Notre-Dame brûle, l’argent coule à flots, Macron se noie !

ADP et l'aéroport de Toulouse c’est aussi notre patrimoine !

Décidément, la pierre reste précieuse pour ceux qui la chérissent et les Quasimodos en jaunes ne sont pas prêts de trouver autant d’investissements pour leur pouvoir d’achat !

 Si nous sommes tous touchés par cet incendie qui détruit le cœur de notre patrimoine, il importe de se poser la question des moyens qui n’ont pas été investis pour la conservation, et surtout la surveillance de la cathédrale et des autres joyaux qui contribuent au rayonnement culturel de la France.

Comment se fait-il que le monument le plus visité de France ne soit pas gardé, entretenu avec des moyens qui préviennent ce type de désastre ?

La réduction des moyens du ministère de la culture est un choix politique. L’idée de faire un loto du patrimoine est un exemple frappant qui illustre le refus de l’État d’investir dans la conservation du patrimoine et traduit son désintérêt sur le sujet.

Il va de soi que les médias mainstream, comme à l’accoutumée, se sont précipités pour jouer la carte de l’émotion afin d’accompagner la récupération politique de l’évènement.

Ce désastre serait porteur d’unité nationale !

Nous avons bien noté, que les riches familles françaises, pourtant ennemies, s’étaient en effet unies autour de la défiscalisation et de la publicité que ce drame pouvait engendrer !

Comment ne pas se poser la question du pouvoir d’achat, des retraites, de l’évasion fiscale et de la répartition des richesses lorsque l’on découvre que certains peuvent, en un jour mettre 200 ou 300 millions au pot ? Le débat sur l’ISF n’est-il pas d’actualité ?

J’ai une pensée émue pour tous ces cheminots privilégiés, ces professeurs qui ont tant de vacances, ces gilets jaunes qui s’ennuient tous les samedis et tous ces chômeurs qui parasitent le système pendant que les Pinault, Bettencourt et autres Arnault suent au quotidien pour restaurer notre belle France !

J’entends d’ici les mauvaises langues qui vont pinailler sur la défiscalisation des dons à 66%, si généreux, que nous paierons avec nos impôts, et la solidarité alors ?!!

Bien sûr tous les médias s’offusquent à l’idée que les Gilets Jaunes battent encore le pavé samedi, à l’heure où prime l’unité nationale.

Qu’ils se rassurent, ces insurrections hebdomadaires sont empreintes d’unité sociale et nationale et soutenues par une majorité de Français qui n’écoutent plus depuis quelques mois,  la musique dissonante et les couacs à répétitions du chef d’orchestre élyséen.

De son dernier concert de flutiau, nous est parvenue une partition égarée dans ses médias préférés qui annonce entre autres la disparition de l’ENA (École Nationale de l’Arnaque ?), comme si c’était notre priorité !

Il remettrait aussi en place les retraites qu’il avait baissées et proposerait un RIC local, faute de courage pour un référendum national !

C’est ainsi qu’il entendait renverser la table ? Au mieux il retourne l’assiette et la soupe populaire va tâcher son costard de banquier, à n’en point douter !

Pas de chance pour Manu, en plus de l’effet raté de son allocution carbonisée par les flammes de notre Dame, voilà que ses copains spécialistes de la défiscalisation viennent noyer son « rassemblement national » qu’il rêvait autour d’Esméralda !

Manu annonce qu’il promet de rebâtir Notre-Dame en cinq ans, n’est-ce pas présomptueux ? D’une part, les spécialistes s’inquiètent d’avoir perdu le savoir-faire du moyen-âge pour la restauration et peut-être que d’ici là, Macron sera en prison pour avoir vendu les bijoux de famille !

Rappelons que la cour administrative d’appel de Paris annule la privatisation de la société de gestion de l’Aéroport de Toulouse Blagnac, opération sulfureuse pilotée par l’ancien ministre Macron décidément peu scrupuleux avec le patrimoine national.

Au moment sensible de la privatisation d’ADP et après l’affaire Alstom qui reviendra sûrement sur le devant de la scène, le Président, banquier d’affaires, se mue en spécialiste des « sales affaires » !

Faites vos jeux rien ne va plus…d’ailleurs, même la Française des jeux est victime d’une OPA des Legendre ! Méfie-toi Manu, à force de tricher, on finit dans le goudron avec des plumes au cul !

Quant à nous, Samedi, dès l’aube, à l’heure ou jaunit la campagne européenne, nous partirons sur les avenues et dans les villes, vois-tu Manu, je sais que tu nous attends... !

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.