Le terrorisme se combat dans les urnes

Un bombe explose, une fusillade éclate, des hommes et des femmes qui courent en panique, qui tombent sous les balles..le quotidien Irakien, syrien, Libyen envahit Paris.

Le choc est terrible de passer de l’mage d’un pays en guerre aux 20 heures, à la guerre dans notre propre pays.

Et pourtant la politique guerrière de nos gouvernements successifs, nos bombes et notre armement reproduisent l’horreur parisienne depuis des années dans des pays étrangers, au nom de la démocratie …

Et pourtant il ne se passe pas un jour sans que nos avions militaires décollent, quand ils ne font pas l’objet d’une vente record, pas un jour sans que nous intervenions à couvert ou à découvert dans tous les pays qui regorgent d’hydrocarbures entre autres intérêts direct..avec nos »alliés bien sûr.

Après, Bagdad, Damas, Tripoli..c’est le tour de Paris. La guerre s’exporte et traverse les frontières dans le sillage de l’économie de marché, au travers des gazoducs et des stations de forage pétroliers.

Les citoyens regardent en silence, dans le deuil, la guerre se déplacer de leurs écrans de télévision pour descendre dans leur rues, sous leur fenêtres.

Ils sont hagards devant cette violence, et ressentent alors le même sentiment d’impuissance que les civils de tous les autres pays qui subissent la terreur du feu.

Beaucoup d’entre nous ont cru qu’il fallait faire tomber des dictateurs, lutter contre un califat de forcenés fanatiques, ou encore sauver les populations des attaques d’armes chimiques

C’était louable comme intention, et c’est ainsi qu’ils nous présentent les faits. Nous savons aujourd’hui qu’il n’en est rien.…Nous avons ainsi contribué malgré nous à tuer plus de civils que tous ces dictateurs réunis. Nous avons détruit leurs pays ,ils vivent une terreur quotidienne..ils viennent d’ailleurs chez nous pour trouver un asile.

Que dire de Daesh , un groupuscule de terroristes mis en place, formé , armé et manipulé par nos alliés dans le cadre de nos tribulations guerrières.

Force est de constater que la démocratie occidentale est responsable de ce chaos, ce n’est ni la faute du monstre Sadamm Hussain ou encore du psychopathe Khadafi.. Les coupables ont des noms et ils sont nombreux

Bush, Blair, Sarkosy, Obama , hollande, la liste n’est pas exhaustive..Le pétrole a le goût amer du sang, le sang du moyen orient et aujourd’hui le sang de nos compatriotes.

Ils n’hésiteront pas à instrumentaliser la douleur de nos morts pour justifier leurs mensonges, leurs pillages et leur assassinats en toute impunité ou tout simplement pour redorer leur côte de popularité.

La lutte contre le terrorisme commence dans les urnes

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.