crois pas au procès politique, à la disproportion des moyens déployés ? Tu n’as rien lu sur le traitement hors norme par une justice aux ordres ? Il ne s’agit pas pourtant pas de la justice que l’on dispense au citoyen lambda que tu cites à la fin de ta chronique ? Tu n’as rien lu de contradictoire sur le sujet ?

Finalement, tu te révèles par cette chronique facile qui ne t’honore pas. Je te cite : « Mélenchon est soupe au lait, il envoie chier les journalistes et Alexis Corbière a traité (à juste titre, je crois !) ta collègue de Poujadiste et donc JLM devrait prendre sa retraite à 60 ans, il déconne mentalement, et on n’a pas le cul sorti des intérêts de la dette tant qu’on vote pour des humains et par pour des programmes » …t’es aussi drôle que Léa Salamé finalement !

Et tu as raison de dire que l’on ne vote pas pour des programmes, tu avoues précisément avoir changé d’avis à cause de la colère de Jean-Luc…

Il est vrai que pour ma part, sa colère m’a rassuré, sur son humanité, loin de la froideur sociopathe d’un Macron qui éborgne et qui arrache les mains. Mais les apparences sont importantes pour les bobos qui voudraient bien être à gauche…mais pas trop, sans colère et sans violence, parce que on est en démocratie quand même !  Finalement t’as un petit côté socialiste…plutôt Hollande que Jaurès !

En fait ta chronique est très inquiétante, elle renvoie vers cette uniformité qui fait les états autoritaires. T’entendre t’inscrire dans ce bashing anti-Mélenchon me fait penser au « Cri du peuple » qui avait été détourné de son essence Communarde pour rejoindre Vichy pendant le procès de Riom. Certains me trouveront dur, d’autres crieront que je manque d’humour, certes, je ne ris pas avec les hyènes, groupées autour du Lion blessé. 

Je suis triste finalement que tu sois à cet instant malheureux, devenu une caricature de ta propre chronique !

Tu n’auras pas l’honneur de te faire virer par France Inter, tu es bien dans le moule de la macronie que probablement tu penses sincèrement critiquer et tu deviens un peu le Franck Dubosc de la Radio d’État ! Dommage !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.