La France Insoumise donnée en tête des sondages pour les élections européennes

Les médias dans le déni

La France insoumise est donnée en tête des sondages pour les élections européennes.

La colère de jean Luc Mélenchon est comprise aujourd’hui par tous les Français à la suite de la colère des Gilets Jaunes.

Si les élections présidentielles avaient lieu demain, Jean Luc Mélenchon serait classé en tête devant François Asselineau,Nicolas Dupont-Aignan, Marine Lepen et Macron ex-aequo avec Benoit Hamon.

Finalement ce n’est pas très compliqué de faire du « BFM » news, on mélange les deux premières vraies infos avec un mix d’inventions improvisées en salle de rédaction et on tente d’influencer le peuple qui déferle dans la rue depuis un mois en criant BFM enculé ! 

Et vous pensez qu’ils vont s’arrêter là ? Ce serait mal juger la déconnexion de ces cerbères médiatiques au service du Roi Macron, qui est quand même assez palot en ces temps de solidarité populaire.

 Vous aurez remarqué qu’il évite les bains de foule en ce moment…Lui si prompt à nous expliquer comment se payer un costard, il comprend un peu mieux aujourd’hui le prix d’un Gilet Jaune et Il ne vient plus nous parler chiffon. Il est plutôt discret et ne traverse plus trop les rues, pourtant il va bientôt devoir chercher du boulot. 

Mais revenons à nos médias main stream désavoués pour leurs méthodes, et par leurs propres sondages. 

Sur BFM et LCI, relais de la soupe LREM, personne n’a vu en un mois une bavure policière, un tir de Flash Ball, une mutilation, mais bon c’est vrai que des lycéens éborgnés, des jeunes qui perdent leurs mains en manifestant, huit morts en un mois ce n’est pas vraiment de l’info. C’est juste des gens qui ne sont rien, qui sont entourés de casseurs et qui ne comprennent pas tout ce que l’on fait pour eux. C’est trop subtil ou trop intelligent pour reprendre l’expression de Gilles Legendre, l’homme raffiné du moment. 

Alors lui, il est magnifique, même Natacha Polony a dit en live qu’elle ne trouvait pas les mots pour qualifier ce mépris et cette bêtise.

 Lui et sa copine Pénicaud, encore une autre artiste des mots choisis, sont sur toutes les antennes pour nous inonder de cafouillages, de contradictions et pour finir noyés dans le ridicule.

 En fait, ils servent à couler Macron, c’est un peu comme dans l’affaire Benalla, ils sont peut-être infiltrés par la mafia russe. 

Et puis il y a France 3 et des « personnes opérationnelles » qui ont commis l’erreur humaine, les deux pieds dans le pot de confiture, cramés en plein vol ou plutôt en plein viol de l’information. Des excuses pourries pour se dédouaner d’une manipulation grossière, indigne qui rappelle les techniques de la CIA dans les années 60.

Et puis, le bon vieux Bourdin qui découvre que 91% des Français pensent que les médias mentent et bien sur lui avec. Un sondage qui lui jette à la figure les quatre vérités sur ses mensonges. Je n’oublie pas le journal Libération qui redécouvre la Gauche en ces temps de dégagisme médiatique. Il aura fallu que des journalistes se fassent agresser pour qu’ils découvrent la violence policière, mais ils ne vont pas jusqu’à dénoncer le journalisme de salon, eux qui ont gardé quelques couverts et un rond de serviette de l’Elysée au cas ou…

Et pour finir en beauté le Grand Jury d’inquisition de RTL furieux de retrouver 90% des revendications des Gilets Jaunes dont le RIC dans le programme de la FI. Ils en bavaient de colère et de haine envers Jean-Luc Mélenchon, très à l’aise avec la révolte citoyenne. 

Il est sûr que tous ces journalistes de plateau qui touchent entre 15000 et 60000 euros par mois, s’ils faisaient tous l’objet d’un référendum, seraient bien obligés de fuir à Varenne ou en Suisse pour survivre de leurs petites économies. On comprend qu’ils soient partisans sur les dossiers de l’ISF et de l’évasion fiscale, comme on comprend leur soutien à ceux qui votent ces lois.

Après tout, la déontologie c’est pour les journalistes de l’ombre ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.