citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

142 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2019

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Manu, tu n'es rien! La République c'est nous!

Gilets jaunes, citoyens et syndicats, la bataille des retraite réveille la solidarité

citoyen spartacus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant que la colère gronde dans tout le pays, Manu travaille d’arrache-pied pour peaufiner ses vœux de Bonne Année !

L’exercice n’est pas simple quand l’année qui se profile promet d’être plus explosive encore que la précédente !

Alors il s’entoure de ses meilleurs communicants, les chantres de la novlangue universelle qui t’expliquent que tu vas mourir au travail, fauché, mais que c’est plus juste et que c’est la nouvelle solidarité. Manu et ses copains sont persuadés que la sémantique peut tout, qu’elle peut guérir nos maux par ses mots.

C’est pour lui une arme qui permet de détourner l’attention quand il s’attaque à l’intérêt général, avide de mettre son dévolu sur le pactole de nos caisses paritaires.

Il est sûr de son fait, fort de son pouvoir parlementaire et de sa violence forcément légitime puisqu’il est élu. Il devient ainsi malgré lui, l’essence même de la crise de la représentativité et le premier artisan de la colère et donc de la conscience collective. La « pédagogie » ne fonctionne plus, Macron a muté, de lisse à rugueux, de Paris Match au flash Ball.

Si le mouvement des Gilets jaunes a connu une réelle perte de vitesse, il a le mérite d’avoir réveillé la dynamique de la contestation contre la précarité en général et contre la réforme des retraites plus particulièrement.

Ce mouvement spontané qui a, dès le début, exprimé un réel “dégagisme“ envers partis et syndicats   a compris à quel point la convergence des luttes était nécessaire.

Finalement ce mouvement a décrédibilisé le système et le gouvernement politique en place et a remis profondément en question le syndicalisme pris en otage par les trains réformistes et résignés de toutes les confédérations syndicales.

S’il vous semble que je place toutes les confédérations syndicales dans le même panier, ce n’est ni une erreur, ni une caricature. Si Berger s’attache à jouer le rôle du réformiste éclairé, Martinez a eu besoin que la base de la CGT lui rappelle qu’il n’était qu’un éminent représentant et non pas un chef qui décide pour tous. Je resterai sur ces deux exemples emblématiques, mais ils s’adaptent aux autres centrales syndicales.

Les Gilets Jaunes et leur refus d’être représentés, ont déstabilisé et changé les codes tout en faisant la démonstration de la force collective populaire. Ils n’ont rien inventé, c’est juste un cri de survie, l’appel du ventre, le besoin de justice et de bonheur simple auquel chaque citoyen a un droit fondamental dans une démocratie qui se respecte. Quand les syndicalistes partageaient les ronds-points, Martinez stigmatisait les jaunes en brun. Il avait alors oublié qu’il portait une voix collective, celle de l’instance qui décide à la CGT. Il est bon de rappeler à des Berger ou Martinez que leur rôle est de représenter, pas de décider dans un couloir ou un bureau feutré avec des interlocuteurs occultes.

Ainsi, les bases syndicales recadrent leurs secrétaires généraux sur la question des retraites et tant mieux, car tous ont conscience que c’est aussi l’avenir du syndicalisme qui se joue.

 A l’heure ou la syndicalisation est en berne, ou les financements des confédérations proviennent essentiellement des entreprises de l’état ou du MEDEF, il est essentiel que les syndicalistes qui luttent vraiment sur le terrain se réapproprient leurs statuts et leur autonomie collective.

Le combat pour préserver notre système de retraite par répartition a permis ce bol d’air pour syndiqués et syndicalistes, mais ce mouvement appartient à tous, il est devenu composite, enrichi par la colère populaire qui s’exprime depuis plus d’un an. Syndicats ou pas, les citoyens ne sont plus dupes, ils se politisent et font part de leur colère.

Enseignants, gilets jaunes, cheminots, dockers, soignants, précaires, retraités, j’en oublie beaucoup qui sont présents à chaque journée de mobilisation. L’intersyndicale appelle, mais nous remplissons la rue, mobilisés bien au-delà de la bataille officielle. C’est un nouveau monde qui est en jeu à travers cette crise nationale d’une ampleur inédite.

Alors oui, Manu, cherche bien tes mots, tu ne les trouveras pas. Ils n’existent pas ces mots magiques qui contenteraient, rassureraient ou surprendraient encore les Français. Tu vas encore dire des énormités empreintes de cynisme et de déconnexion et tu vas t’accrocher à ta réforme pour surtout ne pas reculer.

 Tu es en mission et tu ne supportes pas de perdre, tu es un Winner. Tu es l’enfant prodige du capitalisme, le hochet de la retraite bien agrippé dans la main et tu es rouge de colère parce que l’on ose résister à ta toute puissance qui relève sans aucun doute d’un stade anal que tu peines à dépasser. Le mépris de classe est à son acmé, tu frappes, tu éborgnes, tu mutiles bientôt tu essaieras de nous empêcher de filmer tes tortionnaires. Tout est bon pour parvenir à détruire et dépouiller notre patrimoine social et humaniste.

Mais toi non plus, Manu, tu n’es pas le chef. Tu n’es qu’un mauvais représentant, une erreur de casting, tu n’es rien... la République c’est nous !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze