citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2015

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Le terrorisme se combat dans les urnes

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un bombe explose, une fusillade éclate, des hommes et des femmes qui courent en panique, qui tombent sous les balles..le quotidien Irakien, syrien, Libyen envahit Paris.

Le choc est terrible de passer de l’mage d’un pays en guerre aux 20 heures, à la guerre dans notre propre pays.

Et pourtant la politique guerrière de nos gouvernements successifs, nos bombes et notre armement reproduisent l’horreur parisienne depuis des années dans des pays étrangers, au nom de la démocratie …

Et pourtant il ne se passe pas un jour sans que nos avions militaires décollent, quand ils ne font pas l’objet d’une vente record, pas un jour sans que nous intervenions à couvert ou à découvert dans tous les pays qui regorgent d’hydrocarbures entre autres intérêts direct..avec nos »alliés bien sûr.

Après, Bagdad, Damas, Tripoli..c’est le tour de Paris. La guerre s’exporte et traverse les frontières dans le sillage de l’économie de marché, au travers des gazoducs et des stations de forage pétroliers.

Les citoyens regardent en silence, dans le deuil, la guerre se déplacer de leurs écrans de télévision pour descendre dans leur rues, sous leur fenêtres.

Ils sont hagards devant cette violence, et ressentent alors le même sentiment d’impuissance que les civils de tous les autres pays qui subissent la terreur du feu.

Beaucoup d’entre nous ont cru qu’il fallait faire tomber des dictateurs, lutter contre un califat de forcenés fanatiques, ou encore sauver les populations des attaques d’armes chimiques

C’était louable comme intention, et c’est ainsi qu’ils nous présentent les faits. Nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien.…Nous avons ainsi contribué malgré nous à tuer plus de civils que tous ces dictateurs réunis. Nous avons détruit leurs pays ,ils vivent une terreur quotidienne..ils viennent d’ailleurs chez nous pour trouver un asile.

Que dire de Daesh , un groupuscule de terroristes mis en place, formé , armé et manipulé par nos alliés dans le cadre de nos tribulations guerrières.

Force est de constater que la démocratie occidentale est responsable de ce chaos, ce n’est ni la faute du monstre Sadamm Hussain ou encore du psychopathe Khadafi.. Les coupables ont des noms et ils sont nombreux

Bush, Blair, Sarkosy, Obama , hollande, la liste n’est pas exhaustive..Le pétrole a le goût amer du sang, le sang du moyen orient et aujourd’hui le sang de nos compatriotes.

Ils n’hésiteront pas à instrumentaliser la douleur de nos morts pour justifier leurs mensonges, leurs pillages et leur assassinats en toute impunité ou tout simplement pour redorer leur côte de popularité.

La lutte contre le terrorisme commence dans les urnes

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas