Macron, Bigard et la République de Banania!

Qui veut la peau de Didier Raoult?

J’avoue être très inquiet ! Non, ce n’est ni la pandémie, ni la deuxième vague ou la peur d’un re-confinement qui me préoccupent, c’est davantage cette reprise désordonnée, ce retour au déni de l’écocide capitaliste, cette amnésie collective organisée par des cons finement triés sur le volet.

Macron appelle Bigard pour décider de sa politique de réouverture des bars, est-ce une suggestion de son conseil scientifique ? Est-ce une approche sociologique ? Un début de remaniement ? Macron se dit qu’il ferait aussi bien d’écouter et d’embaucher des guignols officiels. Peut-être en a-t-il assez des Sibeth, Marlène et Gérard ?

La campagne de sensibilisation néo-colonialiste aux Antilles semble s’inscrire dans cette démarche d’improvisation et d’incompétence, sans parler de son aspect raciste et insultant. C’est une campagne de « Banania » à l’ancienne avec des ananas (un clin d’œil à Dieudonné ?) pour expliquer à cette population de France ce que représente un mètre de distanciation sociale ! C’est bien connu les Antillais mesurent en ananas puisque la mesure métrique est un privilège de blancs instruits !

Pendant ce temps Véran et tous les médias de France relayent en chœur les résultats de l’étude Lancet. Cette étude qui n’est pas randomisée (tiens, là ça ne compte pas !), qui est financée par les labos concurrents (Gilead) et qui manifestement se base sur des patients déjà en réanimation, provoque un nouvel emballement sur la toile entre les antis et les pro-Raoult.

Je ne suis pas scientifique et ce sont les médecins qui en parlent le mieux.

Il est intéressant de noter que les praticiens au front, qui n’ont aucun intérêt direct avec les labos, sont ceux qui défendent le protocole du Marseillais et revendiquent la liberté de prescrire. Je suis incapable de lire une étude scientifique de manière critique, en revanche,  je suis sensible à la part politique et aux conflits d’intérêts manifestes qui entourent ce débat ou plutôt ce duel à mort ! Qui veut la peau de Didier Raoult ? C’est le long métrage du moment !

Force est de constater que nous avons sur la toile et sur les plateaux télés, un nombre important d’experts auto-proclamés, scientifiques ou pas, qui s’écharpent sur l’hydroxy chloroquine et ses effets secondaires, sa réelle efficacité etc. Notons au demeurant que l’intensité et l’émotion suscités par ce débat clivant est particulière à la France. Pourquoi ?

Le gouvernement Anglais ordonne le 23 mai une commande de masse de 16 millions de doses d’Hydroxy chloroquine. Leurs experts sont-ils eux aussi tombé dans le fameux piège de Raoult ?

Ceux qui veulent croire en Raoult, ceux qui doutent de la propagande officielle, ceux qui se méfient des études concurrentes sont immédiatement taxés de groupies gouroutisées par le savant de Marseille. Ce sont souvent les mêmes qui nous accusent d’être sous l’emprise du Gourou Mélenchon.

Le doute est fustigé, la science érigée comme l’argument ultime par ceux qui prétendent la maitriser alors que précisément les scientifiques ne sont pas à l’unisson.

En attendant, le pays est livré à la bêtise et aux contradictions d’un gouvernement qui ne sait comment se sortir de ses turpitudes.

On ne peut se déplacer au-delà de 100km, pourquoi ? ce n’est pas très clair, mais on peut faire venir des travailleurs détachés pour les exploiter ! On peut s’entasser dans le métro mais pas sur les plages qui adoptent toutes une politique différente. A la Grande Motte il faut réserver un carré, à Lacanau on peut pas rester statique (le règlement ne précise pas si on a le droit de faire la planche dans l’eau ou si on doit faire quelques brasses).

Bien sûr on peut rouvrir le Puy du Fou et Disney mais pas les parcs et pas les festivals. La fête de la musique est maintenue mais les bars sont toujours fermés. Et puis on peut aller voter mais surtout sans pouvoir faire campagne !

La psychose et le climat anxiogène modifient le comportement des citoyens qui ne savent plus à qui se fier. Certains conduisent leur véhicule, leur scooter avec un masque, puis s’entassent dans des supermarchés ou tout le monde touche tous les produits dans les rayons mais en revanche, on ne peut pas manifester normalement dans les rues.

La colère monte et s’organise et tant mieux, même si le processus de révolte est progressif et même s’il nous faudra encore être patient avant de renverser ce système.

Les insoumis ont une nouvelle fois su démontrer qu’ils étaient la seule opposition crédible de ce pays par le travail constructif qu’ils ont accompli et par les alertes visionnaires de leurs interventions à l’Assemblée. Au risque de passer une nouvelle fois pour une groupie, il faut admettre que Jean-Luc Mélenchon a de nouveau prouvé qu’il avait la dimension et l’envergure de la plus haute des fonctions de l’État. Ses propositions de planifications, de nationalisation et de réquisitions pour les masques et les tests, ses propositions économiques de relance et d’annulation des dettes, sa maitrise du secteur international démontrent qu’en situation de crise il aurait sûrement permis de sauver des vies là où la politique du gouvernement Macron a conduit à tuer nos compatriotes, nos anciens, nos soignants.

Non, nous n’oublierons pas qu’ils étaient plus préoccupés de sauver leur économie de marché, de détruire notre droit du travail et nos libertés individuelles et collectives, que d’investir pour notre santé et notre bien-être.

Il est temps de passer de l’applaudissement au balcon à la barricade et aux urnes en suivant !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.