Dettinger à l'ombre, Benalla au soleil

Un condamné au conseil Constitutionnel

Alain Juppé a versé une larmichette en plus de son laïus sur la vie publique qui n’est plus ce qu’elle était et sur les élites qui ne sont plus ni reconnues ni respectées.

Parce qu’ils se croient tous respectables, dès lors qu’ils sont aux commandes et au pouvoir. Juppé pense sûrement qu’un séjour au Canada permet de se racheter une virginité politique et que nous devrions tous être reconnaissants et admiratifs de son immaculée contrition.

En même temps pour un ex-condamné qui finit au conseil constitutionnel en laissant derrière lui une ville endettée, où on ne peut ni se loger ni circuler décemment, je le trouve un peu ingrat.

Ce doit être un atout d’avoir été condamné dans une affaire d’emploi fictif pour déterminer ce qui est bien légal de ce qui ne l’est pas. C’est un peu comme si on nommait Castaner pour attribuer le prix Nobel de la paix, ou Hanouna pour décerner le prix de la fondation Yvette Roudy .

Ceci-dit, j’avoue que pour les Bordelais, c’est un soulagement, et d’ailleurs, si les habitants sont si nombreux à envahir les rues de Bordeaux tous les samedis, on le doit aussi à Juppé, malgré lui bien sûr !

Le Conseil Constitutionnel, c’est quand même la bonne planque pour grabataires en manque de prestige.
La vieille troupe réactionnaire se réunit entre deux repas à la paille et un bingo au Palais royal et tous sont nommés entre la poire et le fromage par le président du Sénat ou le Président de la République (à l’exception des anciens Présidents, membres de droit).

Autant vous dire que c’est un truc d’initiés entre personnes autorisées et qu’il faut montrer patte blanche, même si on a les mains sales comme Alain Juppé !

Et pendant ce temps, la justice de Macron fait führer sur Christophe Dettinger, qui doit « servir d’exemple ».
Cette simple formule précise que notre boxeur, héros populaire, (n’en déplaise à tous les bien-pensants), n’est pas jugé comme les autres citoyens.

L’enjeu est trop important pour Macron qui ne peut pas risquer de perdre le soutien de la Police qui, au demeurant, finira quand même par le lâcher, d’ailleurs ça commence !Donc Dettinger à l’ombre et Benalla au soleil, c’est la justice des marcheurs estropiés qui se prennent les pieds dans le tapis de la République pour atterrir bille en tête dans les bas-fonds de la dictature.

Tous les ingrédients sont réunis, mutilations, propagande, usage gouvernemental de la justice, répression de l’opposition et des citoyens, enfermements préventifs et là ils travaillent sur la possibilité de limiter notre liberté d’expression sur les réseaux sociaux. Qui dit mieux ?

En fait, pourquoi avait-on si peur de Marine Le Pen ? Elle n’aurait jamais eu la majorité de l’Assemblée pour voter toutes ces horreurs !
Qui peut aujourd’hui faire la différence entre le RN et LREM ?Tous s’accordent à dire d’ailleurs que Marine n’est pas si anti-européenne finalement et elle est royalement invitée sur tous les plateaux.
Pour le CRIF, Marine Le Pen est irréprochable, et son parti ne commet pas de violence, j’en perds mon hébreu !

Ce sont les mêmes qui s’indigneront de l’antisémitisme qui augmente, cherchez l’erreur !
Il n’y a pas d’erreur, pour tous ces cyniques il vaut mieux Le Pen que Mélenchon et d’ailleurs, ils font pire que le RN, donc autant cautionner les fachos progressivement car eux protègent les mêmes intérêts.

Ne comptez pas sur Marine pour la redistribution et le partage des richesses, ce n’est pas exactement l’esprit de Montretout !
Les masques tombent et les bottes en cuir rejoignent les chemises brunes pour s’assembler dans l’uniforme d’une politique autoritaire qui ne sert ni la France ni les citoyens français.Victor Hugo écrivait si justement :
"Mutilez, coupez, tranchez, volez, annexez, démembrez ! Vous créez la haine profonde ; vous indignez la conscience universelle. La vengeance couve. Tout ce que la France perdra, la Révolution le gagnera."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.