citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2019

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Notre-Dame brûle, l’argent coule à flots, Macron se noie !

ADP et l'aéroport de Toulouse c’est aussi notre patrimoine !

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Décidément, la pierre reste précieuse pour ceux qui la chérissent et les Quasimodos en jaunes ne sont pas prêts de trouver autant d’investissements pour leur pouvoir d’achat !

 Si nous sommes tous touchés par cet incendie qui détruit le cœur de notre patrimoine, il importe de se poser la question des moyens qui n’ont pas été investis pour la conservation, et surtout la surveillance de la cathédrale et des autres joyaux qui contribuent au rayonnement culturel de la France.

Comment se fait-il que le monument le plus visité de France ne soit pas gardé, entretenu avec des moyens qui préviennent ce type de désastre ?

La réduction des moyens du ministère de la culture est un choix politique. L’idée de faire un loto du patrimoine est un exemple frappant qui illustre le refus de l’État d’investir dans la conservation du patrimoine et traduit son désintérêt sur le sujet.

Il va de soi que les médias mainstream, comme à l’accoutumée, se sont précipités pour jouer la carte de l’émotion afin d’accompagner la récupération politique de l’évènement.

Ce désastre serait porteur d’unité nationale !

Nous avons bien noté, que les riches familles françaises, pourtant ennemies, s’étaient en effet unies autour de la défiscalisation et de la publicité que ce drame pouvait engendrer !

Comment ne pas se poser la question du pouvoir d’achat, des retraites, de l’évasion fiscale et de la répartition des richesses lorsque l’on découvre que certains peuvent, en un jour mettre 200 ou 300 millions au pot ? Le débat sur l’ISF n’est-il pas d’actualité ?

J’ai une pensée émue pour tous ces cheminots privilégiés, ces professeurs qui ont tant de vacances, ces gilets jaunes qui s’ennuient tous les samedis et tous ces chômeurs qui parasitent le système pendant que les Pinault, Bettencourt et autres Arnault suent au quotidien pour restaurer notre belle France !

J’entends d’ici les mauvaises langues qui vont pinailler sur la défiscalisation des dons à 66%, si généreux, que nous paierons avec nos impôts, et la solidarité alors ?!!

Bien sûr tous les médias s’offusquent à l’idée que les Gilets Jaunes battent encore le pavé samedi, à l’heure où prime l’unité nationale.

Qu’ils se rassurent, ces insurrections hebdomadaires sont empreintes d’unité sociale et nationale et soutenues par une majorité de Français qui n’écoutent plus depuis quelques mois,  la musique dissonante et les couacs à répétitions du chef d’orchestre élyséen.

De son dernier concert de flutiau, nous est parvenue une partition égarée dans ses médias préférés qui annonce entre autres la disparition de l’ENA (École Nationale de l’Arnaque ?), comme si c’était notre priorité !

Il remettrait aussi en place les retraites qu’il avait baissées et proposerait un RIC local, faute de courage pour un référendum national !

C’est ainsi qu’il entendait renverser la table ? Au mieux il retourne l’assiette et la soupe populaire va tâcher son costard de banquier, à n’en point douter !

Pas de chance pour Manu, en plus de l’effet raté de son allocution carbonisée par les flammes de notre Dame, voilà que ses copains spécialistes de la défiscalisation viennent noyer son « rassemblement national » qu’il rêvait autour d’Esméralda !

Manu annonce qu’il promet de rebâtir Notre-Dame en cinq ans, n’est-ce pas présomptueux ? D’une part, les spécialistes s’inquiètent d’avoir perdu le savoir-faire du moyen-âge pour la restauration et peut-être que d’ici là, Macron sera en prison pour avoir vendu les bijoux de famille !

Rappelons que la cour administrative d’appel de Paris annule la privatisation de la société de gestion de l’Aéroport de Toulouse Blagnac, opération sulfureuse pilotée par l’ancien ministre Macron décidément peu scrupuleux avec le patrimoine national.

Au moment sensible de la privatisation d’ADP et après l’affaire Alstom qui reviendra sûrement sur le devant de la scène, le Président, banquier d’affaires, se mue en spécialiste des « sales affaires » !

Faites vos jeux rien ne va plus…d’ailleurs, même la Française des jeux est victime d’une OPA des Legendre ! Méfie-toi Manu, à force de tricher, on finit dans le goudron avec des plumes au cul !

Quant à nous, Samedi, dès l’aube, à l’heure ou jaunit la campagne européenne, nous partirons sur les avenues et dans les villes, vois-tu Manu, je sais que tu nous attends... !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff