citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2018

Macron: Plutôt Marine que Marianne

Macron appelle Marine Le Pen à son secours !

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est quand même terrible de constater qu’à chaque fois qu’ils sont dans l’impasse, les Socialistes, les Républicains et bien sûr Macron, digne fils de ce couple adultérin font appel à l’extrême droite pour maintenir l’oligarchie.

 Ils préfèrent de loin Marine à Marianne car c’est grâce à elle et à son père que l’on peut élire au deuxième tour un Président sans majorité qui sert de pseudo-rempart à une peste brune que ces apprentis sorciers ont savamment concoctée en laboratoire. Ils appellent cela sans complexe un sursaut républicain.

A chaque élection, nous y avons droit. Dès que la France Insoumise a le vent en poupe, on nous inonde de sondages et on nous explique combien Marine est dangereuse et à l’affut. 

Mais c’est bien le programme de la France Insoumise qu’ils craignent, et pour cause, ils viennent de le retrouver dans la majorité des revendications des Gilets Jaunes. 

Marine Le Pen, qui appelle au calme, qui est contre une augmentation du Smic et plutôt anti-migrants, fait concurrence aux programmes libéraux de la droite de Vauquiez, Hollande et Macron et puis surtout elle ne veut certainement pas être élue !

Elle serait alors bien ennuyée de gouverner un pays qui à chaque deuxième tour se mobilise pour éradiquer la peste brune, d’ailleurs il suffit de revoir le débat de l’entre-deux tours pour s’interroger sur le suicide politique soudain et inattendu d’une oratrice rompue au shows télévisés. 

En revanche, le programme « l’Avenir en commun » est réellement dangereux pour leurs intérêts personnels et pour leur politique européenne au service des grands patrons et des grands financiers.

La cinquième République est réellement devenue une mascarade de mauvais goût, un navet nauséabond, même si le budget est hollywoodien.

Emanuel Macron, le Président le plus haï des Français et de la Vème, est en panique. Alors il tire ses Flash Ball tous azimuts et il lance ses médias pour le matraquage à coups de sondages bidons, d’analyses hors sols, d’interviews truquées, convaincu qu’il peut encore terroriser le peuple dans la rue et à la télévision. 

Il suffit d’être connecté pour se rendre compte que nous sommes plus nombreux, plus subtils et plus intelligents que leur petite minorité de culs soyeux. 

Non Marine Lepen n’est pas en tête et n’est pas représentative des Français, c’est ce qui ressort du mouvement des Gilets aunes, soutenu par une majorité écrasante des Français, c’est le seul sondage valable qui doive servir de baromètre politique. 

Ils ont peur, tous, c’est manifeste, leur caste est en danger. Les Élus, les Sénateurs, les pseudos-journalistes, bref toute la cour du pouvoir oligarque a les genoux qui tremblent, tous rasent les murs en quête d’une solution efficace, mais cette fois ce ne sera plus le RN, les gens ont compris et Emanuel Macron sera obligé de dissoudre s’il veut finir son mandat. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Entre le Covid et la présidentielle, quelle place pour le travail, les travailleuses et les travailleurs ? La rédaction répond à vos questions
Venez échanger avec des journalistes de la rédaction autour de la couverture des questions sociales à Mediapart. L’occasion de revenir sur les enquêtes, reportages et articles qui ont fait l'actualité. Pour poser vos questions, cliquez ici.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz