Finkielkrault ou l’extrême droite des bien-pensants

Brigitte et Finky la saga du désespoir mondain

Chère Brigitte

Nous ne sommes pas réconciliables ! Je prends la peine de te répondre même si tu n’es personne, même si tu n’es rien dans notre République, pour reprendre une expression chère à ton mari.

Il doit être sérieusement désespéré pour t’envoyer au charbon devant les caméras, le Manu ! Mais peut-être qu’il essaie simplement de justifier tes dépenses somptuaires et l’idée d’un statut de première Dame payée par nos impôts. As-tu imaginé une seconde qu’il n’était peut-être pas décent que tu interviennes dans le débat politique ?

Quoiqu’il en soit Finky t’a volé la vedette, c’est qu’il est bon pour trouver la lumière l’académicien de l’ombre !

Sa seule présence au milieu du peuple déchaine les passions et du coup comme personne ne l’aime, sauf à la télé, il s’est fait copieusement insulté et traité notamment de sale sioniste, ce que je ne cautionne pas.

J’ai écouté plusieurs fois la bande et je n’ai pas entendu d’insulte antisémite, sinon je me serais insurgé.

Même lui, il a fini par l’admettre, ce qui pose encore une fois la question du traitement médiatique de l’information !

Au passage précisons qu’anti sioniste et antisémite c’est très différent ! Certains juifs sont anti sionistes, c’est politique et ce n’est ni interdit, ni condamnable, c’est même honorable à mon humble avis !

Je voudrais citer Finky, quand il parle des enfants de Gaza pour rappeler à certains oublieux que le racisme n’est pas un monopole et que Finky c’est aussi l’extrême droite.

« La proportion des enfants à Gaza est totalement délirante, donc on met au monde continument des enfants qui n’ont aucune place dans le monde, production effrénée d’hommes excédentaires ».

A ma connaissance, il n’est pas vraiment expert en surpopulation et son message est précis, il parle de surproduction de Palestiniens musulmans, et lui plus qu’un autre aurait dû mesurer l’extrémisme de sa parole qui renvoie, justement, vers les heures sombres de l’histoire.

Mais les médias trouvent ce langage normal ; pourtant si on remplaçait « les enfants de Gaza » par « les enfants de Tel Aviv », et si c’était un musulman qui s’exprimait, tout le monde serait scandalisé, à juste titre.

Sacré Finky qui voulait de la lumière et un petit passage à la télé ! Il a bien réussi son coup pour pouvoir cracher encore et toujours son racisme antimusulman.
C’est très porteur, ils ont ça en commun avec Le Pen.

D’ailleurs, les deux se rapprochent intellectuellement, bénis par le CRIF !
Si Le Pen au moment de l’élection de Macron était l’équivalent de la peste brune, tout est aujourd’hui oublié, elle est parait-il « irréprochable et son parti ne commet pas de violence », je cite le CRIF, je ne m’en lasse pas.

C’est connu, le Front National est un parti non violent fondé sur des idées de hippies et de tolérance notamment envers les juifs, c’est surement un détail de l’histoire du parti pour reprendre une expression chère à Jean Marie.

Il n’empêche que ce samedi a encore une fois connu une mobilisation massive et même BFM s’est sentie obligée de contredire les chiffres de la Préfecture, c’est dire si nous étions nombreux.

La police a insulté, matraqué les journalistes de BFM et gazé des gamins, donc un samedi classique de révolte citoyenne et de répression d’un gouvernement d’extrême droite.

Manu et Castaner confirment tous les samedis leurs vocations de Boucher-charcutiers. Ils sont la honte politique de l’Europe.

Les démocraties du monde sont scandalisées par leur violence et dénoncent leur incompétence mais eux s’extasient sur la réussite du Grand Débat.

C’est la masturbation du déni pour un orgasme dans le cuir et la cravache !

Notre nouvelle Commune qui s’étend n’est pas prête de s’arrêter, malgré les week-ends sanglants.

Chaque samedi, qui passe confirme le retour des partageux et la défaite des Versaillais.

Louise Michel avait raison de dire que le peuple n’obtient que ce qu’il prend !

A samedi

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.