citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juil. 2021

Obligation vaccinale: un viol citoyen, un crachat qui ruissèle sur la République!

Le mariage Daesh / Lafarge béni par l’Élysée!

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La vaccination ne sera pas obligatoire, je m’y engage ! c’était la parole forte et solennelle de Macron en septembre 2020.

Un an après il nous « propose » de nous vacciner sinon il nous  vaccinera par la contrainte et ils nous pourrira le quotidien pour y arriver !
Mes amis me disent qu’ils veulent se faire vacciner pour voyager, pour aller au restaurant ou encore pour avoir la paix parce que la vie sera un enfer pour les non vaccinés.

Aucun d’entre eux n’évoque les risques ou la peur de mourir, et surtout pas l’efficacité des vaccins puisqu’ils les savent expérimentaux. Il s’agit simplement d’une résignation consciente devant un pouvoir de plus en plus autoritaire, qui parvient à contraindre précisément par ce consentement résigné.


Tant pis pour le code de Nuremberg, tant pis pour notre liberté de refuser un vaccin expérimental ou pour notre liberté de choisir un vaccin éprouvé, chinois, russe ou cubain et pourquoi pas français.


Nous sommes des brebis galeuses, des abrutis qui ne croient pas à la science ou même des dangers pour les autres alors nous allons être contraints. Plus de bars, de restos, de centre commerciaux ni même de travail.

Les soignants récalcitrants seront virés, c’est pour le bien de tous car Il ne faudrait pas qu’il contaminent des gens vaccinés qui sont pourtant protégés.
Le gouvernement ne cherche même plus à être crédible, il assigne la police au contrôle du Passe sanitaire mais n’oblige pas les policiers au contact du public à se faire vacciner. Il n’oublie pas combien il est dépendant de cette police qui le maintient en laisse depuis les gilets jaunes. 

Mais c’est pourtant Jean Luc Mélenchon qui est sensé nous faire peur avec son programme utopique d'islamo-gauchistes verts qui proposent de manger les riches !

Au même moment on apprend que Lafarge s’accouplait avec Daesh avec la bénédiction de l’État. Les terroristes ont des complices qui nous gouvernent. Ceux-là ne crient pas Allahou Akbar, ils lui préfèrent le Dieu Dollar.
 Tiens , on entend pas parler Emmanuel Vals sur ce sujet, étonnant non ? 


La tactique est une nouvelle fois de sidérer la population, une stratégie du choc qui s’appuie sur la crise sanitaire pour maintenir une politique de terreur, des mesures liberticides et discriminatoires sans oublier les finitions de la casse sociale avec la réforme des retraites et la recrudescence des contrôles de la CAF sur les prestations sociales. S’ils mettaient autant de zèle pour contrôler l’évasion fiscale, la France ne serait pas si endettée. Mais ils préfèrent sonner l’hallali pour la chasse aux pauvres. Les proies sont plus nombreuses et plus faciles à plumer !


Soit Macron n’a pas l’intention de garder le pouvoir, soit il compte tricher pour le récupérer mais aucune personne sensée ne peut croire que sa côte soit encore à 240% comme le clament tous les médias de ses copains.
 Les scores minables de LREM aux deux dernières élections (2,5% pour les municipales et 3,5% pour les régionales) sont la meilleure expression de la popularité de ce président et de son gouvernement. Une nouvelle fois, les sondages qui prédisaient une explosion du RN et vantaient la popularité de ce gouvernement sont aujourd’hui ridicules, encore moins crédibles, certainement pas fiables et assurément manipulés.


Mais cette stratégie du choc a aussi vocation à pousser les Français encore un peu plus à l’abstention car il ne faut pas sous-estimer l’expertise cynique de la stratégie politique de Macron. Si l’abstention est incontestablement un signe politique fort, elle n’en est pas moins inefficace et inaudible pour ceux qui nous dirigent d’une main de fer. 
Leur inconscience écologique et la médiocrité de leur vision politique est réduite à préserver leurs conflits d’intérêts et le pouvoir quoi qu’il en coûte, quoi qu’il nous en coûte. Cela nous coûte alors nos droits, nos libertés, nos yeux, nos mains, notre dignité, notre citoyenneté. 


Ce n’est pas la moustache et l’uniforme qui caractérisent un régime autoritaire, c’est plutôt le contrôle de la presse, l’instauration de la peur, l’obstruction de la justice, la violence policière envers les citoyens ou encore la stigmatisation des étrangers. Macron a coché toutes les cases, sans même chercher à faire illusion.

Sans foi ni loi, nous avons un président qui s’est émancipé des lois internationales et républicaines en forçant le consentement des Français. C’est un viol citoyen, une agression démocratique, un crachat qui ruissèle sur toute la République.  

La colère gronde, elle est palpable, l’ignorer serait ignorer l’histoire.
Tiens , nous sommes le 14 juillet aujourd’hui !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon